JEAN EMMANUEL PIERRE-CHARLES
JEAN EMMANUEL PIERRE-CHARLES

Les BlackJacks présentent leur alignement

Presque tous les joueurs des BlackJacks ont défilé devant les journalistes, jeudi, à la veille de l’ouverture officielle du camp d’entraînement. Nous profitons de l’occasion pour vous présenter quelques-uns des piliers de la toute nouvelle équipe sportive professionnelle qui défendra l’honneur d’Ottawa.

À LIRE AUSSI : Olivier Hanlan, dernière acquisition des BlackJacks [VIDÉO]

 Les BlackJacks, une équipe «municipale»

JEAN EMMANUEL PIERRE-CHARLES

Attaquant, 26 ans, originaire d’Ottawa

Cet ancien des Ravens de Carleton et des Gee Gees d’Ottawa a passé la saison 2019-20 dans la Liga Nacional de Baloncesto Profesional du Mexique.

«Pendant le confinement, je me levais le matin et j’allais courir dans le coin de Mooney’s Bay. Il y a des bonnes côtes, dans ce coin-là. Mais je peux vous dire que le gym me manquait beaucoup», a-t-il déclaré, jeudi.

Jean Emmanuel Pierre-Charles

THOMAS SCRUBB

Ailier, 28 ans, originaire de Vancouver

Le plus vieux des frères Scrubb a choisi de passer ses étés sur la rive québécoise de la rivière des Outaouais. L’an dernier. Il portait les couleurs d’un club français de la région de Strasbourg.

«Les centres sportifs intérieurs ont ouvert leurs portes un peu plus rapidement au Québec. Ça fait mon affaire. Puisque je vis à Chelsea, je vais parfois faire du vélo dans le parc de la Gatineau. Ça me donne un coup de pouce pour mon cardio.»

Les frères Thomas et Philip Scrubb

PHILIP SCRUBB

Arrière, 27 ans, originaire de Vancouver

Il a remporté trois fois le titre de joueur le plus utile à son équipe, dans le sport universitaire canadien, entre 2012 et 2014. Il jouait en Espagne, l’hiver dernier.

«Quand je suis de passage dans le coin, je peux toujours retourner m’entraîner à l’université Carleton. La culture gagnante est bien implantée, là-bas, et je trouve qu’elle se transporte bien par ici.»

ÉRIC KIBI

ÉRIC KIBI

Attaquant, 29 ans, originaire d’Orléans

Il a grandi en banlieue d’Ottawa et possède une double nationalité. Ça lui a permis d’enfiler le maillot de l’équipe nationale du Congo. Il a d’ailleurs remporté le Championnat des nations d’Afrique.

«J’ai grandi à Ottawa et je considère que c’est ma maison, ici. J’espère bien répéter ici ce que j’ai fait avec l’équipe du Congo. On va essayer de gagner un championnat.»

JOHNNY BERHANEMESKEL

Arrière, 27 ans, originaire d’Ottawa

Après avoir évolué en Estonie, en Espagne, en Allemagne, en Grèce ainsi qu’en France, il est plutôt heureux de renouer avec ses vieux rivaux universitaires. Il est un des rares anciens des Gee Gees, dans un vestiaire où on retrouve plusieurs anciens des Ravens.

«Nous n’avons pas vraiment commencé à parler de tout ça, pour la simple raison que le camp n’a pas vraiment pris son envol. Je suis convaincu qu’on va entendre les premières blagues sur le sujet très bientôt.»

Kyle Landry et Johnny Berhanemeskel

KYLE LANDRY

Joueur d’utilité, 34 ans, originaire de Calgary

Il est un des joueurs les plus expérimentés de l’équipe. Il est aussi, à six pieds et neuf pouces, un des plus imposants. Il est aussi un des plus polyvalents. Il peut évoluer à plusieurs positions.

«L’an dernier, il y avait beaucoup de scepticisme face à la Ligue canadienne. Je crois que les gens ont été impressionnés par le calibre de jeu. Plus le temps va passer, plus notre ligue attirera des joueurs de qualité.»

Shaquille Keith (gauche)

SHAQUILLE KEITH

Ailier, 27 ans, originaire de Brampton

Il possède aussi une certaine expérience de la CEBL. Il s’alignait avec les Honey Badgers de Hamilton, la saison dernière.

«J’ai fait mes études universitaires dans les maritimes. Ce sera cool de travailler avec tous ces anciens de Carleton. Ottawa, pour moi, c’est un endroit nouveau, mais j’espère que je pourrai bientôt m’y sentir chez moi.»