Jean-Michel Ménard a participé à dix reprises au Brier.

Ménard s’ennuie peu du Brier

Jean-Michel Ménard a ressenti un petit pincement au cœur en regardant son ancien quatuor en action ces derniers jours au Brier.

Le skip d’Aylmer avait décidé de prendre une pause de la compétition après la dernière saison. Ses coéquipiers Martin Crête, Éric Sylvain et Philippe Ménard ont opté de poursuivre en ajoutant Philippe Lemay à l’alignement, gagnant le championnat québécois.

Les choses se déroulent toutefois moins bien pour eux au Brier, qui s’avère le championnat canadien. L’équipe a subi l’élimination, mercredi, après avoir conservé une fiche de 3-4 lors de la ronde préliminaire à Brandon, au Manitoba.

«J’ai regardé le match contre la Saskatchewan. Ça faisait bizarre de voir mes trois anciens coéquipiers pendant que moi j’étais assis dans le salon avec un Bloody Caesar dans les mains», a relaté en riant Jean-Michel Ménard.

Ce dernier a participé à dix reprises au Brier, devenant le seul capitaine francophone à gagner le trophée en 2006. Son quatuor avait ensuite été couronné vice-champion du monde.

Éric Sylvain et lui ont fait équipe pendant 15 ans. Crête a joué à ses côtés pendant 11 ans.

Ménard, 43 ans, avoue qu’il était tenté par l’idée de reprendre la compétition en voyant le Québec à l’œuvre. «Mais quand tu commences à penser aux efforts et au temps nécessaires pour se préparer en vue du Brier, ça te tente moins», a-t-il reconnu.

Le père de famille avait décidé de mettre le curling élite sur la glace afin de consacrer ses énergies à ses deux filles et sa conjointe.

Il a quand même continué à pratiquer son sport favori, mais de façon récréative.

«Je joue deux fois par semaine pour garder la forme, a-t-il précisé. J’ai passé une belle année avec la famille. En janvier, nous sommes allés en République dominicaine. Je n’avais jamais eu l’occasion de voyager auparavant dans le sud durant l’hiver.»

Au moment de l’entrevue, Ménard profitait de la semaine de relâche avec ses proches à Valcartier. Il avait notamment découvert les petits plaisirs de visiter un parc aquatique intérieur.

Est-ce qu’il pourrait quand même préparer un retour l’automne prochain sur le circuit national et international?

Le World Curling Tour (WCT) devrait débarquer à nouveau à Gatineau en octobre. Puis des bénévoles tentent d’attirer les championnats du monde à l’aréna de la Place TD au printemps 2021.

«Je ne sais pas encore... Honnêtement, ça dépend des jours. Certaines journées, ça me tente. Certaines autres journées, je me dis que j’ai fait tout ce que j’avais à faire au curling, a répondu Ménard.

«Je n’ai pas eu mal à la hanche cette année, ce qui n’était pas le cas lors des dernières saisons.»

Peut-être qu’une équipe frappera à sa porte en avril. Le printemps voit son lot de changements année après année au curling au pays.

«Si jamais j’ai des offres, je vais les analyser. Peut-être ce sera le statu quo.»

+

Le Québec éliminé au Brier

Le quatuor du Québécois Martin Crête a vu son parcours au Championnat canadien de curling masculin prendre fin mercredi, tandis que ceux du Manitobain Mike McEwen et du Saskatchewanais Kirk Muyres ont atteint la ronde de championnat.

Crête a vu son parcours au Brier se conclure sur une bonne note. Le skip, qui jouait en compagnie de Philippe Ménard, Eric Sylvain et Philippe Lemay, a gagné un troisième match en sept sorties en battant Andrew Symonds, de Terre-Neuve-et-Labrador, par le score de 14-4. De leur côté, McEwen et Muyres ont conclu le tour préliminaire avec des dossiers de 4-3 et se sont adjugé respectivement les troisième et quatrième positions du groupe A.

Le Nord-Ontarien Brad Jacobs (7-0) et l’Albertain Brendan Bottcher (6-1), d’équipe «Wild Card», avaient déjà obtenu leur billet pour la ronde de championnat avant la dernière séance de jeu du groupe A. Les quatre premières formations des deux groupes au terme du tour préliminaire forment le groupe de championnat, duquel les quatre meilleures formations seront retenues pour les éliminatoires.