Kawhi Leonard a terminé les séries avec un impressionnant total de 732 points.

Le président des Raptors n’a jamais douté des capacités de son club

OAKLAND — Quand Masai Ujiri a-t-il su ?

Un peu plus tôt au cours de cet historique parcours éliminatoire, on a demandé au président des Raptors de Toronto quand il a cru pour la première fois que son club était assez talentueux pour soulever le trophée Larry-O’Brien.

Ujiri n’a même pas réfléchi. Pour lui, c’est quand il a obtenu Kawhi Leonard des Spurs de San Antonio en retour de DeMar DeRozan.

Le Nigérian de 48 ans a discuté avec les reporters à chaud après la victoire de 114-110, jeudi, qui a confirmé le premier championnat des Raptors en 24 ans d’histoire. Le vestiaire était jonché de bouteilles de champagne vides et le plancher était tout collant.

« J’avais dit que nous gagnerions. Vous ne m’avez pas cru, a-t-il souligné aux journalistes. Mais honnêtement, dès que vous mettez la main sur l’un des meilleurs joueurs au monde, vous savez que vous avez une chance. »

« Leonard est un joueur si brillant et il est rassembleur. Il fait passer les intérêts de tout un chacun avant les siens. Je me rappellerai toujours après la transaction, nous l’avons fait venir et j’ai passé une heure avec lui. Tout ce qu’il a dit ce soir-là, c’était au sujet de l’équipe, du rôle qu’on voulait qu’il tienne. Jamais lui. »

À LIRE AUSSI :

Le président des Raptors accusé d’avoir bousculé un policier

Le maire d'Ottawa invite les Raptors à «oublier la Maison-Blanche»

Cet altruisme a été résumé dans l’entrevue qu’il a accordée à ESPN en compagnie de Kyle Lowry après le match. À un certain moment, Leonard a remis son trophée de joueur par excellence de la finale à Lowry.

« Prends-le, tu le mérites aussi. Tu as été le plus utile ce soir, a-t-il dit à Lowry, qui tenait le trophée comme un bébé. Je n’en ai pas besoin. Je veux seulement le Larry O’B. »

Le parcours de Leonard a été difficile. Une blessure au quadriceps l’a limité à neuf matches avec les Spurs la saison dernière. Il y a un an. Il ne pouvait pas regarder les séries de la NBA tellement il était abattu par cette blessure.

« Nous avons un joueur extraordinaire, a déclaré Ujiri. Alex McKechnie (le directeur des sciences sportives du club) a été incroyable. L’équipe médicale de Kawhi a fait du travail phénoménal. »

McKechnie s’est assuré toute la saison que la charge de travail de Leonard soit modérée afin qu’il soit en pleine forme pour les séries. Bouteille de champagne à la main, l’Écossais a lancé à la blague : « Demain, tout le monde commence le même programme ! »

Leonard a inscrit la troisième meilleure performance de l’histoire des séries avec 732 points, derrière Michael Jordan (759) et LeBron James (748). Il est devenu le premier joueur de la NBA à remporter le titre de joueur par excellence de la finale dans les deux Associations, lui qui l’avait emporté avec les Spurs en 2014. Il est le troisième joueur à gagner ce titre avec deux équipes différentes, après Kareem Abdul-Jabbar et James.

Après le défilé de lundi, les Raptors devront répondre à plusieurs interrogations, notamment à savoir si Leonard, qui peut devenir joueur autonome le 30 juin, demeurera à Toronto. Marc Gasol et Danny Green peuvent aussi profiter de l’autonomie.

Quant à Ujiri, ESPN a rapporté que les Wizards de Washington lui feraient de l’œil.

La presse internationale a aussi pris note de la victoire des Raptors. Dans plusieurs pays, les médias ont décidé de faire un lien avec leur représentant au sein de l’équipe championne.

Le Cameroun a rendu hommage à Pascal Siakam, qui n’a commencé le basket qu’à la fin de l’adolescence. « Je ne croyais pas pouvoir atteindre la NBA, a déclaré ce dernier après la rencontre de jeudi. Je n’étais qu’un petit gars maigrichon du Cameroun, mais je suis champion maintenant. »

En Espagne, pays de Marc Gasol, le Catalan News a rapporté « Des Catalans premiers frères à remporter le titre de la NBA », en référence au frère de Marc, Pau, double champion avec les Lakers de Los Angeles.

Jeremy Lin, un Américain né de parents taïwanais, avait toute l’attention du South China Morning Post, qui a titré : « Jeremy Lin devient le premier Asio-Américain à gagner le championnat de la NBA ».