Natasha Purich et Bryce Chudak sont deux des élèves de la double Olympienne originaire de Hull, Anabelle Langlois, qui s’est recyclée en entraîneuse avec son conjoint Cody Hay depuis leur retraite en 2010.

«Wonder Woman» est de retour

Anabelle Langlois tenait à ce que l’histoire de ce couple albertain venu patiner au Québec soit racontée.

« Une histoire inspirante pour tout le monde qui fait face à des moments difficiles après s’être blessé », précise l’ancienne championne canadienne de patinage artistique qui était de retour en Outaouais ces trois derniers jours. La double Olympienne originaire de Hull s’est recyclée en entraîneuse avec son conjoint Cody Hay depuis leur retraite en 2010. D’abord à Calgary puis maintenant au club des Deux-Rives, à Pierrefonds.

Natasha Purich et Bryce Chudak sont deux de ses élèves qui ont décidé de la suivre au Québec. À l’âge de 24 ans, ils étaient parmi les plus vieux participants des championnats provinciaux qui ont eu lieu ces trois derniers jours au complexe Branchaud-Brière de Gatineau.

Le simple fait de participer à cet événement constitue déjà une victoire importante pour eux.

Purich s’est fracturé la rotule gauche durant un entraînement sur glace au printemps 2018. Chudak la tenait à bout de bras quand la chute s’est produite.

« La rotule était complètement explosée. Quand j’ai vu ça, je ne pensais jamais qu’elle serait capable de courir un jour, encore moins marcher normalement ou patiner à nouveau », raconte Langlois.

« C’est extraordinaire qu’elle soit de retour. Je n’ai jamais entendu parler d’une patineuse en paire qui s’est remise d’une pareille blessure. C’est pour ça que je l’appelle Wonder Woman. Elle est plus petite que moi, mais elle forte comme un cheval. »

Purich fait 4’10’’. Elle a déjà terminé cinquième aux championnats du monde juniors en 2011 puis sixième au Grand Prix de la Coupe de Chine en 2015, chaque fois avec des partenaires différents.

Au moment de sa blessure, elle ne faisait pas équipe officiellement avec Chudak, qui a aussi patiné aux Mondiaux juniors plus tôt dans sa carrière en couple. Les deux athlètes se cherchaient des partenaires depuis déjà quelques mois.

Langlois les avait invités à s’entraîner ensemble en attendant de trouver un nouveau coéquipier.

« Si Natasha était complètement détruite physiquement à l’époque par cette blessure, Bryce, lui, était détruit mentalement. Il avait décidé de lâcher le patinage. Il l’avait même annoncé sur Instagram. »

Mais Purich s’est remise de sa blessure grâce aux médecins qui ont reconstruit sa rotule avec un mélange de tiges métalliques. Elle a recommencé à patiner l’hiver dernier, effectuant ses sauts.

Puis Langlois a décidé d’inviter Chudak à rejoindre sur la glace la miraculée.

« On lui a demandé de venir la lancer une fois par semaine. Il a aimé ça. »

Au point que les deux patineurs ont décidé de conclure un partenariat sportif et même suivre leur coach au Québec durant l’été. Mais une autre embûche les guettait.

Purich a dû subir une autre opération afin de retirer un morceau de cartilage qui flottait dans un genou. Son partenaire et elle n’ont pu s’entraîner pendant deux mois dans leur province adoptive.

C’est pourquoi les championnats québécois avaient une signification importante pour eux.

« Ça fait deux ans qu’ils n’avaient pas participé à une compétition, souligne Anabelle Langlois. Je ne sais pas où ils vont se rendre. Mais c’est beau à voir comment Bryce s’occupe d’elle et comment Natasha lui fait confiance. »

La paire albertaine est repartie de Gatineau avec une médaille d’argent, mais surtout beaucoup de motivation pour la suite des choses.

Trois espoirs locaux étaient aussi en lice aux championnats québécois, dont Fée Ann Landry, de Patinage Gatineau, qui a terminé troisième chez les pré-novice.