Les fans des Raptors se réunissent au Jurassic Park, près du Scotiabank Arena à Toronto, pendant les matches de la finale de la NBA.

Un intérêt «jamais vu» pour les Raptors

Feu Bob Bissonnette chantait que « c’est plate à mort, le basket-ball ».

N’allez surtout pas dire ça aux propriétaires de bars et restaurants de la région de la capitale qui profitent de la fièvre des Raptors de Toronto alors qu’ils disputent la finale de la NBA aux champions en titre, les Warriors de Golden State.

Ces derniers sont demeurés en vie avec leur victoire de 106-105 de lundi soir au Scotiabank Arena de la Ville Reine, décevant des milliers d’amateurs, anciens et nouveaux, à travers le Canada qui étaient prêts à célébrer la première conquête du trophée Larry O’Brien par le club au slogan We the North, qui en est à sa 24e saison dans la NBA.

Les différents bars du marché By étaient remplis pour l’occasion, et quelques centaines d’amateurs ont bravé la pluie pour regarder le match sur un écran géant installé dans le stationnement du pub Cornerstone pour créer un mini Jurassic Park, surnom donné à la place publique où des milliers de partisans des Raptors se rassemblent à l’ombre de la Tour du CN.

L’intérêt est palpable du côté québécois de la rivière des Outaouais également. Alors que RDS faisait état mardi d’excellentes cotes d’écoute pour le match de lundi (une moyenne de 338 000 amateurs ont suivi le cinquième match de la finale), le gérant de la Cage aux Sports du secteur Gatineau, Fred Campeau, relatait que son restaurant était au maximum de sa capacité pour cette rencontre.

« On n’a jamais vu ça ici pour les Raptors, c’est la première fois qu’on est plein, plein, plein. C’est comparable aux matches du Canadien en séries, et des Sénateurs dans une moindre mesure parce que nous sommes plus ‘Canadien’ ici, a-t-il confié au Droit. L’engouement vient de partir pour le basket-ball. Ça a commencé un peu en demi-finale, mais là, c’est quelque chose d’assez incroyable. On voit ça normalement pour le hockey, le baseball des Blue Jays quand ils étaient en séries il y a quelques années, et le Super Bowl. Je n’étais pas content qu’ils perdent [lundi] parce que je suis un de leurs partisans, mais pour la business, c’est bon qu’il y ait un autre match jeudi. Ça tombe bien en plus, la promotion du jour est les ailes à moitié prix. »

Si des amateurs avaient commencé à faire la file pour entrer au Jurassic Park de Toronto dès samedi dernier, il faut aussi s’y prendre à l’avance pour espérer regarder en groupe dans un bar sportif d’Ottawa le sixième match de la série qui aura lieu jeudi à Oakland.

« Il me reste seulement deux petites tables pour jeudi, a indiqué Tasso Vasilas, gérant du Hometown Sports de la rue Bank. On était rempli avec 300 personnes pour le match de lundi, et j’aurais pu remplir le restaurant cinq fois si ça avait été possible. Je suis déçu que les Raptors aient perdu parce que je les aime, mais c’est une bonne affaire qu’il y ait un sixième match. »

Quand il s’est fait demander si l’achalandage serait comparable lors du septième match de la finale de la Coupe Stanley mercredi soir à Boston, Vasilas a rétorqué : « Ce n’est même pas comparable. Vous en connaissez des partisans des Blues de Saint-Louis, vous ? Moi non plus. »

En Outaouais, l’intérêt pour Kawai Leonard et compagnie ne s’est pas traduit en intérêt pour acheter des casquettes et chandails aux couleurs de la formation torontoise, semble-t-il.

Chez Marc Sports à Gatineau, le propriétaire Alain Brisson rapporte qu’il n’a pas écoulé la douzaine de casquettes et t-shirts des champions de la division Est qu’il avait commandés. « On n’en a pas vendu beaucoup, mais on va quand même commander ceux qui seront produits s’ils gagnent le championnat », a-t-il souligné.