Le combattant gatinois Marc-André Barriault (droite) se dit confiant face à son avenir dans l’UFC même si les négociations pour son nouveau contrat n’ont pas encore débuté.
Le combattant gatinois Marc-André Barriault (droite) se dit confiant face à son avenir dans l’UFC même si les négociations pour son nouveau contrat n’ont pas encore débuté.

Barriault demeure positif au sujet de son avenir dans l’UFC

Les négociations pour un nouveau contrat avec l’UFC n’ont pas encore débuté. Mais Marc-André Barriault ne se montre pas inquiet pour son avenir.

« Stéphane m’a dit de ne pas m’en faire avec ça », soutient le combattant gatinois qui a remporté son premier combat dans un octogone de l’UFC, le 20 juin dernier, contre le poids moyen polonais Oskar Piechota (11-4-1).

Stéphane, c’est Stéphane Patry, qui agit en tant que conseiller et gérant pour l’ancien champion de TKO.

Il s’agissait du dernier de quatre combats du pacte initial liant Barriault (12-4-0) avec la puissante organisation d’arts martiaux mixtes depuis novembre 2018. Reste à voir si ses patrons lui soumettront une nouvelle offre. « J’ai fait mon travail. Je sais que les gens de l’UFC ont aimé mon dernier combat. Mais ils sont occupés en ce moment avec des galas toutes les semaines, surtout avec ceux qui s’en viennent à Fight Island à Abou Dabi. »

Barriault a défait son adversaire par mise hors de combat de l’officiel à quelques secondes du second round. 

Il a souvent atteint solidement Piechota durant cet affrontement, notamment au premier round.

Les deux hommes se battaient pour leur avenir au sein de l’UFC après avoir perdu à leurs trois sorties précédentes. Ce fut un des affrontements divertissants de ce gala disputé au centre Apex, à Vegas.

« Je m’attends à ce que des négociations commencent à la fin de l’été. Je pense bien que ça va se décider là. J’aimerais bien par la suite me battre à la fin de l’automne ou au début de l’hiver. »

+

Le combattant gatinois Dave Leduc en compagnie de son entraîneur, le Franco-Ontarien Patrick Marcil.

OUVRIR UNE RESTAURANT AVANT DE SE BATTRE

Ça fera bientôt un an qu’il s’est battu pour la dernière fois en Asie. Qu’il a ajouté une nouvelle ceinture de champion du monde à sa collection.

Dave Leduc piaffe d’impatience de renouer avec l’action. De donner des coups de genou à un adversaire. De boxer à mains nues.

« J’ai un gros combat prévu en mars 2021 à Copenhague, au Danemark, qui sera vendu à la télé à la carte. Je ne peux pas trop en dire en ce moment, mais ce sera contre un champion thaïlandais », affirme le Gatinois de 28 ans.

Un autre combat est aussi prévu en novembre 2021.

« Mais c’est loin tout ça », avoue le principal intéressé.

Leduc garde espoir de se battre d’ici la fin de l’année. « Au moins une fois. La World Lethwei Championship (WLC) vient de recommencer », note-t-il.

Ce dernier a fait la finale du gala « King of Nine Limbs » de la WLC en août 2019. La jeune organisation est affiliée à l’UFC en Asie.

Leduc avait défait le Polonais Seth Baczynski en l’envoyant trois fois au tapis pour gagner le titre de champion des poids lourds légers.

L’affrontement avait été diffusé sur les ondes de la chaîne spécialisée UFC Fight Pass.

« Je continue à m’entraîner en attendant mon prochain combat. Je n’ai pas besoin de faire de combat pour vivre. Je pourrais prendre ma retraite. Mais je fais ça parce que j’aime ça. »

Leduc planche sur un projet depuis son retour en Outaouais, il y a sept mois. Il se lancera dans le domaine de la restauration.

« Je vais ouvrir mon premier restaurant. J’aimerais bien franchiser ça par la suite », laisse-t-il tomber sans donner plus de détails.

Déjà bien connu en Asie, Dave Leduc passe de moins en moins inaperçu dans sa région natale. Du côté québécois de la rivière des Outaouais, on lui jase de lethwei et de ses combats violents.

Et lorsqu’il se trouve en sol ontarien ?

C’est Dave Leduc, le participant de la téléréalité « Amazing Race Canada » qui intéresse les curieux. Sa conjointe Irina Terehova et lui ont participé à la septième édition, l’été passé, sur les ondes de CTV. Ils formaient le couple de vilains aux yeux de nombreux téléspectateurs.

Le duo a remporté quatre étapes avant de subir l’élimination à la neuvième des 11 étapes, terminant quatrième au classement final.

« La traduction française de la série vient de commencer à être diffusée à la télé. Ma sœur Renée m’a appelé l’autre jour pour m’en parler. Ma voix était doublée par un Français ! »