Les plus jeunes membres de l'organisation des Cobras, les hockeyeurs nés en 2013, ont rendu hommage au président Bruno Gendron, au terme d'une séance d'entraînement, ce week-end.
Les plus jeunes membres de l'organisation des Cobras, les hockeyeurs nés en 2013, ont rendu hommage au président Bruno Gendron, au terme d'une séance d'entraînement, ce week-end.

Un grand bénévole s’éteint

Sylvain St-Laurent
Sylvain St-Laurent
Le Droit
L’est ontarien a perdu un grand bénévole, ce week-end.

Bruno Gendron, qui occupait le poste de président du club de hockey AA des Cobras de l’Est de l’Ontario, est décédé de façon soudaine. Il était âgé de 47 ans.

Les messages de soutien à sa famille provenaient d’un peu partout, durant la fin de semaine. L’hommage le plus senti fut sans doute celui de son vice-président.

«Je vais m’ennuyer de nos 10 conversations et de nos 20 messages quotidiens», a écrit Éric Latreille, sur Facebook.

«Vous voulez parler des heures... Je vous dirai que Bruno était constamment en train de travailler pour notre organisation», précise un autre ami de longue date, Michel Johnson.

«Il ne se contentait pas de participer aux meetings normaux. Bruno, à la base, c’était quelqu’un de très sensible. Il nous arrive de tomber sur des jeunes qui veulent jouer, qui ont du talent, mais qui ne peuvent pas se le permettre pour différentes raisons. Quand il se retrouvait devant une situation comme ça, Bruno allait à la charge. Il essayait de trouver des commanditaires.»

«Bruno était là pour les bonnes raisons. Beaucoup de gens ne s’impliquent pas, parce qu’ils savent ce que ça représente. Dans le hockey mineur, tu te fais des amis. Tu peux en perdre, aussi. Bruno voulait que tout soit juste. Il voulait être transparent.»

«Occuper la présidence, moi, je ne ferais jamais ça de ma vie», illustre un autre ami, Éric Salvail.

«Occuper un poste de président, ça représente beaucoup de travail. Souvent, celui qui fait ça sait qu’il finira par récolter tout plein de mauvais commentaires. Bruno, en plus, il restait parmi nous, même s’il n’avait plus d’enfants chez les Cobras. Il était toujours là. Moi, je vous le dis, je n’ai pas la patience pour ça. Lui, il avait de bonne idées. Il était capable de défendre ses idées pour que le hockey progresse, chez nous», ajoute M. Salvail, entraîneur de gardiens bien connu dans sa région.

Les Cobras ont des équipes aux niveaux M9, M10, M11, M12, M13, M14, M15, M16 et M18.

On a déjà commandé des auto-collants que les joueurs des différents clubs pourront porter sur leurs casques, dans les prochains mois.

On pourrait aussi trouver une façon de lui rendre hommage, lors de la prochaine édition du tournoi «Roi de la glace» à Rockland.

«Avec ce tournoi, Bruno voulait mettre en valeur notre organisation. Il voulait aussi mettre en valeur notre coin de pays. Il voulait emmener des gens de l’extérieur dans l’est ontarien. Il était impliqué partout, vous savez. C’était un gars de la communauté», de dire Michel Johnson.