Kristina Vogel

Même paralysée, la championne Kristina Vogel n’a pas perdu la flamme

MONACO — Paralysée des jambes à la suite d’un accident à l’entraînement, l’Allemande Kristina Vogel, championne olympique cycliste sur piste, a conservé l’amour de son sport et se réjouit de commenter cette semaine les Mondiaux de cyclisme sur piste en Pologne.

C’est en juin dernier que sa carrière, et sa vie, ont basculé lors d’un entraînement sur le vélodrome de Cottbus, dans l’est de l’Allemagne : elle était entrée en collision à pleine vitesse avec un cycliste néerlandais qui venait d’arriver sur la piste pour s’entraîner.

Kristina Vogel s’était déjà remise d’un grave accident en 2009 qui l’avait obligée à rester deux jours dans un coma artificiel alors qu’elle avait 18 ans. Mais cette fois, ses blessures à la colonne vertébrale l’ont condamnée à vivre dans un fauteuil roulant, à 28 ans.

« La flamme est toujours là », a pourtant déclaré Vogel à l’AFP lors de la cérémonie des prix Laureus à Monaco.

« Quand je regarde du sport, la flamme est toujours là. Quand je vois comment des coureurs luttent sur la piste, j’apprécie vraiment car je peux reconstituer ce qui se passe. La joie de gagner et ensuite de célébrer », dit-elle.

Née au Kirghizstan, en Asie centrale, avant de déménager en Allemagne avec ses parents à l’âge de six mois, Vogel est devenue une superstar sur piste, avec également 11 titres mondiaux à la clé. Et elle s’est adaptée à un nouveau sport à la suite de son tragique accident de l’été dernier : le tir à l’arc en fauteuil roulant.

En dépit des spéculations selon lesquelles elle pourrait participer aux Jeux paralympiques, Vogel assure qu’elle fait du tir à l’arc seulement pour sa forme physique. « Pour le moment, la compétition ne me manque pas. Je fais du tir à l’arc car c’est important pour mon estomac et ma force musculaire. Je suis paralysée jusqu’à la poitrine, ce qui veut dire que je n’ai pas de muscles abdominaux ou dorsaux. Mais j’en ai encore besoin dans ma vie de tous les jours. Donc n’importe qu’elle sport est bon pour moi », explique-t-elle.