En mars 2015, en Ligue des Champions L’Impact a joué devant 38 104 spectateurs au Stade olympique.

Ligue des Champions: un nouveau chapitre pour l’Impact

MONTRÉAL — Quand on écoute Patrice Bernier relater les péripéties de l’Impact de Montréal au tournoi de la Ligue des Champions de la Concacaf de 2014-2015, on ne peut s’empêcher de noter quelques similitudes avec l’aventure qui commencera mercredi à San Jose, au Costa Rica. Comme, par exemple, les changements apportés à l’équipe en cours de route, mais aussi et surtout, cette opportunité en or de rédiger les premières lignes d’un nouveau chapitre, positif de surcroît, dans l’histoire de la formation montréalaise.

Un peu plus de quatre mois après son triomphe contre le Toronto FC en finale du Championnat canadien, qui est venu mettre un baume sur une saison en MLS inférieure aux attentes, l’Impact arrivera dans la capitale du Costa Rica avec une formation non pas méconnaissable, mais certainement différente de celle de septembre dernier.

Ignacio Piatti n’a pas joué beaucoup en 2019, mais assez pour marquer un but lors du match aller de la finale contre le Toronto FC et mériter le titre de joueur le plus utile à son équipe au Championnat canadien. Le 10 février, à neuf jours du premier duel contre le Saprissa, l’Argentin de 35 ans a décidé de rejoindre sa famille et pratiquer son sport dans son pays natal.

Le défenseur latéral américain Daniel Lovitz, l’un des trois buteurs lors de la session de tirs de barrage décisive contre la formation torontoise, évoluera avec Nashville en 2020, l’une des deux nouvelles formations de la MLS.

Sont aussi partis Bacary Sagna et Victor Cabrera, tandis que Romell Quioto et Joel Waterman ont fait leur arrivée. L’Argentin Emanuel Maciel, obtenu en retour de Piatti, et le Haïtien Steeven Saba, deux milieux de terrain, porteront aussi l’uniforme bleu et noir en 2020.

Et bien sûr, les additions incluent le directeur sportif Olivier Renard, nommé trois jours après la conquête du Championnat canadien, et le légendaire Thierry Henry, successeur de Wilmer Cabrera au poste d’entraîneur-chef, qui tentera de mettre fin à une série de trois exclusions consécutives de l’Impact des éliminatoires de la MLS à compter du 29 février.

Or, se souvient Bernier, l’Impact était également passé par de profondes transformations après une saison misérable en MLS en 2014. Cette campagne avait aussi été rescapée par la conquête de la coupe des Voyageurs, trophée emblématique du Championnat canadien de soccer.

« En 2014, on finissait un cycle. Marco Di Vaio partait, on savait ce qu’il avait représenté pour le club. Matteo Ferrari, même chose. Ignacio Piatti venait d’arriver. On entamait un nouveau chapitre, avec une nouvelle équipe, qui ne se connaissait pas tout à fait, encore, parce que c’étaient tous de nouveaux joueurs, même si c’étaient de bons joueurs, des joueurs d’expérience pour certains comme l’international belge Laurent Ciman », précise-t-il.

« Tout le monde est arrivé avec une réelle volonté de dire ‘on peut marquer une histoire, une époque du club’, raconte Bernier. En plus, la citation phare du club c’était ‘Marquons l’histoire’. On ne s’était pas rendu en (phase éliminatoire de la) Ligue des Champions depuis 2009 ; c’était seulement la deuxième fois pour nous. Alors, il y avait des raisons de dire "voilà comment, ensemble, nous pouvons créer un groupe, une identité". »

Après une récolte de 28 points en saison régulière et une dernière place dans la section Est en 2014, l’Impact a presque doublé ce total en 2015, amassant 51 points pour se hisser jusqu’au troisième échelon de leur section.

Mais surtout, le 3 mars 2015, en Ligue des Champions devant 38 104 spectateurs au Stade olympique, les joueurs de l’Impact ont fait vibrer l’enceinte de l’avenue Pierre-de-Coubertin comme lors des plus grands moments de gloire des Expos de Montréal.

Sur le bord du précipice lors de son match de quarts de finale contre le Pachuca, une formation du Mexique, l’Impact a mérité son billet pour les demi-finales grâce à un but de Cameron Porter, un inconnu, dans les derniers moments des temps d’arrêt de la seconde demie.

L’Impact a ensuite atteint la grande finale, une première par une équipe canadienne, mais a perdu le duel ultime contre Club America, également du Mexique, devant plus de 61 004 spectateurs au Stade olympique le 29 avril.