Triple médaillée aux Jeux de Pyeongchang, Kim Boutin a dominé sa vague de qualifications sur chacune des trois distances.

Boutin, Girard et Hamelin parfaits

Kim Boutin, Samuel Girard et Charles Hamelin ont franchi les qualifications sur chaque distance individuelle aux Championnats du monde de patinage de vitesse courte piste, tandis que Marianne St-Gelais a survécu à un début de journée difficile pour finalement accéder à l’étape suivante sur deux des trois distances.

Boutin, de Sherbrooke, Girard, de Ferland-et-Boilleau, et Hamelin, de Sainte-Julie, participeront aux demi-finales du 1500 mètres et aux quarts de finale du 500 m, samedi, ainsi qu’aux quarts de finale du 1000 m, dimanche. Pour leur part, St-Gelais, de Saint-Félicien, et Jamie MacDonald, de Fort St. James, C.-B., ont obtenu leur billet seulement au 500 m et au 1000 m. Le Montréalais Pascal Dion a été éliminé lors des qualifications sur les trois distances.

St-Gelais a commencé la journée de vendredi du mauvais pied à l’aréna Maurice-Richard. Elle était deuxième de sa vague de 1500 m dans la ligne droite avant le dernier virage quand son patin a accroché celui d’une rivale, ce qui a provoqué sa chute. Elle a donc terminé la course en dernière position et a été éliminée, en plus de subir une légère contusion à un genou.

« J’ai été trop gourmande, a reconnu la patineuse âgée de 28 ans, qui en est à sa dernière compétition en carrière. J’aurais dû rester en deuxième position (NDLR, les trois premières se qualifiaient pour les demi-finales) et ne pas pousser pour gagner. »

St-Gelais rebondit

St-Gelais a connu des Jeux olympiques difficiles le mois dernier à Pyeongchang, en Corée du Sud, étant incapable d’ajouter une quatrième médaille à sa collection. Vendredi, elle a été en mesure de rebondir rapidement.

« Je me disais : ‘‘Comment ça? Ça ne m’arrive pas en 10 ans, puis là, c’est deux en deux’’ », a raconté St-Gelais au sujet de sa chute au 1500 m, qui rappelait celle lors des demi-finales sur la même distance à PyeongChang.

« Ça n’aurait rien donné de casser un mur ou d’envoyer promener tout le monde, ça n’aurait rien changé au dénouement, a-t-elle ajouté. C’est fâchant de terminer mon 1500 m sur une chute, mais ça ne définira pas ma carrière. Ça me met un bâton dans les roues pour le reste des Championnats mondiaux, mais ce n’est pas fini. »

En après-midi, St-Gelais a d’abord rebondi en remportant sa vague des qualifications au 500 m en ravissant le premier rang à la Chinoise Chunyu Qu à la ligne d’arrivée. La détentrice de trois médailles olympiques d’argent a ensuite gagné sa vague de qualifications au 1000 m, sortant indemne d’un dépassement risqué de Qu, qui a d’ailleurs reçu un carton jaune pour ses agissements dans cette course.

« J’ai eu une petite frayeur parce que mon sport a parfois été difficile à comprendre dans les dernières semaines, a mentionné St-Gelais. Mais bravo aux arbitres. Ils ont pris la bonne décision. »

Double vice-championne du monde en titre, St-Gelais accrochera ses patins à la fin des Mondiaux, dimanche. Elle aura fort à faire pour partir à la retraite avec la couronne, mais elle a rappelé que ce n’est pas mission impossible.

Boutin dominante

Elle pourrait toutefois avoir sa coéquipière Boutin dans les pattes. Triple médaillée aux Jeux de PyeongChang, Boutin a dominé sa vague de qualifications sur chacune des trois distances.

Girard, médaillé d’or au 1000 m à PyeongChang et de bronze au relais, a imité Boutin, connaissant une journée parfaite — dans son cas avec cinq victoires en autant de courses. Hamelin semblait sur le point de compléter lui aussi le balayage, mais il a finalement pris le deuxième rang de sa vague de qualification au 1000 m, ce qui était suffisant pour accéder aux quarts de finale.

« C’était l’objectif; se classer pour les rondes finales sur chaque distance, peu importe si c’est en terminant premier, deuxième ou troisième, a noté Hamelin. C’est mission accomplie. Je me sentais super bien sur la glace. »

Hamelin, qui célébrera son 34e anniversaire de naissance le mois prochain, a annoncé plus tôt cette semaine qu’il repoussait sa retraite d’au moins une saison.

« Savoir que je vais continuer la saison prochaine, je pense que ça me permet d’aborder le championnat avec plus de légèreté, a-t-il noté. On peut voir le résultat sur la glace. Encore (jeudi) à l’entraînement, j’ai fait des temps que je n’avais pas réussis depuis vraiment longtemps.

« Ça augure bien pour le reste du week-end. »