Justin Verlander devrait être le partant des Astros lors du deuxième match de la Série mondiale. Certains diront que le droitier s’est montré vulnérable face aux Yankees mais sa mpm de 3,70 et ses 29 retraits sur des prises en 24 manches et un tiers sont tout sauf mauvais.

Les frappeurs en auront plein les bras au cours de la Série mondiale

Gerrit Cole, Justin Verlander et Zack Greinke d’un côté. Max Scherzer, Stephen Strasburg et Patrick Corbin de l’autre. Non, les frappeurs n’auront pas beaucoup de moments de réjouissances au cours de la prochaine Série mondiale.

Pourtant, l’ultime série du Baseball majeur devrait être tout sauf ennuyeuse.

Ainsi, les Astros de Houston ont formé la meilleure équipe de 2019 et viennent d’éliminer en six matchs excitants les Yankees de New York dans l’Américaine. Les Nationals de Washington, eux, ont causé la surprise des séries en éliminant les Dodgers de Los Angeles et en balayant les Cardinals de St. Louis après avoir connu une irrésistible poussée depuis le 1er juin.

Tous connaissent leur histoire : l’équipe se trouvait 12 matchs sous la barre de ,500 (19-31) et plusieurs ne donnaient pas cher de leur peau et de celle de leur gérant, Dave Martinez. Pourtant, les Nationals ont accédé aux éliminatoires par le repêchage, ont battu les Brewers pour le quatrième as, avant d’éliminer les puissants Dodgers, la meilleure équipe de la Nationale.

Les Astros ont déjà établi que Cole, Verlander et Greinke allaient être les partants des trois premières rencontres.

Cole a été tout simplement étincelant au cours des présentes séries : trois victoires en autant de départs, une moyenne de points mérités de 0,40 et 32 retraits sur des prises en 22 manches et deux tiers. Verlander s’est montré vulnérable face aux Yankees, mais sa m.p.m. de 3,70 et ses 29 retraits sur des prises en 24 manches et un tiers sont tout sauf mauvais.

Greinke est le point d’interrogation de cette rotation en séries. Il a perdu ses deux décisions et il affiche une ronflante m.p.m. de 6,43. Pourtant, il a été excellent cette saison comme en font foi sa fiche de 18-5 (8-1 avec les Astros) et sa moyenne de 2,93. Le gérant A.J. Hinch espère retrouver ce Greinke - et non celui qui montre une fiche de 3-6 et 4,44 en matchs éliminatoires en carrière - face aux Nationals.

Washington va confier la balle à Max Scherzer et à Stephen Strasburg lors des deux premiers matchs. Pour les deux matches suivants, Martinez a dit qu’il n’a pas encore décidé dans quel ordre on va miser sur Patrick Corbin et Anibal Sanchez.

Les Nationals sont bien armés pour répondre aux artilleurs des Astros. Scherzer (2-0, 1,80) a retiré 27 frappeurs sur des prises en 20 manches; Strasburg (3-0, 1,64) a passé 33 frappeurs dans la mitaine en 22 manches; tandis que Corbin - comme Greinke - représente l’inconnu de cette équation avec sa fiche de 1-2 et sa moyenne de 7,43. Malgré tout, il a obtenu 26 retraits en 13 manches et un tiers.

En relève, les deux enclos se valent : pour les Tanner Rainey, Daniel Hudson et Sean Doolittle des Nationals, les Astros comptent sur Roberto Osuna, Will Harris et Joe Smith, sans oublier le jeune Jose Urquidy. Utilisé comme partant en saison, il a ajouté de la profondeur à l’enclos de Houston.

Mais attention : les lanceurs ne doivent pas s’asseoir sur leurs lauriers pour autant, car les rôles offensifs des deux équipes ne sont pas piqués de vers.

Jose Altuve (,349) mène pour les coups sûrs (15) et les coups de circuits (5) en plus d’occuper le troisième rang de la MLB pour les points produits (8) au cours des présentes séries. Le diminutif deuxième-but des Astros est bien accompagné dans le rôle avec George Springer, Alex Bregman et Carlos Correa, pour ne nommer que ceux-là.

Du côté des Nationals, les Anthony Rendon, Trea Turner, Howie Kendrick et Ryan Zimmerman feront payer la moindre erreur aux lanceurs des Astros. Rendon, (qui, comme Bregman, sera un sérieux candidat au titre de joueur par excellence) n’a pas ralenti depuis la fin de la saison, comme en font foi sa moyenne offensive de ,375. En ajoutant le nom de Juan Soto à cette liste, les Nats comptent cinq joueurs parmi les 10 premiers producteurs de coups sûrs en séries; les Astros, quatre.

Kendrick sera le frappeur de choix mardi.

Une chose est certaine, cette série s’annonce passionnante. La question est de savoir si la vague sur laquelle surfent les Nationals est suffisamment puissante pour engloutir les Astros, ce qui ne s’annonce pas une mince tâche. Après avoir vu de quelle façon ils ont disposé des Rays de Tampa Bay et des Yankees, tout porte à croire qu’ils ne seront pas des clients commodes.

Astros en six.