Le nouveau commissaire de la LNAH, Renaud Lefort, concentrera ses efforts à promouvoir le circuit et à lui donner plus de visibilité positive au Québec. Il était de passage à Jonquière avec les 4 Chevaliers Easton lors de l’entrevue.

LNAH: Lefort mise sur la visibilité

Pour sa première année à la barre de la Ligue nord-américaine de hockey, le commissaire Renaud Lefort concentrera ses efforts à promouvoir le circuit et à lui donner plus de visibilité. Pour ce qui est du volet hockey comme tel, il préfère laisser ce mandat au personnel déjà en place, le temps qu’il se familiarise avec la gestion des opérations hockey.

Rencontré lors du récent passage des 4 Chevaliers Easton à Jonquière, Renaud Lefort a vite affiché ses couleurs. En bon vendeur, il a vite mis en valeur les forces de ce calibre de jeu qui défraie parfois les manchettes pour les mauvaises raisons et dont il compte bien redorer le blason.

« Souvent, à Montréal, ils vont cibler les mauvaises choses. Parce que pour eux, c’est comme une petite ligue parce qu’ils ont (une équipe de) la Ligue nationale et de la Ligue américaine. Ils nous snobent, mais la vérité, c’est qu’on a le troisième calibre de jeu le plus élevé après la LNH et la LAH. J’irais même jusqu’à dire que nous avons le niveau le plus intense des trois circuits. L’intensité dans nos arénas est supérieure et les gars qui sont là veulent être là. Alors que c’est peut-être un problème dans la Ligue américaine, où 80 % des joueurs “punchent” leur carte et savent qu’ils vont finir leur carrière dans cette ligue. Ça manque un peu de ‘‘drive’’ », explique-t-il avec son entrain habituel.

Son expérience avec les 4 Chevaliers et les contacts développés au fil des ans lui serviront bien sûr à donner plus de visibilité et une perception plus positive à la ligue. « Avec les Chevaliers, on a mis sur pied un concept d’émissions télévisées dans lesquelles on résume nos semaines d’activités. Ça fait sept ans qu’on fait ça à TVA Sports. Je trouve que la LNAH a un calibre de jeu exceptionnel et que c’est vraiment du beau calibre de hockey qui s’y joue. Du hockey dynamique, du hockey de passion. Les joueurs qui sont là arrivent en fin de carrière, mais ils ont encore le feu sacré qui brûle en eux. Il y a encore du talent. (...) Ils continuent à jouer pour l’amour du sport. Je trouve que c’est pour cela que l’intensité dans la LNAH est supérieure à beaucoup d’autres ligues. Parce que ceux qui continuent ont vraiment la passion forte », explique celui qui a succédé à Jean-François Laplante à la mi-août.

Parmi les façons d’offrir une meilleure perception du circuit, il mentionne une meilleure visibilité des marqueurs, des joueurs du mois, des jeux de la semaine, etc. « La possibilité d’être à la télé comme les 4 Chevaliers, ce sera peut-être plus un projet pour l’an prochain. On va travailler fort pour mettre un concept qui va plaire à la télé. Cette année, on va le pratiquer sur Internet. »

Fini les coups salauds

Pour Renaud Lefort, il est clair que les coups salauds et les bagarres générales à n’en plus finir seront proscrits. Il ne veut plus non plus de bagarres dans les gradins ni d’incidents déplorables. « C’est quelque chose qui n’a pas sa place », insiste-t-il.

Et que penser des Pétroliers du Nord de Laval qui ont affiché leurs couleurs en recrutant plusieurs hommes forts ? « Parmi les propriétaires à Laval, il y en a un qui a déjà été un des durs à cuire du circuit et il aime le style de jeu robuste. Mais il y a aussi le fait que dans le type de marché où est situé le club présentement, avec la présence du Rocket de Laval et du Canadien de Montréal. J’ai l’impression que Laval va vouloir la Ligue nord-américaine un peu plus à l’ancienne », convient-il.

Renaud Lefort avoue aussi que la ligue se retrouve coincée entre l’arbre et l’écorce avec Laval et son « House of pain ».

« Les investisseurs des Pétroliers du Nord de Laval ont pratiquement aidé à sauver la ligue en gardant ça à six équipes. On se retrouve entre l’arbre et l’écorce. On sait quel show ils veulent donner et d’un autre côté, on sait dans quel marché ils évoluent et on est conscient qu’ils n’ont pas nécessairement le choix d’essayer de se démarquer. Il y a assurément une intensité supérieure qui va se dégager des matchs contre Laval et on verra ce qu’on va apporter. Moi, ce sont les coups salauds qui m’énervent », explique-t-il.

Par contre, il n’est pas contre les bagarres, à condition que ce soit entre joueurs engagés pour ce job. Il est de ceux qui pensent que, parfois, une bonne bagarre peut changer l’allure d’un match et ça ne laisse personne indifférent.

Concernant la webdiffusion des matchs, le commissaire a indiqué à TVA CIMT-CHAU que toutes les rencontres seront diffusées « sur une nouvelle plateforme de meilleure qualité », mais qu’il faudra débourser un montant de 50 $ pour un abonnement de saison. Des forfaits seront également offerts. À suivre...