La pénalité infligée à Verstappen pour conduite dangereuse en qualifications lui a fait perdre sa deuxième position de tête en carrière et l’a relégué à la quatrième place sur la grille. Le pilote Red Bull a terminé la course au sixième rang.

Verstappen a gâché ses chances de victoire au Mexique

MEXICO — Max Verstappen se rendra à Austin pour y disputer le Grand Prix des États-Unis avec la rage au coeur après son rendez-vous raté à Mexico.

Le pilote Red Bull s’est frayé un chemin jusqu’à la sixième place à l’arrivée du Grand Prix du Mexique, dimanche. Qu’il n’ait pas eu l’occasion de se battre pour la victoire ou un podium est de sa faute.

La pénalité infligée à Verstappen pour conduite dangereuse en qualifications lui a fait perdre sa deuxième position de tête en carrière et l’a relégué à la quatrième place sur la grille. Cela signifiait qu’il devait s’attendre à se retrouver dans le trafic dès le premier virage de la course après un départ en trombe.

Cela n’a pas fonctionné.

Verstappen et l’éventuel vainqueur de la course, Lewis Hamilton, se sont touchés au virage no 2 et les deux voitures ont roulé dans l’herbe. De retour en piste à la huitième position, Verstappen a remis ça trois tours plus tard avec une attaque audacieuse sur Valtteri Bottas, éventuel troisième de la course. Verstappen a réussi son dépassement, mais il a été victime d’une crevaison lorsque l’aileron avant de Bottas a touché son pneu arrière droit. Le pneu s’est rapidement déchiqueté et Verstappen a roulé presque un tour complet sur la jante pour reculer au dernier rang.

Seule une conduite agressive de sa part sans autre changement de pneu lui a permis de revenir à la sixième position.

«Revenir à la sixième place n’était en fait pas un mauvais résultat si l’on considère tout ce qui s’est passé», a reconnu Verstappen.

Mais cela n’a fait que démontrer le potentiel de victoire de Red Bull et de Verstappen, tout ça gâché par la pénalité de samedi.

Le double champion en titre de la course était à la peine depuis la pause estivale, mais dans l’air raréfié de Mexico, son tour rapide en qualifications lui a facilement permis de devancer les Ferrari, les grandes favorites. Verstappen a admis lors de la conférence de presse d’après les qualifications qu’il n’avait pas ralenti malgré le drapeau jaune agité à son dernier tour après une sortie de piste de Bottas devant lui. Il a même refusé de répondre à une question quant à savoir si c’était dangereux.

Ses commentaires ont rapidement entraîné une enquête et une pénalité. Et ils ont hypothéqué ses chances de victoire.

Avec cet épisode, on a revu l’impétueux Verstappen qui recule rarement que ce soit sur ou en dehors de la piste. Et cela l’a probablement incité à tenter ses manoeuvres audacieuses au départ de la course alors qu’il tentait de reprendre la tête.

Son agressivité au volant avait fonctionné à Mexico en 2018. Furieux d’avoir été privé de la pole par son coéquipier de l’époque, Daniel Ricciardo, Verstappen avait canalisé sa colère en une brillante manoeuvre au premier virage qui a pavé la voie à sa facile victoire.

Verstappen ne pouvait espérer le même scénario, dimanche. Pas de la quatrième position.

«C’est vraiment dommage, a mentionné Christian Horner, directeur de l’équipe Red Bull, à propos de la course de Verstappen. Nous aurions pu faire beaucoup mieux aujourd’hui.»

Le contact avec Hamilton aurait pu avoir plus de conséquences. Hamilton a expliqué que le fond plat de sa Mercedes avait été endommagé et que cela l’a empêché de piloter comme il le voulait.

«J’ai pensé à un moment que Max m’avait torpillé, a expliqué Hamilton. Je lui laisse toujours beaucoup d’espace. C’est la chose la plus intelligente à faire (...) Mais je ne pense pas que c’était intentionnel. C’est juste qu’il attire ce genre de choses.»

Bottas a précisé que Verstappen était «sorti de nulle part» en essayant un rare dépassement dans les virages lents de la section du stade de la piste et avait «mérité sa crevaison». Verstappen a prétendu que c’était la faute de Bottas.

«J’avais toujours mes chances jusqu’à ce dépassement sur Valtteri et qu’il crève mon pneu arrière», a soutenu Verstappen.

Son coéquipier recrue, Alex Albon, a terminé cinquième et il a fait mieux que Verstappen lors des six courses disputées depuis la pause estivale. À deux reprises, Verstappen n’a pas rallié l’arrivée à cause de problèmes de moteur ou de dommages à sa voiture à la suite d’une collision. Son résultat au Mexique a ramené Verstappen à la cinquième place du classement des pilotes, derrière Vettel.

Albon, qui attend toujours sa confirmation chez Red Bull pour 2020, a bien fait, a dit Hamilton, qui a passé plusieurs tours derrière lui au début de la course.

«Il a un très bel avenir devant lui, a confié Hamilton. J’espère que (Red Bull) soit bon avec lui.»