Katherine Stewart-Jones

Stewart-Jones a retrouvé la santé et le sourire

À pareille date l’an dernier, Katherine Stewart-Jones devait faire son deuil des Jeux olympiques.

Affaiblie par un virus, la skieuse de fond de Chelsea avait terminé cinquième lors des sélections de l’équipe canadienne. Seulement quatre laissez-passer étaient toutefois disponibles pour PyeongChang.

Ces jours-ci, la femme âgée de 23 ans a retrouvé la santé et surtout le sourire.

Lundi midi, Stewart-Jones attendait à l’aéroport d’Ottawa. Un vol vers Toronto puis un autre vers la Suisse se trouvait à son itinéraire.

Tout ça en vue de ses premières épreuves de la saison en Coupe du monde en Finlande puis en Italie. Mais surtout, elle participera aux championnats du monde du 19 février au 3 mars à Seefeld, en Autriche.

« J’ai hâte, surtout que je me sens tellement en forme. Ça va être le fun. »

Le produit du club Nakkertok est le premier à reconnaître que l’hiver précédent avait été difficile. Tout avait mal commencé en raison d’une commotion cérébrale subie à l’automne.

« J’avais manqué beaucoup d’entraînement. Les premières courses avaient été difficiles. »

Stewart-Jones fera équipe avec Emily Nishikawa, Dahria Beatty, Cendrine Browne et Maya MacIsaac-Jones. Elle s’est assuré sa place aux championnats du monde, il y a une dizaine de jours, en gagnant deux courses de sélections à Sherbrooke. D’abord le 10 km classique puis le 20 km en style libre.

Ajoutez à cela qu’elle a terminé deuxième à un sprint de 1,6 km libre. Une journée qui a été fertile en émotions.

« La course s’est décidée sur une photo-finish », a souligné Stewart-Jones. Un dénouement qui ne l’a pas abattue. Au contraire.

« Le sprint, c’est l’épreuve dans laquelle je suis moins forte. Puis la fille qui a gagné est une de mes bonnes amies. »

Aux Mondiaux, la fondeuse de l’Outaouais vise une place parmi les 30 premières dans une de ses courses individuelles. On devrait la voir au relais féminin 4x5 km.

Il y a deux ans en Finlande, Stewart-Jones faisait partie du quatuor canadien qui avait terminé 10e.

« Nous pourrions terminer dans le top-8 cette fois-ci. Tout le monde est en forme. J’ai hâte de voir ce que nous pourrons faire. »

Cette dernière aura l’occasion de skier devant les siens à son retour d’Europe.

Les championnats canadiens auront lieu en Outaouais du 13 au 20 mars. Plus précisément au domicile du club Nakkertok. Sur les mêmes sentiers sur lesquels Katherine Stewart-Jones a effectué ses débuts il y a une quinzaine d’années.

Tous les autres gros noms de l’équipe canadienne, autant chez les femmes que les hommes, sont attendus dans la région.