Cédric Lapointe participera aux prochains championnats mondiaux de CrossFit.

Un Gatinois aux CrossFit Games

Enfant, Cédric Lapointe était incapable de rester en place. Il voulait essayer tous les sports: le hockey, le soccer, l’athlétisme, le basket-ball, le volley-ball, le tennis, le tennis de table, le culturisme...

«Je me tannais rapidement», explique le jeune homme qui est originaire d’Aylmer.

À l’adolescence, il a finalement réussi à trouver un sport qui lui convenait parfaitement.

En CrossFit, les athlètes doivent courir, nager, soulever des charges, effectuer des routines de gymnastique... Ses adeptes doivent souvent improviser, aussi. Ils découvrent généralement à leur arrivée sur les lieux de compétition les tâches qu’ils devront accomplir.

Lapointe s’est investi corps et âme dans cette discipline méconnue. Il récoltera le fruit de ses efforts, la semaine prochaine, quand il mettra le cap sur le Wisconsin. Il prendra part aux prochains CrossFit Games, qui font office de Championnats mondiaux.

«On dirait que je ne réalise pas encore... Je suis quand même assez fébrile. Je m’attends à ce que soit super douloureux. Nous allons faire trois épreuves par jour pendant cinq jours. Ce sera très, très dur sur le mental. Je me sens prêt. Je pense que je serai bien excité une fois rendu là-bas», d’expliquer celui qui a découvert le sport en suivant les CrossFit Games à la télévision.

«C’était diffusé à RDS. Quand j’ai vu ça, la première fois, je me suis tout de suite dit que je voulais me rendre là-bas. Un premier gymnase venait d’ouvrir ses portes en Outaouais. C’était l’Usine CrossFit Gatineau. J’y suis allé. Le coach, Simon Buteau, m’a très bien accueilli.»

Les deux hommes sont aujourd’hui amis et collègues de travail.

Lapointe passe ses journées à s’entraîner au Centre 819 CrossFit, dans le secteur Hull. En soirée, il enfile son chapeau d’entraîneur et gagne sa croûte en offrant ses conseils aux autres clients.

Équipe

À 21 ans, pour sa première expérience aux CrossFit Games, Cédric Lapointe ne se met pas trop de pression sur les épaules.

D’abord, il ne participera pas aux épreuves individuelles. Il a réussi à se qualifier pour le concours en équipe mixte, en travaillant depuis deux ans avec une Montréalaise, une Québécoise et un homme de l’Estrie.

Le quatuor a réussi à obtenir son ticket, in extremis, comme cinquième meilleure formation représentant l’est du continent nord-américain.

«On vise le podium, comme tout le monde, mais on reconnaît que c’est un gros objectif. On s’en va surtout là-bas pour vivre une belle expérience», explique le benjamin du groupe.

«La meilleure performance canadienne au concours par équipe, à ce jour, fut une 18e position. Elle a été réalisée en 2014. Au cours des trois dernières années, le pays n’a même pas réussi à se qualifier. Déjà, qu’on soit là, c’est un exploit. Si on peut se classer dans le top-15, on sera très contents.»

Lorsqu’il aura vécu une première expérience au plus haut niveau, Lapointe pourra tenter sa chance dans les concours individuels.

«Les athlètes de mon sport atteignent leur apogée vers 25, 26 ou 27 ans. Je vais continuer à me développer dans les prochaines années», indique-t-il.