Sabrina et Frédérique Sgarbossa s’apprêtent à vivre les Jeux du Québec pour la première fois.

Sabrina et Frédérique Sgarbossa sont prêtes à faire du bruit aux Jeux du Québec

Une se remet d’une pneumonie, l’autre éprouve des maux de dos. Il était toutefois hors de question que ces sœurs de Gatineau ratent les Jeux du Québec.

Faites la connaissance de Sabrina et Frédérique Sgarbossa. La première a 16 ans et va concourir en trampoline, l’autre vient de fêter ses 14 ans et s’avère gymnaste.

Elles font partie des 184 athlètes qui représenteront l’Outaouais dans 20 sports différents lors des neuf prochains jours à Québec, site de la 54e finale provinciale des Jeux du Québec. Un premier groupe d’ados prendra l’autobus vendredi matin vers la Vieille Capitale.

Les Sgarbossa seront de la vague initiale avec leur maillot de compétition, mais également quelques petits objets afin de ne pas passer inaperçues lors de la cérémonie d’ouverture qui sera tenue à l’extérieur, à la Place George-V.

« Nous allons apporter des klaxons et des bâtons lumineux. Et nous allons évidemment avoir notre voix pour crier », lance en riant Sabrina.

« Nous allons faire le plus de bruit possible », ajoute Frédérique.

L’entrevue se déroulait plus tôt cette semaine à la palestre du centre sportif de Gatineau. La paire s’entraîne au club Unigym.

« Ça fait depuis l’âge de deux ans et demi que je pratique la gymnastique », souligne Frédérique.

Ce sera la première participation de ces frangines aux Jeux. « J’ai hâte, surtout que nous pourrons vivre cette expérience ensemble. Les gens à qui on parle nous disent que ce sera spécial, que tout le monde s’encourage », relate Sabrina.

Appuyer et applaudir des coéquipières ne sera pas un problème pour sa sœur et elle.

« Ce sont deux filles très sociables. Elles sont aimées de tous. Elles sont très aidantes, raconte une des entraîneuses chez Unigym », Joanie Racette-Canuel.

« Ce sont deux sœurs très proches aussi, une de l’autre. Quand une est en compétition, l’autre est toujours là pour l’encourager. »

Une scène lui est restée en tête. Ça remonte à quelques semaines lors d’une épreuve impliquant Sabrina.

« Elle a terminé première. Frédérique pleurait, tellement elle était contente pour sa sœur», note Racette-Canuel.

Les Sgarbossa confirment que les liens sont tissés serrés entre les deux.

« Mais c’est sûr qu’il y a quand même des moments où nous voulons nous entretuer », lance Sabrina.

« C’est normal entre sœurs », ajoute-t-elle du même souffle.

Elles sont bruyantes, articulées et comiques. Seront-elles médaillées des Jeux ? Ça dépendra comme leur corps aura récupéré dans les dernières heures.

« Je vais essayer de tout faire », affirme Frédérique, qui soigne le bas de son dos. Elle avait terminé troisième au total des épreuves lors de la première sélection nationale plus tôt cette saison.

À surveiller

Les Sgarbossa ne seront pas les seuls athlètes de l’Outaouais à vivre ces Jeux du Québec en famille.

Le ski de fond comptera sur les sœurs Julia et Marisa Iwanowski, de Chelsea, de même que les frères Mackenzie et Skylar Samm, de Wakefield.

Et il y a la famille Forget de L’Ange-Gardien. Émilie se retrouvera en piste en patinage de vitesse tandis que son frère Benoit fait partie de l’équipe de hockey masculin en tant que gardien.

Chez les Mercier, papa Luc sera entraîneur en taekwondo tandis que fiston Loïc va concourir en trampoline.

La première journée de compétitions des Jeux est prévue samedi à Québec. La cérémonie d’ouverture aura lieu la veille en soirée.

La biathlète Isabelle Caza, du club Chelsea Nordiq, portera le drapeau de l’Outaouais. Première en ce moment au classement de la Coupe Québec, elle fait partie des favorites pour l’or dans sa discipline.