Une blessure aux côtes subie en juillet empêchera Harley-David O’Reilly (à gauche) de participer au tournoi des qualifications olympiques la semaine prochaine.
Une blessure aux côtes subie en juillet empêchera Harley-David O’Reilly (à gauche) de participer au tournoi des qualifications olympiques la semaine prochaine.

O’Reilly ratera les sélections olympiques

Habituellement loquace, Harley-David O’Reilly n’avait pas le goût de jaser, mercredi matin, à une semaine du tournoi des qualifications olympiques de l’équipe canadienne de boxe.

Le droitier de Gatineau venait d’annoncer sur les médias sociaux son retrait de cette importante compétition présentée du 16 au 20 décembre à Montréal. Tout ça en raison d’une blessure aux côtes subie en juillet lors de sa défaite aux Jeux panaméricains contre le Brésilien Keno Marley.

« Je traîne ça depuis des mois. Ça ne veut juste pas guérir », s’est-il désolé dans un court échange de messages avec Le Droit.

Son avenir dans le ring semble très flou.

O’Reilly, qui aura 31 ans la semaine prochaine, ne cache pas sa déception. Cet arrêt arrive à un mauvais moment pour l’ancien champion canadien des 81 kg qui s’accrochait au mince espoir de se retrouver aux Jeux olympiques en 2020 à Tokyo.

Boxe Canada sélectionnera 13 boxeurs, dont huit hommes, qui participeront au tournoi de qualification olympique continentale à la fin mars en Argentine. Être champion de sa catégorie de poids la semaine prochaine aux sélections canadiennes pèsera lourd dans le choix des candidats.

Est-ce la fin pour O’Reilly, qui avait gagné le bronze l’an dernier aux Jeux du Commonwealth ?

« C’est juste ça que j’annonce, que je me suis blessé, que je ne vais pas aux qualifs », a affirmé le pugiliste, qui aura « plus de nouvelles » à livrer dans quelques semaines.

Boxe Canada annoncera la composition de sa formation le 15 février. Il se réserve aussi le droit d’effectuer deux choix discrétionnaires, un chez les hommes et un chez les femmes, en cas de blessure à certaines athlètes qui n’ont pu participer aux sélections nationales.

La décision reviendra au directeur haute performance Daniel Trépanier. Ce dernier s’est assis récemment avec O’Reilly, membre de l’équipe nationale depuis trois saisons. « C’est dommage pour Dave de devoir se retirer à cause de blessures. C’est sa dernière chance à son âge », a-t-il avoué.

Peu importe ce qui attend l’athlète de l’Outaouais dans les prochaines semaines, Trépanier a tenu à lui rappeler son parcours exceptionnel malgré son arrivée tardive dans un ring en 2013.

« Je lui ai dit de regarder tout ce qu’il a accompli. Il a pu participer aux Jeux panaméricains et aux Jeux du Commonwealth. Il a gagné une médaille. Il a pu voyager un peu partout dans le monde. »

O’Reilly est devenu champion canadien amateur en 2017, accédant du même coup à l’équipe nationale. Il a boxé en Coupe du monde en plus de vaincre à un certain moment un ancien champion du monde junior, le Cubain Osvary David Morrell Hutierrez lors d’un combat à Régina.

Classé en ce moment 41e au monde, le pugiliste originaire du secteur Masson-Angers a gagné le bronze à la Copa Independencia de même qu’à la Romana Cup au cours des deux dernières années.