Le Gatinois Jean-Sebastien Roy est le skip du quatuor qui doit représenter le Canada en Écosse.
Le Gatinois Jean-Sebastien Roy est le skip du quatuor qui doit représenter le Canada en Écosse.

L’Écosse attend le quatuor de Roy... pour l’instant

Jean-Sébastien Roy et ses coéquipiers ont reçu une bonne nouvelle dans les derniers jours. La fédération internationale de curling a annoncé le milieu hôte des championnats du monde de curling mixte.

Ça se passera du 10 au 17 octobre en Écosse.

«Maintenant, c’est de savoir si le tournoi aura bel et bien lieu», avoue Roy, le skip gatinois du quatuor qui doit représenter le Canada à cet événement.

L’équipe complétée par Amélie Blais, Dan deWaard et Brenda Nicholls avait conservé une fiche de 12-0 en novembre dernier pour remporter le championnat national. Les quatre amis n’ont pas joué depuis la mi-mars.

«Nous devions disputer un tournoi en avril à Saguenay. Ça nous aurait permis d’essayer notre nouvel équipement avant de nous revoir en août pour un camp d’entraînement à Winnipeg et quelques tournois de préparation, souligne Roy, qui fêtera ses 43 ans en août.

«Là, tout le monde est en attente. Ça se peut bien que la prochaine qu’on se revoit tous ensemble, ça sera dans l’avion vers l’Écosse en octobre.»

Roy et deWaard habitent en Outaouais. Nicholls, elle, se trouve à Québec tandis que Blais a rejoint son copain en Saskatchewan, l’été dernier.

«Il faudra peut-être se préparer chacun de notre bord. C’est ça qui est difficile en ce moment... l’incertitude. Mais en même temps, tu ne peux pas t’apitoyer sur ton sort. Il y a tellement de choses qui se passent dans la vie en ce moment. Il y a des gens qui souffrent. D’autres ont perdu leur emploi.»

Ces championnats du monde de curling mixte doivent être la première sortie internationale de Jean-Sébastien Roy dans les couleurs canadiennes en trois décennies sur la glace. Et la pression sera énorme.

Le Canada a été classé premier favori parmi les 40 quatuors attendus en Écosse. «Peut-être que des pays refuseront d’envoyer leur équipe. Peut-être que le tournoi se passera à huis clos», avoue Jean-Sébastien Roy.

Ce qu’il sait? Il a hâte d’être branché sur la suite des choses.

Ça, et recevoir une livraison de Curling Canada.

«La journée où je vais mettre mon manteau avec la feuille d’érable et mon nom derrière sera spéciale.»