Daniel Nestor (à gauche), que l'on voit en compagnie de Vasek Pospisil lors des Jeux de Rio en 2016, estime que sa décision d'accrocher sa raquette après la Coupe Davis en septembre est la bonne.

Une dernière Coupe Rogers pour Daniel Nestor

TORONTO — Daniel Nestor se rappelle avoir jeté un coup d’œil au tableau principal du tournoi en simple masculin lors de sa première participation à la Coupe Rogers en 1989, et s’être dit que ce serait exaltant d’affronter John McEnroe au deuxième tour. Le problème, c’est qu’il n’a jamais pu y accéder...

Le joueur de double étoile, alors un espoir canadien âgé de 16 ans classé 923e au monde, s’était incliné devant la 245e raquette mondiale, l’Américain Ned Caswell, au premier tour. Ce revers a du même coup mis un terme à ses espoirs d’affronter l’un des plus grands joueurs de simple de l’histoire.

«Le joueur que j’ai affronté au premier tour était bien meilleur que moi. J’ignore pourquoi j’étais aussi obsédé à l’idée d’affronter McEnroe», a déclaré lundi Nestor, qui n’est plus qu’à un mois de la retraite et qui se prépare à disputer sa 30e et dernière Coupe Rogers à titre de tennisman professionnel.

Le vétéran de 45 ans, qui a remporté 12 titres du Grand Chelem en double en carrière ainsi qu’une médaille d’or olympique, a enlevé les honneurs du double masculin à deux reprises à la Coupe Rogers (2000 et 2008 devant ses partisans à Toronto), en plus d’avoir été finaliste à Montréal en 2015.

Nestor, qui jouera en compagnie de son compatriote Vasek Pospisil cette semaine, a mentionné que sa décision de prendre sa retraite n’a jamais été définitive. Mais une dégringolade ininterrompue au classement — il a commencé la Coupe Rogers au 103e échelon mondial et n’a pas soulevé de trophée depuis 2016 — lui a confirmé que sa décision d’accrocher sa raquette pour de bon après le duel de la Coupe Davis en septembre était la bonne.

«Je ne suis plus au sommet de ma forme, donc ce n’est pas agréable. De toute évidence, j’aime encore jouer, et l’ambiance des tournois me manquera. Mais, à un certain moment, tu dois admettre qu’il est temps de te retirer.»

Impressionnante feuille de route

L’impressionnante feuille de route de Nestor comprend la conquête de 91 titres, plus de 1000 victoires et 10 séjours au premier échelon mondial du double. Il a aussi pris part à 52 duels de la Coupe Davis.

Il a admis qu’un de ses plus beaux souvenirs s’est produit à la Coupe Rogers en 1992, lorsqu’il a remporté son premier match de simple dans le tableau principal, avant de s’incliner 6-4 et 6-4 au deuxième tour devant l’éventuel champion du tournoi, Andre Agassi. «Il m’a pulvérisé», s’est souvenu Nestor en riant. «C’était bien de signer cette première victoire, mais de toute évidence je suis rapidement revenu sur terre.»

Nestor ne quittera pas totalement l’univers du tennis après la Coupe Davis. Il occupera différentes fonctions chez Tennis Canada la saison prochaine et sera conseiller chez TEN X, un complexe sportif dirigé par l’ex-joueur de tennis professionnel Gary Muller au centre-ville de Toronto.