Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
François Brassard dans l’uniforme des Mariners de Maine la saison dernière.
François Brassard dans l’uniforme des Mariners de Maine la saison dernière.

Brassard trouve du travail à Hartford

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Article réservé aux abonnés
François Brassard a bien fait d’enfiler les jambières pour s’entraîner avec les joueurs professionnels de la région au cours des derniers mois.

En gardant ses réflexes aiguisés pendant une période d’incertitude où son club de la Ligue East Coast (ECHL) a suspendu ses opérations en raison de la pandémie, il a d’abord obtenu un essai au camp d’entraînement des Sénateurs d’Ottawa. En plein milieu du camp, ses options se sont multipliées.

Jeudi matin, il prendra le route vers Hartford où il devrait être un des trois gardiens du Wolfpack, le club-école des Rangers de New York dans la Ligue américaine (AHL). Tout un revirement de situation pour le gardien gatinois de 26 ans.

«Quand mon équipe (Mariners du Maine) a suspendu ses activités, j’avais fait une croix sur ma saison, mais il y a eu cette invitation inattendue de dernière minute des Sénateurs. C’était pratique pour eux. J’étais déjà ici. Je n’avais pas besoin de faire de quarantaine et je pouvais dépanner en attendant que Filip Gustavsson puisse obtenir l’autorisation de revenir avec l’équipe», a expliqué celui qui s’est joint à l’équipe à partir du 29 décembre.

François Brassard a disputé trois saisons avec les Ravens de l’Université Carleton avant de faire le saut au hockey professionnel.

L’ancien des Remparts de Québec, des Olympiques de Gatineau et des Ravens de l’Université Carleton n’a jamais pris part à un véritable match intra-équipe des Sénateurs, mais il s’est assez bien débrouillé durant les entraînements pour se voir offrir un contrat d’essai professionnel (PTO) avec les Sénateurs de Belleville.

En même temps, une offre supérieure du Wolfpack de Hartford s’est présentée. Cette équipe est associée aux Mariners du Maine. D’ailleurs, Brassard avait été rappelé à une reprise par cette équipe la saison dernière. Le contrat devra être signé à son arrivée jeudi.

«Ils sont arrivés avec un contrat à deux volets de la Ligue américaine/East Coast même si le club de la ECHL n’existera pas cette saison. C’était mieux qu’un contrat d’essai avec les Sénateurs de Belleville. Ça veut dire que j’aurai un salaire cette saison, peu importe ce qui va arriver. Je suis vraiment content de pouvoir vivre du hockey et de rester actif», a expliqué cet ancien choix de sixième ronde des Sénateurs en 2012.

À Hartford, Brassard devra observer une quarantaine de trois jours où il sera testé quotidiennement. Si tout se passe bien, il pourra sauter sur la glace dès lundi même si le camp du Wolfpack va officiellement commencer le 24 janvier.

Les Rangers ont trois gardiens dans la LNH. Alexandar Georgiyev et Igor Shestyorkin sont les deux gardiens réguliers. Le vétéran Keith Kinkaid est sur l’escouade taxi. À Hartford, les trois gardiens devraient être Adam Huska, la recrue Tyler Wall et François Brassard, qui a maintenu une moyenne de 2,76 buts alloués par match avec un pourcentage d’arrêt de ,908 en 14 matches la saison dernière au Maine (Portland).

«Je demeure dans la même organisation alors je connais déjà beaucoup de monde là-bas. Mon coach de l’année dernière, Riley Armstrong, sera au camp à Hartford. On s’est parlé un peu dernièrement. Ça commençait à bien aller pour moi l’année dernière et il m’a convaincu de venir à Hartford.»

+

Cédrick Andrée avec les Sénateurs?

Il s’entraîne au complexe Minto jusqu’à six fois par semaine. Quand les parties de hockey extérieures étaient encore permises, on pouvait même le voir en équipement complet sur les patinoires de son ancien quartier d’Orléans.

Cédrick Andrée commence à être désespéré. À 20 ans, il devrait être en train de savourer sa dernière année de hockey junior avec les 67’s d’Ottawa. Au lieu de cela, il se tourne les pouces en attendant de pouvoir à nouveau protéger un filet dans un match de hockey significatif.

Son téléphone a sonné mercredi. Il pourrait bientôt cesser de se morfondre. Et s’il devenait le candidat pour devenir le troisième gardien des Sénateurs de Belleville? L’offre de ce contrat d’essai professionnel avait été proposée à François Brassard, un autre gardien local, mais ce dernier a plutôt accepté un contrat à deux volets du Wolfpack de Hartford. La balle serait dans le camp du gardien d’Orléans maintenant.

Andrée est fait sur mesure pour servir de police d’assurance à Filip Gustavsson et Kevin Mandolese chez les Sénateurs de Belleville. Il est dans la région. Il a 20 ans. Il vient de connaître deux saisons du tonnerre avec les 67’s d’Ottawa, mais ceux-ci demeurent inactifs.

«L’appel (des Sénateurs) est tout frais. Je ne veux pas trop en parler tout de suite, mais c’est sûr que ça m’intéresse. Je suis prêt à me joindre à une équipe n’importe quand. Je me suis entraîné avec des joueurs de la Ligue nationale tout l’été. Je suis encore sur la glace les gars de la Ligue de l’Ontario (OHL) et de la Ligue américaine au complexe Minto, le seul endroit ouvert aux patineurs dans la région.»

Cédrick Andrée

Cédrick Andrée serait heureux de reprendre sa place entre les poteaux des 67’s d’Ottawa, mais il sait que le temps file rapidement.

«Nous n’avons toujours pas d’idée quand la OHL va recommencer. Nous avons un meeting zoom d’équipe ce soir (mercredi). Je ne sais pas si nous en saurons plus. Je suis prêt à tout. J’ai regardé du côté des ligues européennes, mais pour les gardiens, c’est vraiment plus difficile de trouver une place. Les ligues professionnelles ont des places limitées pour des joueurs étrangers et les clubs ne veulent pas courir de risques avec des gardiens recrues sans expérience chez les pros. J’aurais aimé aller en Europe comme Graeme Clarke, mais pour moi, ce qui serait mieux maintenant, ce serait ce contrat d’essai avec Belleville.»

Cédrick Andrée n’a jamais été repêché dans la LNH, mais il a participé au camp des Hurricanes de la Caroline la saison dernière. Après avoir compilé un dossier de 32-9-1 avec une moyenne de 2,42 buts alloués par match et un pourcentage d’arrêt de ,916 la saison dernière, il aurait aimé obtenir une autre chance, mais la pandémie est venue lui faucher cette occasion cette année.

Cédrick Andrée avec les Sénateurs de Belleville qui vont jouer à Ottawa cette saison? Ce serait une belle récompense pour cette année engloutie.