Marc-Étienne Bussières a réussi deux oiselets jeudi, mais aussi cinq bogueys.

Les verts ont fait suer Bussières

Marc-Étienne Bussières venait de connaître une ronde qu’il a qualifiée de «décevante» à ses débuts sur le circuit de la PGA. Mais il n’avait pas perdu son sens de l’humour.

Le golfeur originaire de Gatineau a terminé la première journée de l’Omnium canadien RBC avec un pointage de 75, trois coups au-dessus de la normale, au club Glen Abbey, jeudi, à Toronto. Il était à égalité au 141e rang avec plusieurs autres golfeurs, dont l’ancien champion du tournoi des Maîtres, Mike Weir.

Bussières, 31 ans, aura fort à faire pour éviter le couperet à l’issue de la deuxième ronde. «Ce n’est pas compliqué. Ça va prendre pas mal de birdies pour passer», a-t-il lancé.

L’ancien étudiant-athlète du programme sport-études de l’école secondaire de l’Île a réussi deux oiselets jeudi, mais aussi cinq bogueys. Il était un coup sous la normale après les sept premiers tours.

Mais quatre bogueys lors des cinq trous suivants ont plombé sa carte de pointage. L’herbe longue lui a causé des maux de tête, mais pas autant que son jeu court.

«J’ai bien frappé la balle sur les départs, mais autour des verts, mon putter m’a tué. J’ai eu plusieurs chances de birdies, mais je n’ai réussi que deux.»

Un de ses partenaires, le vétéran Brendon de Jonge, a aussi terminé trois coups sous la normale. Le troisième membre du groupe, l’Américain Bronson Burgoon, a terminé avec un pointage de 67. Ce dernier a pris le temps de jaser avec la recrue Bussières.

«Il a commencé à me parler à un certain moment dans l’allée. Il trouvait que je frappais bien la balle, comme les gars sur le circuit de la PGA. Il m’a demandé comme je me débrouillais sur mon circuit. Je lui ai dit que c’était une ronde typique pour moi, mais que mon putter ne coopérait pas. J’étais content de voir qu’il s’intéressait à moi.»

+

LA PLUIE S'INVITE À OAKVILLE

Aussi performant que Robert Garrigus s’est présenté jeudi sur les verts du club de golf Glen Abbey, l’Américain croit qu’il aurait pu livrer une bien meilleure performance lors de la première ronde de l’Omnium canadien RBC.

Garrigus a remis une carte de 63 (- 9) et s’est emparé de la tête du classement avant que les joueurs soient contraints de s’arrêter en raison de la pluie.

Avant que les organisateurs du tournoi mettent la première ronde en suspend en après-midi, l’Américain s’est forgé une avance d’un coup sur son compatriote Adam Schenk.

Le Canadien Mackenzie Hughes s’élance au départ du 11e trou du parcours de Glen Abbey peu de temps avant que le jeu soit suspendu en raison de la pluie, lors de la première ronde de l’Omnium canadien.

«J’aurais pu remettre une carte de 59 si je n’avais pas raté quelques coups», a reconnu Garrigus, qui a manqué des oiselets au 10e et au 17e trou.

«Je vais digérer le tout lorsque je vais me rendre à la maison. Dans l’ensemble c’était une bonne journée de travail, j’ai été en mesure de l’apprécier pour quelques instants, mais je dois me concentrer.», ajoute celui qui dit avoir connu quelques ennuis avec sa concentration ces derniers temps.

Il a disputé une troisième ronde de 66 au Championnat Barbasol samedi dernier, avant de connaître une dernière ronde catastrophique où il a joué sept coups au-dessus de la normale. Un quadruple boguey à l’avant-dernier trou l’avait d’ailleurs relégué au 66e rang du classement.

L’an dernier à Glen Abbey, il avait égalé le record du parcours en inscrivant un pointage de 62 au troisième tour. Sans ses deux erreurs jeudi, il aurait pu battre le record du tournoi.

«J’adore cet endroit. Je joue toujours bien au Canada. Il y a beaucoup d’ondes positives ici et le parcours est très pur, a relaté l’Américain. Je marchais dans l’allée au huitième trou et c’était comme si je marchais sur du tapis. Les conditions sont tout simplement parfaites.»

Malgré les averses, Schenk a pour sa part conclu sa ronde avec trois oiselets d’affilée afin de se positionner au deuxième rang.

Chris Stroud s’est emparé du troisième échelon après avoir remis un score de 65. Ben Crane, Hudson Swafford et Ian Poulter se disputent quant à eux le quatrième rang, à - 6.

Savoie sous la normale

David Hearn de Brantford, en Ontario, et Nick Taylor, d’Abbotsford, en Colombie-Britannique, ont été les meilleurs Canadiens, eux qui ont ramené des cartes de 68 (- 4).

«Je pensais que j’étais un peu meilleur avant le délai, je sentais que les derniers coups n’étaient pas super bons, a admis Taylor, qui se trouvait au 16e trou lorsque le tournoi a été arrêté pour la première fois en raison de la température peu clémente. J’ai finalement bien conclu mon parcours par la suite.»

Trois Québécois participent à l’Omnium canadien. Joey Savoie, de La Prairie, a complété sa ronde en 71 coups (- 1), pendant que Marc-Étienne Bussières, professionnel du Club Longchamp, de Sherbrooke, signait un pointage de 75. Hugo Bernard, de Mont-Saint-Hilaire, qui n’a pu compléter la première ronde, est à + 1 après 13 trous.

Avec La Presse canadienne et Le Soleil