Valérie Grenier a été opérée mercredi soir après avoir subi une triple fracture à la jambe droite.

Saison terminée pour Valérie Grenier

La journée de Valérie Grenier a commencé sur la neige dans le bonheur. Elle s’est terminée en douleur dans un hôpital de la Suède.

La skieuse alpine de St-Isidore a été opérée mercredi soir après avoir subi une triple fracture à la jambe droite. Elle s’était blessée en matinée à l’entraînement en vue de la descente des championnats du monde qui se déroulent depuis deux jours à Are.

« Une très mauvaise chute, a expliqué au Droit sa mère Nathalie Bourdon-Grenier, qui se trouvait justement en Suède pour encourager sa fille.

«Elle était en douleur au tibia droit. Après un CT-Scan (tomodensitométrie), [les médecins] ont décidé de l’opérer. Elle a une fracture au tibia, au péroné et à la cheville.»

Ce qui signifie que la saison prometteuse de l’athlète franco-ontarienne est terminée. Cette dernière avait notamment terminé quatrième, il y a deux semaines et demie, au super-G de la Coupe du monde de Cortina d’Ampezzo, en Italie.

Mardi, Grenier a pris le 19e rang lors du super-G des Mondiaux. Ce qui égalait sa meilleure performance en carrière à ce rendez-vous biennal.

La jeune femme âgée de 22 ans avait épaté aux Jeux olympiques en 2018 à PyeongChang avec une sixième position au combiné.

Au printemps, elle a subi deux interventions chirurgicales au tibia gauche, notamment pour décoincer un nerf. Ces opérations lui ont coûté les deux premiers mois du camp d’entraînement en Suisse et en Italie.

Ce retard a eu peu d’impact sur ses performances en Coupe du monde. La principale intéressée a abouti au 11e rang au slalom géant inaugural de la saison en Autriche, suivi d’une cinquième place au super-G de Lake Louise.

Valérie Grenier aura été la seule des 44 skieuses à chuter lors de l’entraînement en descente des championnats du monde. Jasmine Flury, de la Suisse, a été la plus rapide, devançant sa compatriote Lara Gut-Behrami.

La course est prévue dimanche. La journée de mercredi aura été éprouvante pour un autre produit local.

L’ancien vice-champion du monde Dustin Cook, de Lac Sainte-Marie, n’a pas complété le super-G des hommes remporté par l’Italien Dominik Paris. Il a raté une porte dans la partie supérieure du tracé.

Ben Thomsen, de la Colombie-Britannique, a été le Canadien le plus rapide avec une 17e position. «Je visais le top-15, mais encore une fois, je suis juste derrière», a-t-il dit au site web de Canada Alpin.

Thomsen avait terminé 17e en descente à ces championnats en 2013

«C’est bon d’être sur cette piste. La neige est très différente de ce que nous avons vu au cours de la saison. C’est de la neige dure. Il fait vraiment très froid et sec. Ce sont des conditions qui ne sont pas évidentes pour moi. J’avais de la vitesse dans certaines sections aujourd’hui, mais je vais devoir m’ajuster à certains niveaux pour la descente.»

Quant à Simon Fournier et Mikaela Tommy, respectivement de Hull et Edelweiss, ils effectueront leur rentrée plus tard durant les championnats du monde. Ils prendront le départ des épreuves techniques.

Tommy, 23 ans, a notamment terminé 18e et 19e lors des deux derniers slaloms géants de la Coupe du monde à Semmering et Courchevel.