Le cycliste gatinois Michael Woods a gagné la deuxième étape du Tour Herald Sun, jeudi, à Victoria, en Australie. Il se retrouve maintenant en tête du classement général et portera le maillot jaune au départ de la troisième étape vendredi.

Woods enfile le jaune en Australie

Michael Woods a troqué les couleurs roses de son équipe EF Education First pour le jaune du maillot de leader, jeudi, à Victoria, en Australie.

Le cycliste de Gatineau a remporté la deuxième étape du Tour Herald Sun disputée sur 127 km. Il a devancé au sprint Richie Porte, de Trek-Segafredo.

Les deux adversaires ont roulé seuls en échappée lors des 12 derniers kilomètres de cette journée marquée par de forts vents entre Wonthaggi et Churchill.

Woods prend la tête du classement général par quatre secondes sur Porte. Il avait terminé 10e la veille lors de l’étape inaugurale de la course cycliste la plus vieille de l’Australie.

La première édition du Herald Sun présentée en 1952 avait été gagnée par... un éleveur de moutons, Keith Rowley.

Woods, lui, gagne sa vie en roulant après avoir fait carrière en athlétisme. Il avait triomphé à la 17e étape du Tour d’Espagne en septembre en plus de terminer troisième aux championnats du monde.

Sauf que l’année 2019 a commencé lentement pour lui dont le meilleur résultat jusqu’ici avait été une septième place à la dernière étape du Tour Down Under.

« Ça faisait du bien de lever mon poing vers le ciel et célébrer après avoir passé le fil d’arrivée », a soutenu Woods après sa victoire.

« L’équipe roule tellement bien en groupe depuis un mois en Australie. Mais c’était frustrant pour moi de ne pas être en mesure de terminer le travail. Tout le monde contribue, mais les résultats n’étaient pas au rendez-vous. »

Woods a ravi le maillot jaune à son coéquipier Dan McLay, victorieux lors de la première étape disputée mercredi. Il a tenu à rendre hommage aussi au directeur sportif de son équipe, Tom Southam.

Les deux hommes ont effectué une reconnaissance du parcours, trois jours auparavant. Ils savaient très bien l’importance de la deuxième étape de ce tour continental où on retrouve notamment une portion en terre battue.

« Southam a passé cinq heures à me suivre dans son auto. Nous avons eu ensuite une longue discussion au sujet de l’étape. Nous avons suivi le plan de match à la lettre. Cette journée-ci n’aurait pas pu mieux se dérouler. »

Un autre des patrons chez EF Education First, Jonathan Vaughters, se réjouissait pour sa vedette canadienne. « Mike est un gagnant depuis sa naissance. Il est encore en période d’apprentissage, à savoir comment bien utiliser ses talents sur un vélo », a-t-il rappelé sur le site web de l’équipe.

« Nous allons le voir gagner de plus en plus souvent. »

Michael Woods a rappelé qu’il a effectué un pas de géant l’an dernier en se retrouvant parmi les meneurs sur une base régulière en courses internationales.

« Ce n’est que dans les six derniers mois que j’ai commencé à comprendre comment gagner. Et j’aime ça. C’est nettement plus plaisant se retrouver devant tout le monde et atteindre parfois ses objectifs. »

Le cycliste âgé de 32 ans tentera maintenant de remporter un tour cycliste pour la première fois de sa carrière.

Il reste trois étapes au Tour Herald Sun. Un trajet de 161 km attend les 84 participants vendredi entre Sale et Warragul.

« J’ai confiance en notre capacité de nous défendre, a soutenu Woods. Cela dit, une avance de quatre secondes sur un des meilleurs grimpeurs au monde ne s’avère pas un coussin confortable. Il faudra rouler de façon intelligente. Je devrai miser beaucoup encore sur mes coéquipiers. »