Le triple champion des Jeux olympiques de la jeunesse, l’Américain River Radamus.

River Radamus se fait un nom

Il deviendra probablement une grande vedette de la Coupe du monde, mais River Radamus été incapable de complètement maîtriser la piste de Camp Fortune pour l’instant d’une quarantaine de secondes.

Le triple champion des Jeux olympiques de la jeunesse avait été pourtant le plus rapide, vendredi matin, après la première manche du deuxième slalom du circuit Nor-Am à être présenté en Outaouais. Il avait même devancé le gagnant de la veille et grand favori local, Simon Fournier.

Sauf que Radamus a poussé la note un peu trop lors de la deuxième manche disputée en après-midi.

Résultat ? Il est sorti de piste et n’a pu compléter pas la course gagnée par son compatriote américain Benjamin Ritchie. Fournier, de Gatineau, a terminé deuxième.

« Ce tracé-ci s’avérait un défi, a fait valoir Radamus, vedette montante du ski alpin nord-américain

«Puis la compétition était relevée. Je savais que je ne pouvais pas jouer de prudence avec Simon qui se trouvait deuxième.

«Ce n’est pas la première fois que je bataille avec Simon... Et c’est loin d’être la dernière fois !»

Radamus n’a que 20 ans. Il a terminé au sommet du classement général du circuit Nor-Am la saison dernière. À cela se sont ajoutées des médailles aux championnats du monde juniors.

Cet hiver, il dispute sa première saison en Coupe du monde, tout comme Fournier.

À quel point les dirigeants américains croient-ils en lui ?

Sa photo a orné les affiches promotionnelles de l’étape de la Coupe du monde présentée en novembre dernier à Beaver Creek, au Colorado.

River Radamus a grandi non loin, à Vail.

«Enfant, j’ai assisté chaque année à cette course. J’avais les yeux écarquillés en regardant les skieurs en action. Ils m’ont inspiré à poursuivre ce rêve de skier à mon tour en Coupe du monde, a-t-il confié.

«C’était fou de voir ma photo sur les affiches... Je me souviens que j’étais un de ces jeunes, il n’y a pas si longtemps, qui pourchassait Ted Ligety pour qu’il autographie une de ces affiches !»

Radamus prendra le chemin de l’Europe après son séjour en Outaouais, question de renouer avec l’action en Coupe du monde. Son objectif était clair en arrivant dans la région.

«Je ne veux pas sembler arrogant, mais je suis venu ici pour gagner, skier le plus vite que je peux... Un peu comme tout le monde en fait !

«Je veux m’assurer de bien faire afin de retourner en Coupe du monde en confiance et concourir avec conviction.»

Ce dernier va renouer avec Simon Fournier justement plus tard en janvier en Autriche. Ça arrache un sourire au skieur gatinois.

«C’est drôle parce que lors de mes trois premières courses en Coupe du monde, nous sommes partis un après l’autre au haut de la piste. Un peu comme aujourd’hui», a relaté Fournier. Radamus, Fournier et les 106 autres participants du circuit Nor-Am se dirigeront maintenant vers Mont Sainte-Marie où se dérouleront les autres courses de l’étape gatinoise sur les pistes «Dustin Cook» et «Caroline Calvé».

Samedi, ce sera place au slalom parallèle, nouvelle épreuve aux Jeux olympiques de 2022 à Pékin. Des slaloms géants seront disputés dimanche puis lundi.