Dominique Lefebvre s’est laissée tenter par un retour à la compétition au Massif de Charlevoix, qui a accueilli la septième manche du Championnat du monde Red Bull de Ice Cross.

Retour inattendu et fructueux de Dominique Lefebvre

Dominique Lefebvre croyait avoir disputé sa dernière course de patinage extrême en carrière, il y a deux ans, au Red Bull Crashed Ice d’Edmonton.

L’ancienne joueuse de hockey de Cantley s’était blessée aux deux poignets à l’époque. Un avait été fracturé, se retrouvant par la suite dans un plâtre pendant presque deux mois. L’autre avait été foulé.

« J’ai été en arrêt de travail pendant un bout pour ça », a précisé Lefebvre, dimanche, au lendemain de son retour inattendu et fructueux à la compétition.

La fonctionnaire âgée de 30 ans avait terminé quatrième la veille au Massif de Charlevoix, qui a accueilli la septième manche du Championnat du monde Red Bull de Ice Cross. Elle avait même devancé en quart de finale la numéro un mondial, la Suisse Anaïs Morand.

« Moi non plus je ne pensais plus que je patinerais », a lancé à la blague Lefebvre au bout du fil.

« Ça s’est décidé un peu à la dernière minute que je participe à ça. Des filles m’ont convaincue d’y aller puisque ça se passait au Massif. On me disait que je pourrais avoir du fun. »

Sa réponse initiale ?

« Je ne suis plus en forme. Je n’ai rien touché deux depuis deux ans. Je ne joue que dans une ligue de garage au hockey deux fois par semaine... C’est plus boire de la bière que jouer au hockey », a-t-elle précisé en riant. Finalement, Lefebvre s’est laissé tenter. Et le résultat final l’a agréablement surpris.

« Je n’avais aucune pression. Aucune attente. Nous avons eu deux descentes d’entraînement, puis deux descentes de qualification. Plus je patinais, plus je me sentais bien et je prenais confiance. »

Une surprise l’attendait à la conclusion des qualifications. Son nom s’est retrouvé momentanément au sommet.

Le système informatique lui attribuait le temps le plus rapide.

« J’avais un doute qu’il y avait une erreur », a souligné Lefebvre. Ce fut le cas. Elle avait plutôt réalisé le sixième meilleur temps.

Par la suite, elle s’est frayé un chemin jusqu’en finale qui a été remportée par l’Américaine Amanda Trunzo. Les Canadiennes Maxie Plante et Jacqueline Legere ont aussi terminé sur le podium.

« Je n’avais pas les meilleurs départs, mais je ne suis pas tombée une fois durant mes courses », a souligné Dominique Lefebvre, qui ignore ce que l’avenir lui réserve.

« J’ai pris du temps pour revenir. J’étais un peu craintive. Mais tout ce temps m’a permis de guérir d’autres bobos de hockey, dont mes genoux. »

« Tout dépendra où les courses auront lieu l’an prochain. Le circuit a pris un virage vers l’Europe. Il n’y en a plus beaucoup au Canada et aux États-Unis. S’il y a des courses proches d’ici, ça ne me dérangera pas d’y participer. »