Le Canada est classé 21e au monde en ce moment en rugby masculin à 15 joueurs.

Ottawa renoue avec le rugby international

Le toit coulait. Les toilettes étaient vieilles de 40 ans. C’est sans compter les autres nombreux travaux qui s’avéraient plus que nécessaires.

Le parc de rugby Twin Elm d’Ottawa a eu droit à une cure de rajeunissement dans les derniers mois. Près de 100 000 $ plus tard, il est prêt à recevoir à nouveau un match international.

L’équipe masculine canadienne affrontera la Russie, samedi après-midi, sur le coup de 16h.

«Les travaux seront terminés juste à temps pour cette joute», a souligné le président du parc, Lee Powell.

Ce sera une première visite du Canada à Twin Elm depuis 2015. Il avait été confronté aux États-Unis à l’époque.

Il y a cinq ans, la puissante équipe des îles Fidji avait effectué un passage remarqué à Ottawa.

Par le passé, le Canada a notamment surpris la France dans la capitale nationale.

«Nous sommes excités d’accueillir ce match-ci, surtout avec les améliorations que nous avons apportées. Puis l’équipe canadienne a une fiche gagnante chez nous», a souligné Powell.

Rugby Canada espère afficher complet pour cette partie de la série estivale 2018. Le parc Twin Elm, situé dans le secteur Nepean, peut accueillir environ 5000 spectateurs.

Il y a quatre jours, le Canada avait affronté l’Écosse au stade du Commonwealth, à Edmonton, dont la capacité est de 60 000 places.

Plus de 12 000 personnes ont assisté à la défaite canadienne de 40-18.

Un qui a hâte de jouer à Ottawa? Matt Heaton. C’est le seul produit du Québec au sein de la formation nationale masculine, lui qui a grandi à Godmanchester, en Montérégie.

«J’ai dû jouer une dizaine de fois à Twin Elm au sein de clubs québécois. J’aime l’endroit. C’est plus intime, a dit Heaton, qui dispute sa troisième saison sur la scène internationale.

«En plus, mes amis et ma famille pourront venir me voir. C’est le plus près de chez moi où je peux jouer avec l’équipe canadienne.»

Car après cet arrêt à Ottawa, Heaton et ses coéquipiers prendront la direction des Maritimes. Plus précisément Halifax où ils affronteront les États-Unis le 23 juin.

Ce sera le dernier match de la série estivale 2018.

Il s’agit d’une année de transition pour l’équipe canadienne.

«Il y a des joueurs qui ont pris la porte de sortie, d’autres viennent de se joindre à nous. Notre nouvel entraîneur cherche à reconstruire notre alignement en agrandissant notre bassin de joueurs. Il ne veut pas se fier aux mêmes 25 joueurs. Il veut un groupe plus important dans lequel piger», a expliqué Matt Heaton.

Le Canada est classé 21e au monde en ce moment en rugby masculin à 15 joueurs. Il n’a jamais perdu à ses quatre affrontements précédents contre la Russie, qui se pointe au 19e rang de la hiérarchie de World Rugby.

Les dirigeants du parc Twin Elm estiment que plus de 3000 personnes pratiquent le rugby à Ottawa-Gatineau.

«Les gens qui viendront voir notre match auront droit à du jeu rapide et excitant. Ils verront des contacts solides. Ils vont découvrir une équipe canadienne composée de joueurs d’un peu partout au pays. Nous avons des gars du Nouveau-Brunswick, des Prairies, de la Colombie-Britannique. Il y a moi du Québec et nous avons des joueurs d’Ottawa», a lancé Matt Heaton en poussant ce choc Canada-Russie.