Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

BlackJacks

Les BlackJacks miseront sur Tutu

Ses parents ont grandi au Soudan. Lui, il est né en Égypte avant de déménager à l’âge de neuf mois au Canada.

Son enfance et son adolescence ont été passées à Windsor, dans le sud ouest de l’Ontario. Sa carrière en basket professionnel sera maintenant lancée à Ottawa.

Munis Tutu est le plus récent joueur embauché jeudi par les BlackJacks, cette nouvelle concession au sein de la Ligue canadienne élite de basket-ball (CEBL). Il ne se retrouvera toutefois pas en terrain inconnu.

Après avoir disputé deux saisons dans la NCAA à l’université Loyola, le meneur de 6’ a passé les trois dernières dans la capitale nationale chez les Ravens de Carleton. Cinq de ses coéquipiers au fil de ces saisons en sol canadien ont aussi fait le saut chez les BlackJacks.

C’est sans compter que l’équipe sera dirigée par une ancienne vedette des Ravens, Osvaldo Jeanty. Et que le DG s’avère Dave Smart, l’architecte de cette dynastie universitaire.

BlackJacks

Les BlackJacks repêchent un trio des Ravens

Les BlackJacks ont utilisé leurs trois sélections au repêchage de la Ligue canadienne élite de basket-ball (CEBL) pour mettre la main sur trois autres joueurs locaux.

La nouvelle franchise professionnelle d’Ottawa a notamment choisi au tout premier rang l’ailier des Ravens de Carleton, TJ Lall, qui fait 6’6’’. Ses coéquipiers Lloyd Pandi et Alain Louis ont aussi été réclamés par l’équipe, respectivement au second et troisième tour.

Les résultats du repêchage tenu en ligne le 19 mars dernier par les sept clubs du circuit ont été dévoilés jeudi soir. Seulement les joueurs encore admissibles l’automne prochain dans les rangs universitaires canadiens pouvaient être réclamés.

«Nous voulons tenir notre promesse d’avoir le plus de joueurs de la région d’Ottawa-Gatineau chez nous», a soutenu l’entraîneur-chef Osvaldo Jeanty.

Ce dernier était un spectateur attentif lors du récent «Final 8», ce championnat canadien de basket universitaire remporté par Carleton. Les trois joueurs en question ont été des acteurs importants dans la 15e conquête du titre national, il y a deux semaines et demie, à l’aréna de la Place TD.

«TJ s’avère très polyvalent. Il peut jouer à de multiples positions et nous aidera à boucher des trous, a indiqué Jeanty.

«Il peut réussir des lancers de trois points. Il peut aider au chapitre des rebonds et il défend très bien.»

Quant à Pandi, un garde de 6’4’’, il a été nommé recrue de l’année au Canada en 2019-2020. Louis, lui, est devenu un rouage important des Ravens après avoir dû se contenter d’un rôle de substitut à ses deux premières saisons universitaires.

Chaque formation de la CEBL doit aligner un joueur universitaire lors des matches lors de la prochaine saison. «Rien n’empêche que nous puissions en avoir un deuxième à nos entraînements», a souligné Jeanty.

Le repêchage des BlackJacks a été mené par lui et le directeur général Dave Smart. Que le duo pige chez les Ravens n’a rien de surprenant, sachant le rôle des deux hommes ont eu au fil des ans dans la dynastie qu’est devenue Carleton.

Les BlackJacks comptent maintenant un total de cinq joueurs dans leurs rangs, ayant déjà embauché les Franco-Ontariens Éric Kibi et Jean Emmanuel Pierre-Charles. D’autres produits locaux se joindront à l’équipe, dit-on.

«Nous voulons que la communauté se reconnaisse dans l’équipe, qu’elle puisse voir des joueurs qui sont allés à l’école ici ou ont grandi ici avant de jouer chez les professionnels en Allemagne, en Espagne ou en France, a dit Osvaldo Jeanty.

«Nous avons une bonne idée à quoi ressemblera notre alignement, a-t-il ajouté. Nous allons annoncer chaque semaine la mise sous contrat d’un nouveau joueur.»

En principe, le camp d’entraînement doit commencer le 28 avril. Le premier match officiel est prévu le 7 mai à Niagara contre les River Lions.

Mais la progression de la COVID-19 a mené à plusieurs annulations d’évènements sportifs de même que la suspension des activités de diverses ligues sportives. Est-ce que les BlackJacks et la CEBL seront les prochains à écoper?

«On va voir. C’est encore un peu tôt pour dire. Mais nous allons respecter ce que la santé publique recommandera», a promis Jeanty.

BlackJacks

Éric Kibi avec les BlackJacks

Éric Kibi rentre au bercail. Originaire d’Ottawa et ancien membre des Skyhawks, qui n’ont passé qu’une saison dans la capitale, cet attaquant de 6’ 7’’ a officiellement signé un contrat avec la nouvelle équipe des BlackJacks d’Ottawa vendredi.


Âgé de 29 ans, Kibi en est à sa huitième saison chez les professionnels, lui qui a partagé sa saison dernière entre deux équipes argentines, dont le Tiro-Fedora.

Il a également joué en Irak, en Slovaquie, en France, en Espagne, au Danemark et au Monténégro au cours des dernières années, en plus de porter les couleurs du Congo en compétitions internationales, lui qui détient la double nationalité.

« Éric a beaucoup d’expérience dans différentes ligues. C’est un vétéran qui offre de la ténacité et du leadership. C’est un excellent joueur au rebond qui termine bien autour du panier. Il est capable de jouer à différentes positions et cette polyvalence va nous permettre d’exploiter nos avantages sur le terrain », a dit l’entraîneur-chef Osvaldo Jeanty par voie de communiqué au sujet du deuxième joueur mis sous contrat par le club, après Jean Emmanuel Pierre-Charles.

« J’ai quitté Ottawa à l’âge de 15 ans pour poursuivre mon rêve en basketball et je viens de terminer ma huitième saison professionnelle à l’étranger. Revenir à la maison et jouer devant ma famille et mes amis est indescriptible, surtout que mes parents et ma sœur ont tellement sacrifié pour moi ces 15 dernières années. Ottawa compte beaucoup pour moi et ce sera un honneur de représenter ma ville. Je tiens à remercier l’organisation et surtout Dave Smart et Coach Os de m’avoir donné cette opportunité. J’ai grandi en les regardant remporter des championnats ensemble et ils me connaissent depuis que j’ai 13 ans, alors ils savent combien cela signifie pour moi », a pour sa part souligné Kibi.

BlackJacks

Les BlackJacks poursuivent leurs préparations

Tout allait bien chez les BlackJacks d’Ottawa.

En décembre, l’équipe avait réussi à convaincre Dave Smart de devenir directeur général de la nouvelle équipe de basket-ball professionnel d’Ottawa. Un mois plus tard, elle a embauché un autre nom respecté, Osvaldo Jeanty, à titre d’entraîneur-chef.

BlackJacks

Jean-Charles en attendant Hanlan chez les BlackJacks [VIDÉO]

Les BlackJacks d’Ottawa ont promis qu’ils aligneront des joueurs locaux, dont des produits francophones, durant leur saison inaugurale dans la Ligue canadienne élite de basket-ball (CEBL). Ils sont passés des paroles aux actes, lundi, avec de leur première mise sous contrat.

Jean Emmanuel Jean-Charles est devenu le premier joueur de l’organisation, après avoir complété sa saison hivernale au Mexique chez le Santos de San Luis Potosi.