Le Québécois Lance Stroll refuse de confirmer qu’il pilotera l’an prochain pour l’écurie Racing Point Force India, qui appartient à son père.

Stroll toujours aussi mystérieux quant à son avenir en F1

MONTRÉAL — Alors que la plupart des pilotes de Formule 1 ont déjà annoncé leurs plans pour la saison prochaine, Lance Stroll demeure plutôt discret quant à son avenir.

Jeudi, à l’aube du Grand Prix de Formule 1 du Brésil, le Québécois âgé de 20 ans a fait face à un barrage de questions des journalistes qui tentaient de lui tirer les vers du nez. Il est cependant demeuré très mystérieux quant aux motifs qui justifient la situation actuelle.

« Je ne peux pas vous dire pourquoi rien n’est encore annoncé, mais il y a une raison, a-t-il confié. J’ai hâte, par contre, que ce soit fait. J’ai hâte de tourner la page et de relever de nouveaux défis. »

Relancé à savoir à quel moment une décision quant à son avenir serait prise, Stroll s’est limité à dire qu’une annonce sera faite « d’ici quelques semaines ».

Ceci étant dit, si on ne peut confirmer pour l’instant qu’il pilotera la saison prochaine pour l’équipe qui a été achetée par son père Lawrence Stroll plus tôt cette année, on peut maintenant dire que le divorce a été officialisé avec Williams, après deux saisons au sein de l’équipe britannique. C’est d’ailleurs ce qu’il a sous-entendu en effectuant un bilan provisoire de fin de saison, même s’il reste deux courses au calendrier 2018.

Après le Grand Prix du Brésil, dimanche, Stroll terminera sa saison au Grand Prix d’Abu Dhabi, le 25 novembre. Il occupe présentement le 18e rang au classement des pilotes, avec une mince récolte de six points. Son coéquipier chez Williams, Sergeï Sirotkin, pointe au 20e et dernier échelon avec un seul point.

« Je m’attendais à plus de l’équipe (cette saison), a-t-il ajouté. Nous n’avons pas progressé. Nous disposons de la même voiture aujourd’hui que celle qui était sur la grille de départ en Australie. C’est décevant. J’ai hâte que la saison soit terminée, pour que je puisse tourner la page. »