Au centre, la championne mondiale des Pays-Bas, Irene Schouten, à gauche, la médaillée d'argent canadienne, Ivanie Blondin, et à droite, la médaillée de bronze, Elizaveta Kazelina de la Russie.

Blondin redevient vice-championne du monde

Ivanie Blondin était nerveuse en embarquant sur la glace en vue du départ groupé des championnats du monde des distances individuelles, dimanche, à Inzell, en Allemagne. Quelques minutes plus tard, elle s’avérait soulagée en débarquant de la patinoire.

La patineuse de vitesse sur longue piste d’Ottawa venait de remporter la médaille d’argent. « J’étais stressée car j’aurais pu perdre un peu de mon aide financière si je ne terminais pas sur le podium », a-t-elle avoué au Droit.

C’est 500 $ en moins qui lui aurait été versés par mois. « Ça aurait rendu la prochaine année difficile, a reconnu l’athlète franco-ontarienne. Ça m’évite des maux de tête, même si je ne sais pas si je veux continuer à patiner ou non. »

Blondin, 28 ans, a passé à travers toute la gamme des émotions lors de cette course remportée par sa grande rivale, la Néerlandaise Irene Schouten. Elle a notamment été impliquée dans une collision avec cinq tours à compléter.

« Une des Coréennes a essayé d’effectuer un dépassement par l’intérieur. Je me suis retrouvée avec un genou sur la glace, mais j’ai été capable de me relever immédiatement. » Sa coéquipière Valérie Maltais a été moins chanceuse. Elle n’a pu terminer la course.

Mais Blondin tenait à lui rendre hommage. « Elle s’est sacrifiée pour moi aujourd’hui. C’était le plan. Elle s’est battue dès le début pour s’assurer que je me retrouve en bonne position. Elle m’a beaucoup aidée. C’était impressionnant. »

Blondin devient vice-championne du monde en départ groupé pour la deuxième fois en carrière. Elle avait obtenu l’argent en 2015. L’année suivante, elle avait gagné l’or.

Cette épreuve s’avère sa spécialité comme en fait foi sa quinzaine de médailles en Coupe du monde.

Ivanie Blondin avait décidé de tout miser dimanche sur le départ groupé. Elle avait déclaré forfait en vue du 1500 m.

« J’aimais mieux finir sur le podium dans une course que de me contenter d’être dans le top-10 dans deux. J’aurais eu une heure entre les deux courses pour récupérer. J’ai déjà essayé de faire ça plus tôt cette saison et je n’avais plus de jambes pour ma deuxième course. »

Une belle vie

Cette médaille d’argent fait du bien aussi au moral de Blondin, qui connaît une saison plus tranquille que les précédentes. Elle rappelle qu’il s’agit de la première année du nouveau cycle olympique. « C’est une bonne année pour me concentrer sur autres choses et avancer dans ma vie. »

Son ami de cœur et elle ont notamment attaqué des projets de rénovation dans leur condominium à Calgary. Ils ont aussi décidé de devenir une famille d’accueil pour un refuge local de chiens.

« Nous allons justement chercher un autre chien mardi », a-t-elle souligné.

Blondin prendra part aux championnats du monde toutes distances les 2 et 3 mars à Calgary. Une semaine plus tard, ce sera place aux finales de la Coupe du monde à Salt Lake City.