Marc-André Barriault affrontera le vétéran Krzysztof Jotko, samedi soir, sur la carte principale UFC 240 présentée, à Edmonton.

UFC 240: Barriault passera en «mode prédateur» samedi soir

L’entraînement a été complété. Ses valises sont faites. Reste à prendre l’avion dans les prochaines heures vers Edmonton, site de son deuxième combat en carrière dans l’octogone de l’UFC.

Marc-André Barriault affrontera un vétéran, le Polonais Krzysztof Jotko, samedi soir, sur la carte principale UFC 240 présentée au Rogers Place. Le poids mi-lourd tentera de venger sa défaite par décision unanime des juges subie aux mains d’Andrew Sanchez en mai à Ottawa devant près de 11 000 spectateurs qui scandaient son nom.

« La glace est maintenant brisée. Il n’y a pas grand-chose qui peut venir m’intimider », a soutenu l’athlète natif de Gatineau avant son départ vers l’Alberta.

Barriault, 29 ans, avait été passif lors du premier round contre Sanchez. On le sentait impressionné par l’accueil reçu dans son patelin. Il s’était repris au second round, passant près d’assommer son adversaire.

Pas question de répéter la même erreur en début de combat. L’ancien double champion chez TKO a appris sa leçon.

« J’ai figé lors de ce premier round, a-t-il reconnu. Mais je sais ce que j’ai donné par la suite. Je veux que ce soit comme ça durant tout le combat. »

Son équipe et lui ont mis l’accent sur ce sujet à l’entraînement ces dernières semaines.

« Je vais être en mode prédateur dès le début. Je vais montrer que je suis là pour me battre. J’ai répété à plusieurs reprises à l’entraînement le moment que la cloche sonnera et que je toucherai les gants. Je sais ce que je vais faire. »

Barriault sait aussi que Jotko possède plus d’expérience que lui en arts martiaux mixtes. Son vis-à-vis a livré 11 combats dans l’UFC, gagnant sept fois. Au total, il compte 24 sorties chez les pros.

« Oui, il a été dans plusieurs situations dans laquelle je ne me suis jamais retrouvé. Mais en même temps, il ne sait pas quel genre d’animal que je suis... qui va se retrouver devant lui. »

« Même si j’ai moins d’expérience, j’ai faim. J’ai une rage de vaincre qui demande juste à sortir. »

Barriault se dit en bonne santé. « Aucun bobo », a-t-il précisé.

Ce dernier tenait à se battre rapidement après son baptême en mai. L’UFC lui a soumis une liste de noms d’adversaires.

« Je veux rester actif », a-t-il dit.

Son objectif serait de se retrouver dans un gala en octobre.

« Il y a maintenant des galas presque toutes les fins de semaine », a rappelé Barriault, flatté que ses patrons l’aient placé à nouveau au sein de la carte principale malgré sa défaite il y a deux mois et demi.

« Je n’avais pas d’attentes pour mon deuxième combat. Je voulais juste me battre rapidement. J’ai eu des échos de mon premier combat. L’UFC a aimé ce que j’ai montré. Elle est intriguée par ce que je peux faire avec un peu plus d’expérience. Je compte profiter de cette plateforme pour montrer que je peux devenir un favori de la foule. La place est grande ouverte pour que de nouveaux athlètes canadiens deviennent des vedettes. Je ne vais pas décevoir. »

La finale du gala UFC 240 sera assurée par le champion des poids plumes, Max Holloway, qui affrontera l’ancien champion des poids légers, Frankie Edgar. Cris Cyborg et Felicia Spencer assureront la demi-finale.