Denis Shapovalov a dû batailler pendant cinq sets, mercredi, pour vaincre l'Italien Andreas Seppi.

Raonic et Shapovalov accèdent au troisième tour à New York

NEW YORK — Bonne journée pour le Canada aux Internationaux des États-Unis, mercredi, alors que les Ontariens Milos Raonic et Denis Shapovalov ont accédé au troisième tour du dernier tournoi du Grand Chelem de la saison.

Raonic a eu raison de Gilles Simon 6-3, 6-4 et 6-4. Le natif de Thornhill, a été fidèle à sa réputation, réussissant 17 as contre le Français.

Au troisième tour, Raonic, 25e tête de série, va se mesurer à Stanislas Wawrinka, champion du tournoi en 2016. Le Suisse a remporté quatre des cinq matchs disputés entre les deux joueurs; leur dernier duel remonte à 2016. 

«Ça va être un bon match, a dit Raonic. J’ai vu deux de ses matchs la semaine dernière, et un petit bout de son match de lundi, contre Grigor Dimitrov. Il joue bien à nouveau. Il se déplace bien. C’est le Stan qu’on connaît. Il frappe fort et son revers est efficace. Ce ne sera pas facile. Je vais devoir bien jouer.»

Résidents de Monte-Carlo, Raonic et Wawrinka ont déjà occupé le troisième rang de l’ATP. Tous deux en quête d’un premier titre sur le dur depuis 2016, ils ont comme entraîneurs des anciens numéros deux au monde — Goran Ivanisevic pour Raonic et Magnus Norman, pour Wawrinka.

Pour sa part, Shapovalov a dû livrer une longue bagarre de 3h47 pour venir à bout de l’Italien Andreas Seppi 6-4, 4-6, 5-7, 7-6 (2), 6-4.

«Ç’a été assez fou. Ce fut une longue bataille, difficile physiquement», a dit le vainqueur. «Je suis fatigué, mais heureusement, je n’ai que 19 ans.»

Shapovalov, 28e tête de série du tableau masculin, a connu un match en dents de scie. Il a accumulé 55 coups gagnants, mais aussi 76 fautes directes.

L’an dernier, Shapovalov avait atteint le quatrième tour à New York. Pour égaler cette performance, il devra cette fois vaincre le Sud-Africain Kevin Anderson, classé au cinquième rang mondial. Ils en seront à leur premier duel en carrière.

«Il est un joueur incroyable», a dit Shapovalov. «Il a atteint plus d’une finale en Grand Chelem [à Wimbledon en juillet]. Ce ne sera pas facile. C’est difficile de trouver son rythme contre un joueur comme lui et il a un excellent service.»

Un troisième Canadien était en action, mercredi, alors qu'en fin de soirée, Vasek Pospisil avait le dur mandat d'affronter le grand favori du tournoi, Rafael Nadal. L'Espagnol n'a fait qu'une bouchée du Britanno-Colombien, l'éliminant en trois sets de 6-3, 6-4, 6-2.

La fin pour Nestor

De son côté, l’Ontarien Daniel Nestor a vu sa carrière en Grand Chelem prendre fin. À sa 96e participation à un tournoi majeur, le détenteur de six titres du Grand Chelem en double et son partenaire de jeu, l’Américain Bradley Klahn, ont perdu 6-3, 6-3 contre les Américains Christian et Ryan Harrison.

Âgé de 45 ans, Nestor accrochera sa raquette dans quelques semaines, à l’issue du barrage entre le Canada et les Pays-Bas en Coupe Davis.

L’ex-numéro 1 mondial Andy Murray, qui disputait son premier tournoi du Grand Chelem en plus d'un an, s'est incliné en quatre sets face à l’Espagnol Fernando Verdasco, 32e tête de série.

La précédente apparition en Grand Chelem de Murray, tombé à la 382e place mondiale, remontait à Wimbledon 2017. Le Britannique de 31 ans n’avait ensuite plus rejoué de la saison, gêné par sa hanche droite. Il a fait son retour à la compétition mi-juin sur gazon, mais avait renoncé à disputer Wimbledon à la dernière minute.

Au premier tour lundi, l’Écossais avait eu besoin de plus de trois heures pour écarter le modeste Australien James Duckworth, 445e joueur mondial, en quatre sets.

Dans le rayon des surprises, le Grec Stefanos Tsitsipas, 15e tête d’affiche, a été vaincu 6-4, 6-3, 4-6 et 6-3 par le Russe Daniil Medvedev.

On s’attendait à un plus long parcours de la part de Tsitsipas, tombeur de quatre joueurs du top 10 mondial et finaliste à la Coupe Rogers à Toronto au début du mois.

+

TOUT EST EN PLACE POUR LE DUEL VENUS-SERENA

Quelques heures après la victoire de son aînée Venus, Serena Williams (photo) a facilement vaincu l'Allemande Carina Witthöft, mettant la table pour une duel de troisième tour entre les deux sœurs.

Venus Williams a fait sa part en après-midi, puis Serena l’a imitée en début de soirée pour mettre la table pour un duel plus tôt qu’à l’habitude entre les deux sœurs aux Internationaux des États-Unis.

Venus a défait l’Italienne Camila Giorgi 6-4, 7-5, puis a attendu quelques heures avant de voir Serena défaire l’Allemande Carina Witthöft 6-2, 6-2. Elles croiseront donc le fer au troisième tour, plus tôt que jamais en 20 ans dans un tournoi du Grand Chelem.

«Évidemment, c’est tôt dans le tournoi et nous voulons toutes les deux continuer à jouer de mieux en mieux, a dit Venus après son duel. Le tirage au sort en a fait ainsi. Elle est certainement capable de gagner.»

Au cours de leur carrière, Serena, 17e tête de série, et Venus se sont affrontées 29 fois et Serena, la cadette, a eu le meilleur à 17 reprises. L’avantage de Serena est de 10-5 lors des tournois majeurs.

Pour sa part, Elina Svitolina, septième tête de série, a aisément défait l’Allemande Tatjana Maria 6-2 et 6-3. L’Ukrainienne, en quête d’un quatrième titre cette année, affrontera au troisième tour la Chinoise Qiang Wang, tombeuse de la Roumaine Irina-Camelia Begu, 6-3 et 6-1.

L’ancienne numéro 1 mondiale Victoria Azarenka a quant à elle battu Daria Gavrilova, 6-1 et 6-2. La Biélorusse trouvera maintenant sur sa route la championne en titre à Flushing Meadows, l’Américaine Sloane Stephens, qui eu le dessus 4-6, 7-5 et 6-2 devant Anhelina Kalinina.

Maman d’un petit garçon depuis décembre 2016, Azarenka dispute les Internationaux des États-Unis pour une première fois depuis 2015. Elle avait atteint la finale en 2012 et en 2013, étant battue par Serena Williams à chaque fois.

Jeudi, la Montréalaise Eugenie Bouchard foulera le court à 11h pour son match de deuxième tour face à la Tchèque Marketa Vondrousova, 103e raquette mondiale.