Shawn Boudrias a été le meilleur compteur des Olympiques de Gatineau à 18 ans la saison dernière avec 28 buts et 60 points en 60 matches.

Boudrias : l’assurance du vétéran

Plus expérimenté, plus grand, plus costaud et maintenant repêché dans la Ligue nationale, Shawn Boudrias est débarqué au camp de sélection des Olympiques de Gatineau plus confiant que jamais en fin de semaine.

Comme le soleil à l’extérieur du Complexe Branchaud-Brière, le visage de l’attaquant de 18 ans rayonnait à sa sortie de la patinoire dimanche avant-midi à la suite du premier entraînement du groupe des vétérans.

« Je me suis entraîné fort tout l’été et je m’étais donné trois jours plus relaxes avant de recommencer pour de bon, alors ç’a fait du bien de faire sortir le méchant ce matin », a-t-il dit à sa sortie de l’aréna.

Le grand gaillard de La Plaine semblait fort détendu en ce premier jour du camp d’entraînement. Et pourquoi pas ? Repêché par le Wild du Minnesota au sixième tour cet été, il est maintenant membre d’une organisation de la LNH.

« Je ne suis pas allé au repêchage à Dallas même si mon agent (Christian Daigle) pensait que j’avais de bonnes chances d’être repêché. Je ne voulais pas revivre la déception de l’année précédente. Je suis resté à la maison. Il y avait beaucoup de famille chez nous. Quand j’ai été repêché, ç’a été tout un soulagement. »

Deux semaines plus tard, il s’est rendu au camp de développement du Wild où il a fait des exercices de patin, de maniement de rondelle tout en prenant part à des matches à cinq contre cinq et trois contre trois.

« Ils m’ont laissé en me disant qu’ils viendraient me voir durant la saison pour pratiquer et améliorer certaines choses avec moi. »

Reste à savoir où cette saison se passera. Pour l’instant, il est le seul joueur repêché dans la LNH par les Olympiques en reconstruction. Comme il a inscrit 60 points en 60 matches l’an dernier et qu’il est rendu à 6’5’’ et 220 livres, il sera drôlement alléchant pour les équipes qui aspirent au championnat de la LHJMQ.

Restera, restera pas ?
D’ailleurs, Boudrias est au courant des rumeurs qui circulaient à son sujet à Shawinigan pendant les dernières assises du circuit Courteau.

« Je ne veux pas trop parler de ça. Je m’en viens ici après un gros été d’entraînement et je me sens plus fort physiquement. Mon but, c’est d’aider les jeunes et l’équipe à gagner le plus possible. Je sais qu’ils reconstruisent, mais ça prend des vétérans pour entourer les jeunes aussi. À Noël, le club va sûrement faire des échanges, mais en ce moment, je suis ici pour gagner. »

Les Olympiques pourraient-ils faire comme l’an dernier et surprendre la majorité des observateurs qui leur prédisaient une saison difficile en raison du mouvement de jeunesse ?

« L’année dernière, nous avions vraiment de très bons vétérans comme Vitalii Abramov qui est parti tôt. Il y avait aussi Mitchell Balmas, Will Thompson et Alex Breton. Nous ne pouvons pas donner cette même pression de performer à nos jeunes cette année. »

Vétérans en danger
Si Shawn Boudrias n’a rien à craindre pour sa place dans l’équipe pendant le prochain de camp de sélection, il réalise que ce n’est peut-être pas le cas pour tout le monde. Le club a clairement mentionné qu’il cherchait à se rajeunir et le poste de certains vétérans pourrait être en danger.

« Ron Choules (entraîneur-adjoint) nous a rencontrés pour nous dire ce matin qu’il fallait travailler fort parce qu’il y avait des jeunes qui voulaient prendre nos places. Ça pourrait en stresser quelques-uns. Je suis passé par là 16 ans quand j’ai fait le club à Charlottetown. Maintenant, je suis repêché dans la LNH. Je dois devenir un leader et montrer le chemin aux jeunes. Ça passe vite. On dirait que c’est mon deuxième camp, mais c’est mon quatrième. Ouais, je suis rendu vieux là !

Shawn Boudrias pourra servir d’exemple à la relève des Olympiques jusqu’au 5 septembre, date de son départ pour son premier camp professionnel au Minnesota.

+

MATCH DE QUATRE POINTS POUR PIER-OLIVIER ROY À SES DÉBUTS À BOISBRIAND

Le premier choix de première ronde en quatre ans des Olympiques de Gatineau n’aura pas mis de temps avant de faire sa marque.

Pier-Olivier Roy a inscrit un but et fourni trois passes à Boisbriand dimanche après-midi pour aider les recrues des Olympiques à triompher de celles de l’Armada par la marque de 9-5.

Kieran Craig, révélation du camp, a également été spectaculaire en récoltant un tour du chapeau. L’agent libre ontarien de 17 ans a notamment compté un but pendant un désavantage numérique sur une passe de... Roy.

« Comme Pier-Olivier a beaucoup de talent, c’est un joueur qui retrouve ses repères facilement quand le jeu devient plus structuré », a indiqué l’entraîneur-chef Éric Landry.

Quant à Craig, un patineur d’Alexandria qui a amassé 12 points en 11 matches des séries avec les Hawks de Hawkesbury à 16 ans, il s’avère de plus en plus une belle trouvaille.

« Il a connu une très bonne saison à 16 ans dans le junior A. Il était un des meilleurs joueurs de son équipe en fin de saison. Nous sommes chanceux qu’il ait accepté de venir à notre camp », a ajouté Landry.

Alexandre Pellerin a compté deux fois dans un filet désert en fin de match en plus d’ajouter une passe dans la victoire. Yannick Abel a compté deux buts et Olivier Gervais-Daigneault a marqué une fois en plus de totaliser trois points dans le festival offensif.

Devant le filet, Rémi Poirier n’a pas été déjoué pendant sa première moitié de match où il a affronté 16 tirs. En relève, Alexis Giroux a cédé cinq fois sur 16 lancers.

Le club a annoncé deux vagues de coupures en fin de semaine. Samedi, l’équipe a libéré les attaquants Michael Stegmann, Samuel Mattie, Jett Leishman, les défenseurs  Liam Whitehouse, Charles Rivest, Julien Prévost, Alexis Poulin, Johnny Howie et Jérémy Duguay ainsi que les gardiens Sébastien Plamondon, Jérémy Martin et Simon Couroux.

Dimanche après le match, ce sont les attaquants Maxime Lavoie, Alex Vosniades, Zachary Gravel et Bradley Campbell qui ont subi le même sort. Blessés, Xavier Brisebois et Jakob Fortier sont retournés à la maison pour soigner leurs blessures. L’Américain Benjamin Raymond a quant à lui quitté après 48 heures.