Le boxeur franco-ontarien d’Ottawa, Louisbert Altidor, a vaincu par décision unanime le Mexicain Jesus Manuel Beltran (5-1, 5 KO), samedi soir, au Casino de Montréal.

«Tikouto» demeure parfait en 2018

Sa main droite était amochée, mais elle ne s’avère pas cassée. C’est la première bonne nouvelle pour Louisbert Altidor.

L’autre?

Le boxeur franco-ontarien d’Ottawa, qui habite maintenant à Longueuil, a gagné un autre combat. Il a vaincu par décision unanime le Mexicain Jesus Manuel Beltran (5-1, 5 KO), samedi soir, au Casino de Montréal.

Altidor (9-2, 4 KO) a notamment envoyé son adversaire au tapis lors du troisième des six rounds, mais ce dernier s’est relevé pour compléter l’affrontement. «J’étais surpris. Il était plus redoutable qu’il en avait l’air, a-t-il avoué.

«J’ai aimé ça. Ça m’a donné des rounds d’expérience de plus. Il (Beltran) était venu pour se battre et non pas juste pour ramasser le chèque. Il lançait des coups.»

«Tikouto» s’est blessé à la main à la fin du premier round. Sa droite a frappé contre la tête de son vis-à-vis.

«Il avait une tête dure, a blagué Altidor. J’ai senti quelque chose à la main. Ça faisait mal, mais je savais aussi que ce n’était pas cassé. C’était juste très enflé. Ce n’est rien de grave heureusement.»

Il s’agissait de sa quatrième victoire de suite. Chaque fois, ce sont des boxeurs mexicains qui ont écopé. Jusqu’ici en 2018, il a vaincu Genaro Ortiz (8-2-1) en mars puis Guillermo Romero (12-5) en avril.

Altidor aimerait bien se battre contre un adversaire québécois. Mais ça ne semble pas facile de trouver des candidats.

«J’essaie de faire un combat contre un gars local... mais les gars ne sont pas à ma porte pour m’affronter. Ils ne veulent pas courir le risque, a soutenu Altidor, visiblement déçu.

«Je trouve que les combats locaux sont les meilleurs. Je sais que les amateurs, c’est ce qu’ils veulent voir aussi. Mais ça prend deux personnes pour danser...»

Si tout va bien, son retour dans le ring aura lieu en septembre à Montréal. Ce sera un autre affrontement chez les poids moyens avant de changer de catégorie.

On le verra passer chez les poids super mi-moyens (154 livres) d’ici la fin de l’année 2018.

«Je vais descendre de catégorie (...) Il y aurait notamment plus d’opportunités du côté international pour moi.»

Louisbert Altidor compte reprendre l’entraînement dans les prochains jours. Au cas où on lui offrirait une place dans un gala avant septembre.

«Je veux me battre le plus souvent possible. J’ai plus faim que jamais. Je veux prouver que j’ai ma place. Ce n’est pas le temps de prendre congé», a-t-il répété.