Eugenie Bouchard a facilement défait la Géorgienne Ekaterine Gorgodze 6-1, 6-2.

Quatre Canadiens à un gain du tableau principal à New York

NEW YORK — Eugenie Bouchard a accédé au dernier tour des qualifications des Internationaux des États-Unis, jeudi, tout comme Félix Auger-Aliassime, Françoise Abanda et Peter Polansky.

Bouchard a facilement défait la Géorgienne Ekaterine Gorgodze 6-1, 6-2 pour se rapprocher du tableau principal du dernier tournoi majeur de la saison.

La joueuse de Westmount a réussi cinq as et remporté 77 % des échanges joués sur ses premières balles de service, en plus d’obtenir cinq bris.

Gorgodze a d’ailleurs éprouvé bien des ennuis avec son service, ne gagnant que 52 % de ses premières balles et seulement 15 % de ses deuxièmes.

Bouchard fera face à l’Américaine Jamie Loeb au prochain tour, vendredi.

Le Montréalais Auger-Aliassime a eu raison de l’Américain Christopher Eubanks, 7-6 (5) et 6-2.

Un gain de plus lui donnerait une place au grand tableau. L’obstacle sera Gerald Melzer, un Autrichien de 28 ans, classé 133e. Auger-Aliassime est 116e. Il a eu 18 ans ce mois-ci.

La Montréalaise Abanda a vaincu la Brésilienne Beatriz Haddad Maia 7-6 (3), 6-3.

La joueuse de 21 ans, classée 210e au monde, a brisé le service de Haddad Maia en trois occasions.

Abanda fera face à la Tchèque Karolina Muchova, vendredi.

Le Torontois Polansky a défait le Colombien Santiago Giraldo 7-6 (7), 6-4.

Joueur repêché lors des trois tournois du Grand Chelem en 2018, Polansky tentera cette fois d’atteindre le tableau principal en remportant son dernier match de qualification face à l’Américain Donald Young.

+

SHAPOVALOV SAIT À QUOI S'ATTENDRE

Quand Denis Shapovalov est entré dans l’Arthur-Ashe Stadium l’an dernier, il s’est senti submergé par la magnitude de ce court et l’ambiance qui y régnait.

Le jeune Canadien ne sera pas aussi impressionné quand il foulera les courts des Internationaux des États-Unis pour la deuxième fois de sa carrière. Mais les souvenirs de sa première participation ne sont jamais bien loin.

« C’est probablement le souvenir le plus fort de ma carrière jusqu’ici, de jouer sous cet éclairage, a déclaré Shapovalov à La Presse canadienne de New York, jeudi. Je me rappelle à quel point je trouvais immense ce court et à quel point c’était difficile de se concentrer au départ, puisqu’il se passait tant de choses, qu’il y avait tant de gens autour de moi. »

« Mais j’ai toujours voulu jouer sur une si grande scène. Quand j’en ai eu l’occasion l’an dernier, au lieu d’être effrayé, je me suis senti inspiré, motivé de montrer à quel point je peux bien jouer. »

Le Canadien Denis Shapovalov participera aux Internationaux des États-Unis pour la deuxième fois de sa jeune carrière.

Shapovalov s’est fait un nom sur la scène internationale en atteignant coup sur coup les demi-finales de la Coupe Rogers et la ronde des 16 à Flushing Meadows en 2017. Il avait alors battu Daniil Medvedev, Kyle Edmund la tête de série no 12 Jo-Wilfried Tsonga — après trois victoires en qualifications.

Tête de série no 28 cette saison, Shapovalov dit avoir gagné en maturité depuis l’an dernier. Plus confiant, son tennis s’est aussi amélioré.

« Physiquement et mentalement, je suis plus fort, a-t-il dit. Tout dans mon jeu s’est amélioré. »

Mais c’est dans son état esprit que Shapovalov ressent une plus grande différence avec l’édition 2017.

« Je suis beaucoup plus calme. L’an dernier, je voulais montrer que la Coupe Rogers n’était pas un coup de chance et j’ai dû passer par les qualifications. Il y avait beaucoup de pression. »

« Cette année, je garde la même routine : je demeure au même hôtel, je mange aux mêmes endroits. Je suis donc plus familier avec tout l’environnement. Ce calme, cette expérience me rendent très calme. »

Shapovalov, l’un des trois Canadiens ayant accédé directement au tableau principal, aborde ce tournoi majeur après deux défaites consécutives au troisième tour à la Coupe Rogers et à l’Omnium Western & Southern de Cincinnati, où il a été éliminé par son compatriote et 25e tête de série, Milos Raonic.

Shapovalov affrontera un qualifié au premier tour, tandis que Raonic lancera son tournoi contre l’Américain Jared Donaldson. Classé 88e, Vasek Pospisil fera face au Slovaque Lukas Lacko.

Le jeune prodige sera de nouveau privé de son entraîneur Martin Laurendeau, qui n’a pas voyagé depuis qu’il a subi une dislocation d’un disque de la colonne vertébrale, en juin. Il pourra toutefois compter sur sa mère, Tessa, une ancienne professionnelle propriétaire de club à Vaughn, en Ontario.