Le quart-arrière des Chiefs de Kansas City, Patrick Mahomes
Le quart-arrière des Chiefs de Kansas City, Patrick Mahomes

Les 49ers tenteront de contrer le bras de Mahomes

Associated Press
SANTA CLARA — Grâce à une intimidante ligne défensive capable de mettre de la pression sur les quarts adverses sans l’aide de blitz, grâce à un demi de coin éteignoir en Richard Sherman et grâce à de rapides secondeurs et maraudeurs pouvant limiter les longs gains, les 49ers de San Francisco ont présenté la meilleure défensive contre le jeu aérien dans la Ligue nationale de football en une décennie. Toutefois, contenir Patrick Mahomes et l’attaque par la passe des Chiefs de Kansas City représentera un défi comme la défensive des 49ers n’en a pas affronté cette saison.

«Sa mobilité est unique. La puissance de son bras est ridicule. Il est très, très précis, a énuméré le coordonnateur défensif Robert Saleh, des 49ers, en parlant de Mahomes. Il se débarrasse du ballon à temps. Il lance le ballon où il le faut. Il complète beaucoup de passes pendant qu’il est en mouvement et il sait comment gagner du temps dans la poche protectrice. Il est un joueur étoile dans toutes les facettes inimaginables et il sera difficile de lui faire face.»

Les 49ers ont déjà eu à affronter Mahomes durant la brève mais brillante carrière du quart des Chiefs. Lors de la troisième semaine de la saison 2018 - la première de Mahomes à titre de partant - il a accumulé des gains de 314 verges par la voie des airs, complété trois passes de touché et mené son équipe jusque vers la zone des buts lors de chacune des séries à l’attaque de son équipe en première demie, en route vers une victoire de 38-27 des Chiefs.

Ce fut la seule fois lors des 20 dernières saisons où les 49ers accordaient cinq touchés consécutifs pour amorcer un match. Ils n’avaient trouvé aucune solution face au talent de Mahomes pour compléter des jeux.

Lors du match revanche de dimanche prochain, dans le cadre du Super Bowl à Miami, les 49ers devraient être mieux nantis, à tout le moins, pour essayer de ralentir Mahomes.

L’équipe a ajouté un solide duo de spécialistes de la pourchasse du quart pendant l’entre-saison, en faisant l’acquisition de Dee Ford dans une transaction avec les Chiefs puis en sélectionnant Nick Bosa au deuxième rang du repêchage. Ces additions ont aidé les 49ers à concéder le moins de verges en une saison depuis l’édition 2009 des Jets de New York.

«Lorsque vous comptez sur des spécialistes de la pourchasse hors l’aile, ça oblige le quart à accélérer ses gestes - bien qu’il soit capable de se défaire du ballon très rapidement - et ça change le match», a fait remarquer Saleh.

«Ça desserre la ligne à l’attaque et créé un peu plus d’espace pour les joueurs défensifs qui attaquent de l’intérieur. Donc, de pouvoir compter sur de tels joueurs opérant à pleine vitesse, ça ne peut faire autrement qu’aider.»

Nick Bosa

En incluant les matches éliminatoires, les 49ers ont réussi 57 sacs du quart cette saison. Ford, Bosa, Arik Armstead et DeForest Buckner en ont tous enregistré au moins sept et demi, ce qui rend difficile la tâche pour les attaques adverses de se concentrer sur un seul élément de la défensive des 49ers.

Par ailleurs, ils ont réussi 40 de ces sacs sans l’aide de pourchasseurs additionnels. Ce sera tout particulièrement important contre Mahomes, qui a réussi 22 passes de touché, n’a été victime d’aucune interception et affiche un taux d’efficacité de 118,3 en carrière lorsque les défenses rivales dépêchent cinq joueurs ou plus à ses trousses.

Mais le fait de ne pas parvenir à mettre de la pression à quatre joueurs engendre d’autres problèmes. Ça donne du temps additionnel à Mahomes pour compléter de longs jeux avec des marchands de vitesse comme Tyreek Hill, Mecole Hardman et Sammy Watkins.

Au fil des deux dernières saisons, Mahomes a mené la NFL avec 76 passes complétées lors de passes d’au moins 20 verges. Il s’agit d’un aspect du jeu face auquel a été bâtie la défense des 49ers.

Lorsque les 49ers ont connu des ennuis en défensive cette saison, c’est souvent arrivé contre des quarts mobiles. Kyler Murray, Russell Wilson et Lamar Jackson ont tous connu plus de succès que des quarts moins enclins à courir comme Aaron Rodgers et Kirk Cousins.

Il s’agit d’une autre raison expliquant pourquoi Mahomes est si difficile à freiner. Jusqu’à maintenant en matches éliminatoires, il a effectué dix courses pour des gains de 112 verges. Mahomes a su tirer avantage de trouées à la ligne de mêlée et de demis défensifs reculant trop profondément en couverture.

Le quart qui a le mieux su tirer profit de cette lacune chez les 49ers cette saison a été Wilson. En deux parties contre eux, le meneur de jeu des Seahawks de Seattle a effectué 12 courses et amassé 79 verges. Dans leurs 14 autres matches, les 49ers n’ont concédé que 82 verges en 20 courses.

«Chaque semaine, peu importe si vous affrontez un joueur comme Mahomes ou une statue, ça n’a pas d’importance; vous devez respecter l’endroit où il se trouve dans la poche protectrice», a rappelé Saleh.

«Et il doit y avoir une sorte de continuité dans notre manière de mettre de la pression sur le quart, pour éviter que même une statue puisse gagner du temps et provoquer un résultat explosif à partir d’un jeu improvisé. Mais c’est comme ça toutes les semaines.»