Les Gee Gees d’Ottawa tenteront de faire le coup une deuxième fois en trois semaines aux Ravens de Carleton sur un terrain de basket.

Un avant-goût du «Final 8»

Les Gee Gees d’Ottawa tenteront de faire le coup une deuxième fois en trois semaines aux Ravens de Carleton sur un terrain de basket.

Les deux équipes masculines s’affronteront mercredi soir en demi-finale de conférence ontarienne au nid des Ravens en bordure de l’avenue Bronson. Le gagnant obtiendra son billet en vue de la finale présentée ce week-end.

Les Gee Gees avaient défait les Ravens par un maigre point lors de la Classique de la capitale, le 7 février dernier. Une victoire de 68-67 qui a été obtenue sur le plancher de l’aréna de la Place TD où se déroulera justement la semaine prochaine le « Final 8 », ces championnats canadiens de basket universitaire.

Qui sait, ce sera peut-être un aperçu d’une éventuelle finale nationale ?

Les Gee Gees sont déjà assurés d’une participation au « Final 8 » en tant qu’hôtes.


« Je ne suis pas inquiet. Les joueurs seront motivés. »
James Derouin, entraîneur-chef des Gee Gees

Premiers au pays, les Ravens, eux, y seront, à moins d’une surprise majeure. Ils pourraient se qualifier officiellement pour ce rendez-vous en gagnant contre leurs voisins du canal Rideau, mercredi.

Sinon, ils auront une deuxième chance d’obtenir leur laissez-passer en remportant un éventuel match ce samedi.

« Il n’y a pas le même sentiment d’urgence que les années précédentes pour nous en se présentant à cette demi-finale », a avoué l’entraîneur-chef des Gee Gees, James Derouin.

« Nos préoccupations tournent plus autour du degré de risque que nous sommes prêts à assumer, notamment au chapitre des blessures », a-t-il ajouté.

Certaines étoiles qui soignent des bobos pourraient voir leur temps d’utilisation limité face aux Ravens. Ou même devoir se contenter d’un rôle de spectateur.

Calvin Epistola n’a pas terminé le match quart de finale contre Ryerson après avoir ressenti une douleur à une cheville. Il avait amassé 13 points, tout comme Guillaume Pépin dans cette victoire.

« C’est un garde étoile au Canada », a rappelé Derouin en parlant d’Epistola.

Reste que le coach insiste sur un truc. Même si son club est déjà assuré de jouer au « Final 8 », la motivation ne fera pas défaut contre les Ravens.

D’abord parce que l’adversaire s’avère Carleton. « Nos joueurs entendent toujours parler en ville à quel point les Ravens ont du succès, même si nous avons aussi connu notre part de succès au fil des ans », a expliqué James Derouin.

« Puis nous voulons continuer à bien jouer en route vers les championnats canadiens. Gagner la Coupe Wilson est aussi un de nos buts », a-t-il ajouté en parlant du titre provincial remporté la dernière fois par l’Université d’Ottawa en 2013.

« Comme j’ai mentionné, je ne suis pas inquiet. Les joueurs seront motivés. »