Alexis Lepage a terminé troisième en Chine devancé de peu par l’Américain Ben Kanute.

Lepage gagne une première médaille en Coupe du monde

Six ans après ses débuts à Edmonton, Alexis Lepage s’est retrouvé sur un podium de la Coupe du monde pour la première fois de sa carrière, dimanche matin, en Chine.

Le triathlonien de Gatineau a gagné le bronze à l’épreuve super sprint de Chengdu. « Ça fait du bien, surtout avec le début de saison que j’ai connu », a-t-il soutenu au bout du fil, une quarantaine de minutes après avoir croisé le fil d’arrivée.

Lepage, qui a fêté ses 25 ans en avril, n’avait pu compléter ses deux dernières courses en Coupe du monde à New Plymouth et Madrid. Il avait aussi dû se contenter d’une 35e position plus tôt à Cape Town puis une 45e place à Abu Dhabi.

« Je commençais à y croire assurément moins au podium, a-t-il avoué.


« Je suis vraiment heureux, mais en même temps un peu déçu de ne pas avoir fini deuxième. »
Alexis Lepage

«En fait, je n’avais pas d’attente en arrivant ici. L’accent n’était plus sur le résultat. J’essayais juste de connaître un bon départ dans l’eau, de travailler fort en vélo et sans exagérer à la course à pied. J’avais décidé de me concentrer sur moi et non sur les autres.»

Cette nouvelle approche a été payante. Il tentera de l’adopter à nouveau dès la semaine prochaine lors d’une autre étape de la Coupe du monde à Cagliari, en Italie.

«Je me promène. J’étais en Espagne la semaine dernière. Et là, je retourne Europe.»

Lepage a bien failli remporter l’argent à Chengdu. L’Américain Ben Kanute l’a tout juste devancé à la conclusion des 500 m de natation, 10 km de vélo et 2,5 km de course à pied.

À quel point c’était serré ? Les organisateurs ont eu recours aux «photos-finish» pour départager les deux rivaux.

«C’est un drôle de sentiment. Je suis vraiment heureux, mais en même temps un peu déçu de ne pas avoir fini deuxième. Je sais que j’avais de meilleures habiletés de vitesse que l’autre gars. Ça reste ma meilleure performance à vie.»

Lepage n’aurait jamais cru que ce dimanche en sol chinois lui aurait porté chance. «J’avais le pressentiment en me levant que ça ferait mal cette course-là, a-t-il relaté.

«J’avais participé aux qualifications la veille. J’avais dû courir vite. Je n’avais pas des jambes fraîches ce matin en sortant du lit. Je n’avais pas de bonnes sensations en vélo. J’étais même fatigué.»

Cette médaille a été obtenue dans une formule qui sera mise à l’essai aux prochains Jeux olympiques. Une épreuve de relais se déroulera à Tokyo.

«Les super sprints, c’est exactement ce que nous allons faire au relais. Et le Canada voudra avoir la meilleure équipe.»

Comme Kathy Tremblay

La présence de Lepage sur le podium de la Coupe du monde est la première par un triathlonien de l’Outaouais depuis la victoire de Kathy Tremblay en 2012 à Ishigaki, au Japon.

Cinq mois plus tard, la Gatinoise avait participé aux Jeux olympiques pour une deuxième et dernière fois en carrière.

«Je suivais sa carrière. C’était une bonne inspiration pour moi, a confié Alexis Lepage, qui compte 52 départs internationaux en carrière, dont 16 en Coupe du monde.

«Kathy a probablement été la meilleure triathlonienne québécoise qu’on a eue.»