L'action reprendra sur les glaces du centre de curling des Collines dès mercredi.
L'action reprendra sur les glaces du centre de curling des Collines dès mercredi.

Le curling reprend en Outaouais, six mois plus tard

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
Ça bouge ces jours-ci au jeune centre de curling des Collines, à Chelsea. Arrosage et peinture se trouvent au menu.

La fabrication des quatre pistes de jeu en vue de la prochaine saison a été entamée la semaine dernière. «Un processus qui peut prendre jusqu’à 10 jours, dépendant du système de réfrigération», souligne le président du club, Richard Gervais.

«Nous prévoyons que les glaces pourraient être prêtes mercredi», ajoute-t-il.

Tous ces travaux de démarrage sont encourageants. Ils signifient que l’édifice construit au coût de 3,65 millions $ en 2018 pourra accueillir à nouveau des joueurs pour la première fois depuis le 14 mars.

Sa fermeture en raison de la pandémie l’avait placé dans une position financièrement «très précaire» au printemps. Ses dirigeants estimaient alors que le jeune club se trouvait sur «la corde raide».

Un prêt de 40 000 $ consenti par le gouvernement provincial via un programme destiné aux organismes à but non lucratif (OBNL) aidera à éponger le déficit anticipé dans la prochaine année. «Nous n’avions pas le choix. Nous étions acculés au pied du mur», avoue Gervais.

Des discussions ont eu lieu dans les derniers mois au sujet de la tenue ou non d’une saison 2020-2021.

«On prévoit que les revenus reliés au bar et la location des glaces vont baisser en raison de la COVID-19, souligne Richard Gervais.

«Des clubs ailleurs ont décidé de rouvrir seulement à partir de janvier pour se donner du temps en raison de la deuxième vague de la COVID-19. D’autres ont décidé de rester fermés, d’autres ouvriront sous peu. Chacun a sa recette.»

Le centre des Collines, lui, a lancé ses inscriptions à la fin juin. Plus de 80 % de ses joueurs ont confirmé leur retour.

Depuis la semaine dernière, les préparatifs sont en cours en vue de la prochaine saison de curling, à Chelsea.

C’est ce qui a convaincu les dirigeants de donner le feu vert à la fabrication des glaces. Les premiers matches de ligue sont prévus dès dimanche.

«Notre décision d’ouvrir a été prise après avoir vu l’intérêt de nos membres. Ça ne va pas si pire. Nous sommes rendus à 415 membres. En bas de 400 membres, il aurait fallu se poser des questions. Il y a des limites à éponger un déficit. Mais là, ça va être viable. Nous allons effectuer des levées de fond pour compenser.»

Le premier mois servira de rodage, autant sur la glace que dans le bar où les tables ont été réaménagées pour respecter les règles de la santé publique.

Le plus gros changement qui attend les joueurs, que ce soit à Chelsea ou ailleurs au pays?

«Les lignes directrices de Curling Canada recommandent juste une personne pour brosser lors du lancer de la pierre, indique le directeur général de Curling Québec, Marc-André Robitaille.

«On regarde comment ça se passe ailleurs au Québec et au Canada où des clubs sont déjà ouverts. L’adaptation se fait bien. Je te dirais que les gens ont juste hâte de jouer.»

Curling Québec, qui compte 11 500 membres dans une soixantaine de clubs sur son territoire, s’attend à voir de nombreux nouveaux joueurs se pointer sur les glaces au fil des prochaines semaines.

«Un peu comme au golf où tu as vu un boom cette année. Il y a une opportunité intéressante, surtout que le curling est un sport assez facile pour respecter la distanciation. Il y a assez d’espace sur les glaces», souligne Robitaille.

C’est pourquoi le club des Collines accepte encore les inscriptions en vue de la nouvelle saison. Ses dirigeants ont toutefois pris une décision importante dans les derniers jours. Ils se sont retirés de la présentation des championnats provinciaux seniors qui devaient se dérouler à Chelsea en janvier.