«Quand tu coaches, tu es occupé par un paquet d’affaires pendant le match. Tu es nerveux avant, alors que là, c’est pendant les games que tu es nerveux», confie Benoit Groulx.

Une 4e coupe Memorial différente pour Groulx

Benoît Groulx a participé à trois tournois de la coupe Memorial comme entraîneur avec les Olympiques de Hull/Gatineau, en 2003 à Kelowna, en 2004 à Québec et en 2008 à London.

À Halifax cette semaine, il vit une expérience totalement différente alors qu’il est un partisan des Mooseheads, le club-hôte qui aligne son fils Benoît-Olivier.

L’homme de hockey gatinois trouve qu’il est beaucoup plus facile de regarder un match de derrière le banc qu’à partir de la section réservée pour les parents des joueurs dans les gradins du Scotiabank Center cette semaine.

« Quand tu coaches, tu es occupé par un paquet d’affaires pendant le match. Tu es nerveux avant, alors que là, c’est pendant les games que tu es nerveux », a-t-il confié au Droit lorsque joint cette semaine, avant l’affrontement de mercredi soir entre les Mooseheads et les Huskies de Rouyn-Noranda.

L’entraîneur-chef du Crunch de Syracuse, de la Ligue américaine de hockey, était heureux de parler de ce tournoi que son rejeton a bien failli manquer, lui qui a raté la fin de la saison régulière et le début des séries en raison d’une mononucléose. Son emploi aurait aussi bien pu le tenir à l’écart, sauf que son équipe a été éliminée en première ronde des séries par Cleveland après qu’elle ait terminé au premier rang de la division Est en saison régulière.

« Je fais contre mauvaise fortune, bon cœur, lance-t-il en riant. J’ai pu assister aux quatre premiers matches de la finale (de la LHJMQ), deux à Rouyn-Noranda et deux à Halifax, et maintenant je vais être au tournoi jusqu’à la fin. L’ambiance dans la ville est assez incroyable. J’ai toujours su que Halifax était une bonne ville de hockey (les Olympiques ont gagné la première de ses trois coupes du Président à cet endroit), mais c’est impressionnant de voir les foules pour les parties et l’ambiance qui règne dans la ville. Avec l’aréna au centre-ville, les restaurants et les bars tout autour sont pleins. J’apprécie beaucoup mon séjour ici, ce sont de bons matches serrés, du bon hockey. »

Son rejeton, choix de deuxième ronde des Ducks d’Anaheim l’an dernier, a récolté une passe lors des deux premiers gains de son équipe, ce qui l’assurait à tout le moins d’une participation à la demi-finale du tournoi. Comme lors du jour du repêchage à Dallas en juin dernier, le paternel est bien fier de le voir aller.

« Je me souviens que je suis monté de Syracuse pour aller le voir à Gatineau quand il a reçu son diagnostic de mononucléose et je ne donnais pas cher de sa peau. Il a perdu beaucoup de poids, il était blanc comme un drap et une otite s’est mêlée là-dedans en plus. Son club perdait 2-0 en première ronde contre Québec aussi, il parlait qu’il pensait quand même être capable de revenir deux ou trois semaines plus tard, même s’il n’en menait pas large. Je l’espérais pour lui, mais j’en doutais pas mal quand je suis reparti », a-t-il relaté.

« Je suis pas mal fier et content pour lui. Le fait qu’il était en bonne forme et qu’il ait une bonne constitution l’a aidé à récupérer. (Éric) Veilleux l’a bien utilisé à son retour également alors que ce n’est pas facile de revenir en pleines séries. Il joue du bon hockey maintenant, il est revenu à son niveau de jeu normal alors qu’il s’est beaucoup amélioré cette saison, il est beaucoup plus constant et il a plus d’endurance », ajoute Groulx père.

+

Benoît-Olivier Groulx

LES MOOSEHEADS S'INCLINENT FACE AUX HUSKIES, MAIS ACCÈDENT À LA FINALE

HALIFAX — Jakub Lauko a brisé l’égalité avec 55 secondes à faire en troisième période et les Huskies de Rouyn-Noranda ont gagné 4-3 face aux Mooseheads de Halifax, qui ont néanmoins obtenu le laissez-passer automatique pour la finale de la Coupe Memorial.

Les Mooseheads, les Huskies et le Storm de Guelph ont conclu le tour préliminaire avec des dossiers identiques de 2-1, mais les Mooseheads ont obtenu l’avantage au bris d’égalité. Les Raiders de Prince Albert, champions de la Ligue de l’Ouest, étaient déjà éliminés après avoir perdu leurs trois rencontres.

Les Huskies, champions de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, et le Storm, champion de la Ligue de l’Ontario, croiseront le fer en demi-finale, vendredi. Le gagnant jouera ensuite pour le championnat de la Ligue canadienne de hockey, dimanche, contre les Mooseheads, l’équipe hôtesse du tournoi.

Félix Bibeau, Joël Teasdale et William Rouleau ont aussi touché la cible pour les Huskies. Samuel Harvey a effectué 24 arrêts.

Benoît-Olivier Groulx, Arnaud Durandeau et Antoine Morand ont répliqué pour les Mooseheads. Alexis Gravel a stoppé 36 tirs.

Il s’agissait d’une reprise de la finale de la LHJMQ, remportée en six matchs par les Huskies.

Bibeau a ouvert le pointage avec 5:22 à faire au premier vingt. Il a été oublié derrière la défensive des Mooseheads et a déjoué Gravel d’un tir haut. La séquence a été révisée, croyant peut-être qu’il y avait eu hors-jeu, mais les reprises ont démontré que la rondelle n’avait jamais quitté la zone des locaux.

Peter Abbandonato a profité d’un revirement pour garder le disque en zone des Mooseheads et il a mis la table pour Teasdale seulement 1:12 après le but de Bibeau. La séquence a aussi été révisée pour hors-jeu, mais le but a été accordé.

Les Mooseheads ont rapidement renversé la vapeur en deuxième période. Groulx a réduit l’écart à 2-1 après seulement 48 secondes de jeu, déjouant Harvey grâce à un tir des poignets précis.

Durandeau a ensuite créé l’égalité à 7:34 avec un lancer du côté du bouclier.

Morand a touché la cible en avantage numérique avec 43 secondes à faire à l’engagement. Il a profité d’une passe transversale de Keith Getson pour donner l’avance aux Mooseheads avant le dernier tiers.

Les Huskies ont dominé la troisième période, décochant 18 tirs au but contre seulement deux pour les Mooseheads. Ils ont été récompensés quand Rouleau a créé l’égalité avec 9:47 à faire grâce à un bon tir des poignets.

Alors qu’une prolongation semblait inévitable, Lauko a finalement joué les héros pour les Huskies, même si les Mooseheads ont aussi célébré après la sirène en raison de leur qualification pour la finale.

Les Mooseheads auront donc l’occasion de gagner la coupe Memorial pour une deuxième fois, après leur triomphe en 2013.