Angelina Gendreau avait le sort des Gee Gees d’Ottawa au bout de son pied droit en tirs de barrage, jeudi soir, à Jinjiang, en Chine.

Les Gee Gees accèdent à la finale

Angelina Gendreau avait le sort des Gee Gees d’Ottawa au bout de son pied droit en tirs de barrage, jeudi soir, à Jinjiang, en Chine.

Un but permettrait à ses coéquipières et elle d’accéder à la finale de la Coupe du monde de soccer universitaire féminin. Si elle ratait son coup, un match pour la médaille de bronze allait plutôt attendre l’équipe samedi.

La recrue de l’Est ontarien, qui étudie en sciences de l’activité physique, n’a pas manqué la cible, donnant une victoire de 1-0 (5-3) aux Gee Gees contre la Beijing Normal University. Elle a envoyé le ballon bas à la gauche de la gardienne chinoise qui avait décidé de plonger vers le côté opposé.

Gendreau s’est mise ensuite à courir vers les joueuses de son équipe vers le milieu du terrain afin de célébrer ce gain.

« C’est un sentiment incroyable. En fait, les mots me manquent pour décrire ce que je ressens », a soutenu l’attaquante au site Web de la Fédération internationale des sports universitaires (FISU).

« Margot a effectué un arrêt incroyable durant les tirs de barrage. Cela nous a donné confiance en allant prendre chacune nos tirs par la suite. »

Margot, c’est Margot Shore, la gardienne des Gee Gees, qui a été exceptionnelle dans ce match qui était 0-0 après le temps réglementaire. Elle a notamment stoppé le deuxième tir de pénalité adverse, donnant alors l’avantage 2-1 à l’Université d’Ottawa.

« Leurs tirs étaient bien exécutés. Ils avaient visiblement pratiqué ça auparavant », a soutenu Shore en parlant de la Beijing Normal University.

« En ce qui concerne l’arrêt, j’ai décelé quelque chose immédiatement chez la joueuse quand elle s’est alignée... comment ses hanches étaient placées. J’ai décidé d’aller à 100 % dans cette direction. Dès qu’elle a attaqué le ballon, je savais que j’allais mettre la main sur le ballon. »

Les Gee Gees auront marqué sur leurs cinq tentatives en tirs de barrage. Elles affronteront maintenant une formation brésilienne en finale de la Coupe du monde de soccer universitaire. La Paulista University a gagné 3-0 contre le College of Asian Scholars dans l’autre demi-finale.

Le match ultime sera disputé samedi à 6 h heure de l’Est.

Les Gee Gees n’auront pas à jouer devant une foule partisane comme ce fut le cas jeudi. Les amateurs étaient tous rangés, ou presque, derrière l’équipe locale Beijing Normal en demi-finale.

Résultat, la formation chinoise a multiplié les attaques dangereuses en première demie sans toutefois marquer.

Shore a fait dévier un tir dès la huitième minute de jeu. Elle a aussi effectué un arrêt avant la mi-temps, envoyant le ballon par-dessus le filet.

Une autre frappe adverse a frappé la barre transversale lors de la trentième minute de jeu.

« Beijing Normal a offert une belle démonstration dans les 45 premières minutes de jeu », a reconnu l’entraîneur-chef des Gee Gees, Steve Johnson, en mêlée de presse.

« Leurs joueuses gagnaient possession du ballon au milieu de terrain et créaient des chances de marquer avec des passes transversales. Cela nous a créé plusieurs problèmes. »

Les Gee Gees se sont replacées en deuxième demie, obtenant quelques occasions à leur tour. Gendreau s’est notamment retrouvée en échappée dans les dernières minutes de jeu réglementaires.

On connaît la suite. Gendreau a pu se racheter plus tard.

La capitaine Mikayla Morton, Thea Nour, Miranda Smith et Kaylane Hogue ont aussi marqué lors des tirs de barrage.

Une lourde commande attend les Gee Gees, qui affronteront en finale une équipe invaincue comme elle en quatre matches à la Coupe du monde. La Paulista University n’a alloué aucun but depuis le début du tournoi.