La stratégie habituelle de Guy Boucher n’a pas fonctionné dimanche contre les Rangers. Les changements que l’entraîneur-chef des Sénateurs a apportés à ses trios n’ont pas suffi pour relancer l’attaque.

Boucher cherche des solutions

Grand jongleur de trios devant l’éternel, Guy Boucher était particulièrement en forme à ce niveau dimanche au Madison Square Garden.

L’entraîneur-chef des Sénateurs d’Ottawa a tout tenté pour essayer de secouer la torpeur de son offensive pendant le revers de 3-0 des siens aux mains des Rangers de New York, première fois cette saison où la formation de la capitale nationale était blanchie cette saison.

Au lendemain de ce troisième revers de suite, il avait décrété une journée de congé pour tout son monde avant de prendre le chemin de Washington mardi. On peut présumer qu’il n’a pas pris congé, lui, et qu’il a passé en revue toutes les combinaisons qu’il a essayées afin de mettre en marche son nouveau centre, Matt Duchene, toujours en quête d’un premier point dans son uniforme numéro 95 qu’il a porté pour cinq matches maintenant.

Comme la chimie ne s’installait pas entre lui et Bobby Ryan, son ailier attitré depuis qu’il est revenu d’un doigt cassé il y a trois parties, Boucher a même séparé son meilleur duo depuis le début de la campagne, Derick Brassard et Mark Stone, au courant de la rencontre, unissant ce dernier à Duchene, ce qui n’a pas donné les résultats escomptés non plus.

« J’ai essayé différentes choses. Nous avions été corrects en première période, puis en deuxième, on manquait de jump et j’ai tenté d’en créer en faisant jouer différents gars sur différentes lignes. Habituellement, ça fonctionne. Cette fois, ça n’a pas marché », a dit Boucher après la rencontre.

La tendance observée depuis qu’il est arrivé à la barre des Sénateurs au début de la saison dernière est que l’entraîneur québécois retourne habituellement à ses combinaisons qui ont fonctionné par le passé.

Il était donc un peu surprenant dimanche qu’il ne ramène pas Ryan, qui est toujours en quête d’un premier but cette saison (en 11 matches), avec Brassard et Stone, trio qui fonctionnait à plein régime au début de la campagne, avant qu’il ne se blesse en bloquant un lancer.

Brassard, qui a commencé le match avec Stone et Ryan Dzingel comme ailiers et l’a terminé en jouant notamment avec Bobby Ryan et Alexandre Burrows, ne se plaignait pas trop de toutes les expériences de Boucher avant la rencontre de dimanche.

« C’est certain que tout le monde, que ce soit notre coach ou les joueurs en général, tu veux essayer de trouver de la chimie et une certaine constance. Mais là, c’est différent, on vient d’avoir Matt, il faut que lui s’ajuste à tout le monde, apprendre à connaître tout le monde comme joueur. Et Bobby revient d’une blessure, il n’a pas joué depuis un bout de temps. Les deux jouent bien, ils ont beaucoup de temps de possession en zone offensive. Je pense que c’est juste une question de temps avant que ça clique et qu’on ait de bons duos, puis qu’on trouve un troisième gars pour chaque ligne. Dans cette ligue-là, ça prend quatre lignes pour gagner », confiait le centre gatinois, qui a été tenu à l’écart de la feuille de pointage lors des trois derniers revers de son club. Il a toujours 6 buts et 15 points à sa fiche, son dernier but remontant au 21 octobre, une disette de 11 matches.

Sans Smith

L’absence de l’ailier gauche Zack Smith, qui devrait rater encore une dizaine de jours en raison d’un pouce disloqué, complique évidemment la vie de Boucher, qui a été réduit à utiliser un joueur qu’il a lui-même étiqueté comme devant jouer sur sa quatrième ligne, Tom Pyatt, aux côtés de Duchene et Ryan pour amorcer le match de dimanche. Une expérience qui n’a cependant pas duré très longtemps, tout comme celle de ramener Mike Hoffman sur un troisième trio avec Jean-Gabriel Pageau. 

Boucher peine aussi à trouver des partenaires réguliers pour jouer sur le quatrième trio avec Nate Thompson, lui qui a utilisé Chris DiDomenico et Nick Paul pendant moins de huit minutes chacun dimanche alors que Thompson, qui joue en désavantage numérique lui, a joué plus de 13 minutes.

Il reste que la priorité de Guy Boucher est de trouver un moyen de relancer Matt Duchene, acquis à gros prix de l’Avalanche du Colorado dans la transaction à trois équipes qui a envoyé Kyle Turris à Nashville. Ce dernier a un but et deux passes en quatre parties avec son nouveau club.