Rod Fanni, de l’Impact, dégage le ballon d’un coup de tête alors que son coéquipier Jukka Raitala surveille de près Manfred Ugalde du Deportivo Saprissa.

Ligue des Champions: l’Impact se qualifie pour les quarts de finale

L’Impact de Montréal poursuivra sa route au tournoi de la Ligue des Champions de la Concacaf à la suite d’un verdict nul de 0-0 contre le Deportivo Saprissa lors du match retour des huitièmes de finale, présenté devant 21 505 spectateurs mercredi soir au Stade olympique.

Le duel en deux volets se termine donc par un score cumulatif de 2-2 ce qui permet à la troupe de Thierry Henry d’accéder aux quarts de finale grâce aux deux buts qu’elle a marqués la semaine dernière sur le terrain du Saprissa.

La formation montréalaise a su tirer les marrons du feu et tenir le coup devant une équipe qui a contrôlé le ballon et passé une grande partie du match en territoire adverse.

«Je reviens à ce que je disais, c’est une super équipe. (Ses joueurs) savent manoeuvrer le ballon. Encore une fois, les mecs se sont battus, on a les occasions, peut-être un peu moins le ballon qu’eux, ils ont à peu près le même nombre d’occasions que nous, mais on a réussi à mettre deux buts là-bas, ils en ont mis deux aussi, alors voilà, on passe», a résumé Henry lors de sa conférence d’après-match.

L’équipe du Costa Rica a été limitée à deux tirs cadrés sur le gardien Clément Diop, lui qui en avait reçu 11 lors de la seule deuxième demie la semaine dernière.

Le deuxième est venu près de gâcher la fête pour l’Impact. Toutefois, Diop a sauvé la situation grâce à un spectaculaire plongeon vers sa gauche, dans les airs, sur un tir de Mariano Torres à la 89e minute.

«J’ai entière confiance en lui», a déclaré le milieu de terrain Amar Sejdic, lorsqu’un journaliste lui a demandé si son coeur avait arrêté de battre pendant quelques minutes sur le tir de Torres.

«Il fait des arrêts comme ça régulièrement à l’entraînement et je sais qu’il a ça en lui.»

Le premier match de la ronde quarts de finale doit avoir lieu à Montréal contre les Sounders de Seattle, de la MLS, ou le CD Olimpia, une formation du Honduras, les 10, 11 ou 12 mars. Les Sounders et le CD Olimpia joueront leur match retour jeudi soir à Seattle après un match nul de 2-2 la semaine dernière au Honduras.

Okwonkwo blessé

L’Impact a joué sans le milieu de terrain Orji Okwonkwo, qui n’était pas rétabli de sa blessure à un muscle fessier survenue en première demie, mercredi dernier. Le Finlandais Lassi Lappalainen était de nouveau absent, mais Romell Quioto, auteur de l’un des deux buts de l’Impact la semaine dernière, était à son poste.

Comme il l’avait fait la semaine dernière, Henry a décidé d’employer cinq défenseurs, dont le nouveau venu Luis Binks, à la place de Rudy Camacho absent pour une période de quatre à six semaines.

L’Impact a aussi joué la deuxième demie sans son capitaine Jukka Raitala. Blessé à la cinquième minute de jeu en tentant d’intervenir sur une menace du Saprissa, Raitala est demeuré sur le terrain pendant le reste de la première demie avant de laisser sa place à Joel Waterman.

L’Impact sera de retour au Stade olympique dès samedi, à 15h, pour son match d’ouverture en MLS face au Revolution de la Nouvelle-Angleterre.

Des menaces rapides

Les spectateurs n’ont pas eu besoin d’attendre très longtemps pour voir les premières occasions de briser la glace.

Il y avait à peine 30 secondes d’égrenées au cadran lorsque Bojan s’est retrouvé seul face à Aaron Cruz à la suite d’une bévue défensive près de la surface de réparation du Saprissa.

Cruz est cependant allé à la rencontre de l’Espagnol pour stopper sa tentative de tir.

L’Impact a dû patienter 44 minutes pour obtenir une autre chance de marquer, mais c’en fut toute une.

Après une belle poussée sur le flanc droit, Quioto a glissé le ballon en retrait, à sa gauche, à Shamit Shome. Posté en plein coeur de la surface de réparation, Shome a laissé partir un puissant tir du pied droit que Cruz a stoppé avec brio en sortant de quelques mètres de son filet.

Les joueurs du Saprissa n’ont obtenu que deux chances de marquer et un seul tir cadré en première moitié de rencontre.

Christian Bolanos a d’abord forcé Diop à faire un bel arrêt sur un tir à bout portant, dirigé du côté gauche de la surface de réparation, à la cinquième minute de jeu.

Un peu moins de dix minutes plus tard, Bolanos a effectué un centre vers Johan Venegas. L’ancien de l’Impact a cependant fait dévier le ballon de sa tête sur le dessus du filet de Diop.

«Je me sens très triste pour les joueurs parce qu’ils ont joué deux excellents matchs», a déclaré l’entraîneur-chef du Deportivo Saprissa Walter Centeno en conférence de presse.

«Le crédit revient à l’autre équipe, a-t-il ajouté. Nous avions besoin de marquer et nous n’avons pas réussi parce qu’elle a très bien joué défensivement.»