Dès son coup de départ au premier trou, le favori local, Rory McIlroy, a montré que ce ne serait pas sa journée au Royal Portrush, jeudi.

Omnium britannique: surprenant départ

PORTRUSH, Royaume-Uni — Un coup de départ émouvant de Darren Clarke. Un autre surprenant par Rory McIlroy. Tiger Woods qui connaît son pire départ à l’Omnium britannique, tandis que Brooks Koepka s’est rapidement hissé au haut du classement. Emiliano Grillo a réussi un trou d’un coup. David Duval a joué 14 sur un trou. Il s’en est passé des choses à la première visite de l’Omnium britannique au Royal Portrush en 68 ans.

Une fois que les 15 heures de golf disputées devant une foule impressionnante ont été terminées, J.B. Holmes occupait le haut du tableau, une première en 11 ans dans un tournoi du grand chelem pour lui, à l’aide d’une carte de 66, cinq coups sous la normale.

L’Américain détient une avance d’un coup devant l’Irlandais Shane Lowry (67). Un groupe de 13 golfeurs — dont Koepka, Sergio Garcia, Tony Finau et Jon Rahm — suivent à 68.

Tiger Woods a quant à lui connu des débuts difficiles, avec une première ronde de 78, soit sept coups au-dessus de la normale.

Trois Canadiens sont inscrits, mais aucun n’a pu jouer la normale : Corey Connors (72), Adam Hadwin (74) et Auston Connelly (75) ont joué entre un et quatre coups au-dessus des 71 coups prescrits pour survoler le parcours.

Holmes, du Kentucky, avait eu un premier contact avec le Royal Portrush lors d’un voyage universitaire.

Il a réussi des coups mémorables jeudi, notamment un coup de départ aidé par le vent de 374 verges au cinquième. Il a conclu sa ronde en frappant un coup de fer-5 contre le vent à 15 pieds de la coupe pour son dernier oiselet de la ronde.

«Vous devez accepter les conditions et ne pas être trop gourmand», a noté Holmes.

Celui qui le suit, Lowry, n’a pas les mêmes liens avec le parcours — pas plus que les mêmes attentes ne sont placées en lui — que McIlroy, Clarke, ou encore Graeme McDowell.

Les trois Nord-Irlandais n’ont jamais imaginé que le plus vieux tournoi de golf du monde retournerait un jour chez eux.

«Sous le radar»

«Je pense que je passe un peu plus sous le radar que ces gars-là», a humblement souligné Lowry.

Ce n’était assurément pas le cas pour McIlroy, le favori des preneurs aux livres pour l’emporter.

Après tout, il a inscrit le record du parcours en jouant 61 à l’âge de 16 ans seulement, alors qu’il était toujours un golfeur amateur. Ses supporteurs se sont rapidement tus. Son coup de départ au premier s’est retrouvé hors limite et il a terminé avec un pointage de huit sur ce normal 4.

Il a remis une carte de 79.

«Je vais aller visiter ma famille et mes amis. Souhaitons qu’ils ne me portent pas en moins haute estime après cette performance, a-t-il dit. Je vais me relever les manches et tenter de faire mieux [vendredi].»

Woods pas très optimiste

Woods ne semblait pas aussi optimiste.

Après sa victoire magique au Tournoi des maîtres, Woods a tenté de trouver l’équilibre parfait entre le jeu et la santé de son dos. La ronde de jeudi n’était que sa 10e depuis cette victoire, mais elle est à oublier. Woods n’a commis qu’un oiselet — au 15e —, mais un triple boguey et un double.

Sa carte de 78 égale sa deuxième pire en tournoi majeur.

«De jouer à un tel niveau est une tout autre histoire, a analysé Woods. Vous devez être parfait. Ces gars-là sont excellents. Il y a trop de golfeurs qui jouent bien et je ne suis pas l’un de ceux-là.»

Koepka est l’un de ceux-là. Il a remporté trois des six derniers tournois majeurs et tente d’ajouter un troisième tournoi du grand chelem à sa fiche. D’avoir son cadet Ricky Elliott, qui a grandi à Portrush, à ses côtés ne doit pas nuire.

«C’est facile : sur le tertre, il me dit de frapper à tel endroit et je l’écoute, a expliqué Koepka. Je n’ai pas à penser beaucoup; en fait, je ne fais presque rien.»

En tout, 41 joueurs ont joué moins que la normale et 15 golfeurs se retrouvent à trois coups ou moins du meneur à l’issue de cette première journée.