Ivanie Blondin a pris le 16e et dernier rang, dimanche, lors de la Coupe du monde de Calgary.

Blondin épuisée, De Haître motivé

Épuisée, Ivanie Blondin ne ressemblait en rien à une des favorites pour gagner l’or au départ groupé en février aux Jeux olympiques.

La patineuse de vitesse sur longue piste originaire d’Orléans a pris le 16e et dernier rang, dimanche, lors de la Coupe du monde de Calgary. Elle a été presque neuf secondes plus lentes que la gagnante, l’Allemande Claudia Pechstein.

« C’est décevant. La fin de semaine ne s’est pas déroulée comme je voulais... Je ne sais pas quoi dire », a lancé Blondin au bout du fil.

Un week-end durant lequel elle a gagné le bronze lors de la poursuite féminine. Mais elle a aussi dû se contenter du 10e rang au 3000 m.

Tout ça à deux mois des Jeux.

« La première étape de la Coupe du monde s’est bien passée. Mais j’ai peut-être trop patiné. J’ai participé à cinq courses en trois jours lors de cette compétition-là », a-t-elle expliqué.

« Puis quand je suis revenue de la Norvège, j’ai perdu une semaine, car j’ai été malade. Je pense que mon corps a besoin de repos pour que je puisse retrouver mon élan. Je ressens de la fatigue. Mon corps a un peu éclaté ».

Si Blondin était inquiète, son ami et coéquipier franco-ontarien Vincent De Haître était de bonne humeur. Il a gagné l’or en sprint en équipe en compagnie de Laurent Dubreuil et Gilmore Junio. Encore mieux ? Les trois hommes ont abaissé le record du monde.

« Le Canada se démarque beaucoup. Nous avons une équipe profonde. Peu importe qui est choisie pour patiner, nous allons très vite chaque fois », a soutenu De Haître.

« En plus, nous n’avons pas l’occasion de nous entraîner souvent pour cette épreuve ».

C’est que le sprint en équipe ne se trouve pas au menu en vue des prochains Jeux. « Mais nous espérons qu’il le sera lors des Jeux suivants (en 2022) », a ajouté De Haître, qui participera à la prochaine étape de la Coupe du monde dans cinq jours à Salt Lake City