Mathieu Bellemare a réalisé 19 arrêts pour blanchir les Wildcats de Moncton 4-0 mercredi soir au centre Robert-Guertin. Il avait déjà blanchi les Wildcats une autre fois pendant les séries éliminatoires de 2016.

Bellemare s’illustre devant Grametbauer

La meilleure attaque de la LHJMQ ? Tiens-toi !

Ce n’est pas parce qu’ils étaient vêtus de rose pour leur match annuel pour la cause du cancer du sein que les Olympiques de Gatineau allaient se montrer tendres envers les Wildcats de Moncton mercredi soir au centre Robert-Guertin.

Dirigés par un spécialiste de la défensive en l’absence d’Éric Landry parti au Défi mondial des moins de 17 ans, les protégés de Ron Choules ont complètement neutralisé l’attaque dévastatrice des Wildcats en les limitant à seulement 19 tirs dans une victoire par blanchissage de 4-0.

Les Olympiques (7-6-2) n’ont rien donné aux Wildcats qui partageaient le premier rang de la LHJMQ avant les matches de mercredi. Ils ont même écoulé les six pénalités qui leur ont été décernées. Devant la cage des Gatinois, Mathieu Bellemare a été impeccable pour signer son huitième jeu blanc en carrière, dont un deuxième contre les Wildcats.

À l’autre bout de la patinoire, son ancien partenaire pendant un an à Gatineau a été tout aussi éblouissant. Mark Grametbauer a été beaucoup plus occupé. Il a fallu attendre à la deuxième période pour que les locaux le battent une première fois à l’aide de leur 17e tir. Mitchell Balmas a enfin percé sa muraille pendant un avantage numérique double, puis c’est un autre jeu de puissance qui a permis aux Olympiques de prendre les commandes de la partie.

Troisième période décisive

Giordano Finoro a fait 2-0 à la 7e minute de la troisième période. Vitalii Abramov a ajouté le but qui a cloué le cercueil des visiteurs sur une échappée, puis Mitchell Balmas a complété dans un filet désert.

Grametbauer a fait face à 33 tirs. Il a surtout été le meilleur joueur des Wildcats mercredi.

« Je pense avoir bien joué dans les deux premières périodes. Le match nous a glissé entre les mains en troisième, mais nous arrivons d’un voyage de 14-15 heures en autobus. Ç’a été un désavantage, mais nous sommes ici maintenant et il nous reste deux matches à jouer. Les Olympiques étaient plus rapides que nous pour récupérer les rondelles. Ils sont sortis plus forts », a dit  celui qui a porté l’uniforme gatinois en 2016 et 2017.

Normalement indifférent face à ses opposants, Grametbauer avoue que le duel contre Bellemare avait quelque chose de spécial.

« J’ai commencé à y penser quand j’ai mis les pieds dans le vieil édifice mardi. J’ai été très proche de Mathieu quand j’étais ici. Je lui souhaitais du succès, mais je voulais gagner. Même si j’affrontais mon frère, je voudrais gagner. J’ai essayé de donner quelques trucs à mes coéquipiers pour le battre, mais à la fin, je pense que nous avons eu un bon duel. »

Mathieu Bellemare savourait pleinement son premier blanchissage de la saison contre son ami Grametbauer.

« Moncton a une bonne offensive. Il fallait être prêts. C’était le match en rose pour appuyer la cause du cancer et j’affrontais mon ancien partenaire, alors c’était un match spécial. C’est sûr qu’on veut toujours gagner pour montrer qu’on est meilleur que l’autre, mais les gars n’ont juste pas donné de chances de compter aux Wildcats. »

Bellemare a été impressionné par l’attention défensive de ses coéquipiers devant lui. « Notre plan de match était de limiter leurs chances de marquer. En donnant seulement 19 tirs, je pense que nous avons réussi. Même en désavantage numérique, nous n’avons rien donné alors que notre avantage numérique nous a donné du momemtum, surtout à partir du deuxième but. »

Pendant les 30 premières minutes, alors que les gardiens volaient clairement la vedette, on pouvait se demander si le duel de gardiens allait se terminer par un pointage de 0-0, mais Bellemare assure ne pas y avoir pensé.

« 0-0, c’est rare que ça arrive, mais disons qu’après la première période, nous savions que ça ne finirait pas 5-4 ce soir. »

Pour l’entraîneur Ron Choules, les Olympiques ont montré qu’ils étaient intraitables lorsqu’ils appliquaient le plan de match.

« Les gars n’ont fait que poursuivre ce qu’Éric Landry a mis en place comme structure de jeu. Nous avons été responsables défensivement. Bellemare a été incroyable en faisant le gros arrêt dans les moments clés. Notre désavantage numérique a été à point et nous avons généré de l’attaque sur notre jeu de puissance. »