Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Auteur de deux buts en sept matches dans l’environnement protégé de Charlottetown, Malcom Shaw représente un retour de qualité pour l’Atlético.
Auteur de deux buts en sept matches dans l’environnement protégé de Charlottetown, Malcom Shaw représente un retour de qualité pour l’Atlético.

Un signe de vie pour l’Atlético

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Plus le temps passait, plus l’incertitude commençait à planer sur le retour de l’Atlético d’Ottawa dans la Première ligue canadienne de soccer (CPL) en 2021.

Équipe d’expansion en 2020, l’Atlético n’a pas disputé un seul match à la Place TD et n’a toujours pas enregistré de revenus aux guichets. Alors que les autres clubs de la CPL se sont mis à annoncer l’octroi de contrats à joueurs depuis quelques semaines, c’était le calme plat à Ottawa.

La semaine dernière, son meilleur joueur dans le tournoi des Island Games à Charlottetown, Francisco Acuna, a notamment signé un contrat dans une ligue du Mexique. Il ne sera pas de retour dans la capitale nationale en 2021.

Mardi, le club s’est repris en donnant un premier signe de vie pour annoncer l’embauche d’un premier joueur. Auteur de deux buts en sept matches dans l’environnement protégé de Charlottetown, Malcom Shaw représente un retour de qualité pour l’Atlético.

«Malcom Shaw a été un joueur important pour nous durant les Island Games. Je pense qu’il est prêt à devenir un des meilleurs attaquants de la CPL», a indiqué l’entraîneur-chef du club, Mista, par voie de communiqué.

La mise sous contrat du Canadien de 25 ans représente une bonne nouvelle pour le club associé à l’Atlético de Madrid. Son arrivée démontre qu’il y a une volonté d’envoyer un club sur le terrain en 2021 même si la multiplication des cas de Covid-19 a forcé l’Ontario à déclarer l’état d’urgence mardi.

«Nous sommes dans une position délicate, signale Jeff Hunt, partenaire stratégique du club à Ottawa. Nous sommes toujours là, mais ça voudra dire quoi en 2021? Il y a quelques semaines, le plan était de tenir notre camp à Madrid à nouveau. Ça nous semblait encore réaliste, mais le tapis semble être en train de nous glisser sous les pieds encore une fois», a-t-il lancé au Droit mardi.

Le monde sportif est pris entre l’arbre et l’écorce. On peut comprendre l’hésitation de l’Atlético à ajouter des joueurs à sa liste de paye alors qu’elle n’a toujours aucune idée du moment où il pourra évoluer devant des partisans. En même temps, s’il regarde le train passer, les clubs plus agressifs vont mettre la main sur les meilleurs joueurs disponibles.

«Il faut se préparer à la prochaine saison. La situation est difficile dans le sport parce que rien n’est coulé dans le béton. Quand allons-nous pouvoir jouer dans un stade avec des spectateurs? Personne n’a la réponse et personne ne peut vraiment faire cette prédiction. En ce moment, c’est difficile d’imaginer que nous pourrons jouer dans notre stade au mois de mai. Je n’ai jamais vécu un défi aussi colossal depuis que je travaille dans le monde du sport», ajoute Hunt, qui a longtemps été impliqué avec les 67’s d’Ottawa au hockey et le Rouge et Noir d’Ottawa au football.

Camp à Madrid?

En 2021, l’objectif de l’Atlético était de tenir un camp d’entraînement à Madrid en février. Cette idée semble de moins en moins probable maintenant.

«La donne change tous les jours. C’est difficile de planifier quoi que ce soit, mais si nous commençons notre camp en février, il faut mettre des joueurs sous contrat. Encore là, c’est difficile de s’engager envers des joueurs en ne sachant pas quand nous pourrons commencer notre prochaine saison.»

Quelques mois après la cessation des activités du Fury d’Ottawa, l’Atlético de Madrid était débarqué à Ottawa en sauveur en janvier 2020 pour relancer le soccer professionnel dans la capitale nationale. Le prestigieux club de La Liga a de bonnes intentions. Il a les poches creuses, mais il y a des limites à s’enfoncer dans un puits sans fond aussi.

«Ils ont leurs propres défis chez eux à Madrid. Nous n’avons jamais vu une telle période d’incertitude dans le sport, mais nous venons d’embaucher un premier joueur et j’espère que nous aurons d’autres sujets intéressants pour discuter après le prochain mois», de conclure Jeff Hunt.

BDV: Malcom Shaw est le premier joueur à signer un contrat avec l’Atlético d’Ottawa en vue de la saison 2021 de la CPL. — Courtoisie CPL