Alexis Guimond était convaincu qu’il était classé au quatrième rang du classement général de la Coupe du monde en slalom géant debout lorsqu’un des dirigeants de Canada Alpin lui a appris la bonne nouvelle.

Slalom géant debout: Alexis Guimond deuxième au monde

En isolement depuis son retour de la Norvège, Alexis Guimond a obtenu une rare bonne nouvelle dans les dernières heures.

Le skieur para-alpin de Hull termine au deuxième rang du classement général de la Coupe du monde en slalom géant debout. Un des dirigeants de Canada Alpin lui a communiqué l’info.

Ce fut une surprise pour le jeune homme de 20 ans. «Je pensais que j’étais quatrième», a-t-il laissé tomber, lors d’un entretien téléphonique.

Il aurait peut-être pu mettre la main sur le petit globe de cristal si les deux derniers rendez-vous de la saison n’avaient pas été annulés en Scandinavie. Il aurait également fallu qu’il remporte ces deux épreuves.

Guimond se trouvait en Norvège pour une étape de la Coupe du monde, la semaine dernière, quand ses coéquipiers et lui ont eu l’ordre de quitter le pays le plus rapidement en raison de la progression fulgurante de la COVID-19.

«Nous avons été là-bas seulement pendant 48 heures. On nous a dit que le pays allait fermer complètement, qu’il fallait sortir au plus vite», a relaté l’athlète.

Guimond avait aussi raté une étape de la Coupe du monde en février en Russie. L’équipe canadienne avait décidé de sauter ce rendez-vous. Cette absence l’avait privé potentiellement de points au classement général.

Reste que le multiple médaillé international s’avère satisfait de son hiver, son quatrième au sein de l’équipe canadienne. «J’ai eu un début de saison incroyable qui dépassait toutes mes attentes», a-t-il dit.

«C’était différent des années précédentes où j’avais connu des débuts médiocres», a-t-il ajouté.

Guimond était monté sur le podium à trois reprises notamment lors de la Coupe du monde de Veysonnaz, en Suisse. «J’ai réussi à être plus constant en slalom géant. Dans le passé, je pouvais gagner une course puis chuter lors de l’épreuve suivante.»

Ce n’est pas la première fois que le médaillé de bronze des Jeux paralympiques de PyeongChang flirte avec un petit globe de cristal.

En 2018, Alexis Guimond avait terminé deuxième en super-G. L’année précédente, il avait pris le troisième rang du classement général à la descente.

Vers l’an prochain

À ses yeux, ce n’est que partie remise.

«Si nous avons une saison complète l’hiver prochain, si nous participons à toutes les courses, je suis confiant de gagner le globe. Ça fait des années que je dis que je vais y arriver.»

«Après la saison que je viens de connaître, je sais que j’en suis capable.»

Vendredi était sa sixième journée de confinement depuis son retour de l’Europe. Il s’entraîne un peu dans un petit gymnase aménagé chez lui.

Puis il profite de ce temps libre additionnel pour effectuer du rattrapage dans ses études.

«Je fais mes cours à distance avec le cégep», a soutenu l’étudiant-athlète.

Dans l’histoire sportive moderne de l’Outaouais, un seul athlète a remporté un globe de cristal. Olivier Rochon avait mis la main sur le globe de cristal des épreuves de sauts acrobatiques en 2012.