Mike Trout, joueur par excellence dans les bilans de fin d’année

Les Astros ont porté ombrage au triomphe des Nationals en 2019

MONTRÉAL - Le Baseball majeur aurait sûrement souhaité qu’on ne parle que du triomphe des Nationals de Washington et du troisième sacre de Mike Trout à titre de joueur par excellence de l’Américaine dans les bilans de fin d’année. Malheureusement, les Astros de Houston ont fait dévier la discussion.

Mais d’abord, à tout seigneur, tout honneur. Les Nationals ont fait mentir bien des observateurs en remportant la Série mondiale quelques mois à peine après avoir laissé partir leur super vedette Bryce Harper.

Lorsque ce dernier a signé un contrat record avec les Phillies de Philadelphie - 330 millions $ US pour 13 ans -, plusieurs ont estimé que les Nationals étaient voués à connaître une saison difficile. Ils ont presque eu raison: après 50 matchs, la formation menée par l’ex-Expo Dave Martinez avait une fiche de 19-31.

Les Nats ont toutefois effectué un spectaculaire virage, se qualifiant pour le match au quatrième as, qu’il ont remporté face aux Brewers de Milwaukee, avant d’éliminer les Dodgers de Los Angeles - favoris de la Nationale - et les Cardinals de St. Louis.

Lors d’une Série mondiale atypique - aucune des deux équipes n’a gagné une rencontre à domicile - les Nationals ont ensuite eu raison des Astros de Houston en sept matchs.

En plus de s’incliner, les Astros ont conclu l’année dans la controverse. Forcés de congédier leur directeur général adjoint Brandon Taubman en raison de propos sexistes qu’il a tenus à l’endroit d’une journaliste du Sports Illustrated après leur victoire en série de championnat, contre les Yankees de New York, la formation du Texas a été accusée de tricher.

Le Baseball majeur a lancé une vaste enquête à la suite d’un reportage du site The Athletic faisant état d’un système sophistiqué de vols de signaux mis de l’avant au Minute Maid Park en 2017, année où les Astros ont gagné la Série mondiale. Pas moins de quatre témoins, dont l’ex-lanceur des Astros Mike Fiers, ont collaboré au papier de The Athletic.

Cole et Verlander joignent un club très sélect

Sur le plan individuel, Gerrit Cole (avec 326) et Justin Verlander (300) sont devenus seulement les 18e et 19e lanceurs à atteindre le plateau des 300 retraits sur des prises en une saison depuis 1900.

Plus rarissime encore, la paire des Astros est devenue seulement le deuxième duo de coéquipiers à réussir l’exploit la même saison, après Randy Johnson et Curt Schilling, en 2002.

Verlander, avec ses 21 victoires contre 20 pour Cole, a par la suite coiffé son coéquipier au scrutin du trophée Cy-Young dans l’Américaine, son deuxième en carrière. Dans la Nationale, c’est Jacob deGrom qui a mérité l’honneur pour une deuxième année consécutive, devançant Hyun-Jin Ryu et Max Scherzer.

Cody Bellinger, des Dodgers, et Mike Trout, des Angels, ont été nommés les joueurs par excellence. À 28 ans, Trout remporte le titre pour une troisième fois en carrière, devenant seulement le 11e joueur de l’histoire avec trois titres ou plus. De quoi justifier son contrat de 12 ans et 432 millions $ signé en mars dernier.

Pete Alonso a établi une nouvelle marque pour une recrue avec 53 circuits. Le premier-but des Mets a été élu recrue par excellence dans la Nationale. Yordan Alvarez, des Astros, a reçu le titre dans l’Américaine.

Finalement, Rocco Baldelli, des Twins, et Mike Schildt, des Cardinals, ont été nommés les gérants de l’année.

Les Expos font jaser

Le public québécois a de nombreuses fois été interpellé au cours de ces séries éliminatoires. D’abord en raison du troisième-but Abraham Toro, rappelé par les Astros en août. L’arrivée du Québécois de 22 ans dans les grandes ligues démontre que la structure mise en place par Baseball Québec fonctionne, même s’il n’a pas été retenu par le gérant A.J. Hinch pour faire partie de la formation en séries.

Puis, les réseaux américains ont fait grand cas de la filiation Nationals-Expos, la formation de la capitale fédérale américaine étant bien sûr la même qui a quitté Montréal après la saison 2004. Plusieurs articles ont aussi fait référence à l’équipe des Expos de 1994, la meilleure du baseball au moment où les joueurs ont déclenché une grève, signalant que 25 ans plus tard, l’organisation mettait enfin la main sur une première Série mondiale.

Ces comparaisons avec les Expos ont toutefois trouvé bien peu d’écho au Québec, où Stephen Bronfman et son groupe de Montréal ont poursuivi leurs travaux en vue d’obtenir une nouvelle concession du Baseball majeur.

On a d’abord établi à la fin de l’hiver que le terrain du bassin Peel avait été retenu pour y ériger un éventuel stade. En partenariat avec le promoteur immobilier Devimco, le Groupe de Montréal a proposé de développer un stade et un quartier répondant aux plus hautes normes environnementales et ouverts à la communauté devant les commissaires de l’Office de consultation publique de Montréal, dont le rapport doit être publié en début d’année.

Entre-temps, Bronfman et le propriétaire des Rays de Tampa Bay, Stuart Sternberg, ont annoncé en juin le désir de partager l’équipe dans un concept inédit de villes-s?urs. Les Rays lanceraient leurs activités en Floride avant de se déplacer vers Montréal à la mi-saison, une fois le beau temps installé dans la Belle Province.

Si le concept a reçu un accueil mi-figue, mi-raisin de la part des médias et des partisans, les Rays ont officiellement demandé la permission à la ville de St. Petersburg d’aller de l’avant avec ce projet, approuvé par les autorités du Baseball majeur.

Mais début décembre, le maire de St. Petersburg a annoncé qu’il refusait aux Rays la possibilité de négocier avec tout autre marché pour disputer une partie de leurs matchs locaux ailleurs qu’au Tropicana Field avant la fin du bail en 2027.

Le Canada pas encore qualifié

Au Canada, l’équipe masculine n’a pas été en mesure de se qualifier en vue des Jeux olympiques de Tokyo. Après avoir remporté l’argent aux Jeux panaméricains, elle devait remporter le tournoi Premier 12, présenté en Corée du Sud, mais n’a pas été en mesure de sortitr de son groupe. Il lui reste deux occasions de se qualifier: en remportant le tournoi de qualifications des Amériques, en Arizona, en mars, où le tournoi de la dernière chance, présenté la semaine suivante, regroupant les équipes ayant terminé en deuxième et troisième places en qualifications continentales.

Chez les dames, la formation canadienne a obtenu son billet en vue des Championnats du monde, qui auront lieu en novembre prochain, au Mexique.

Du côté de Baseball Québec, qui a célébré ses 50 ans d’existence, le nombre de membres est de nouveau en hausse - de trois pour cent - pour atteindre 34 700 joueurs fédérés, du jamais vu depuis le début des années 2000. La province vient d’être nommée province de l’année par Baseball Canada et elle est en lice pour le titre de fédération provinciale de l’année auprès de Sports Québec.