Les Canadiens ont vaincu l’Australie en trois manches consécutives de 25-19, 26-24 et 25-19.

Le Canada ouvre la fête avec un gain

Un match de la nouvelle Ligue des nations de volley-ball, c’est avant tout un party. Un DJ qui travaille sur une estrade, bien visible, au beau milieu de la place. Des chorégraphies qu’on enseigne aux spectateurs pour accompagner certains jeux. Les joueurs qui se prêtent au jeu, qui vont parfois jusqu’à danser entre les points.

Le party est débarqué à la Place TD pour le week-end.

L’équipe nationale canadienne n’a rien fait pour gâcher la fête, vendredi soir.

Les hommes qui sont dirigés par le sélectionneur Stéphane Antiga ont vaincu l’Australie en trois manches consécutives de 25-19, 26-24 et 25-19.

Dans une ambiance survoltée, devant quelques milliers de connaisseurs, ils ont livré la marchandise.

«C’est bon. Le plan, c’était de commencer avec une victoire», a déclaré un Antiga satisfait en rentrant au vestiaire.

Les Canadiens affronteront également les Allemands et les Américains durant le week-end.

Sur papier, l’Australie était possiblement la formation la moins menaçante. C’était clairement celle contre qui ils n’avaient pas le droit de perdre.

«Je suis surtout content car nous n’avons pas gaspillé trop d’énergie. Nous avons passé trois manches sur le terrain. J’ai aussi eu la chance d’utiliser plusieurs joueurs qui n’ont pas toujours l’opportunité de jouer», explique-t-il.

Les Australiens n’ont cependant pas été des proies faciles.

Ils ont surtout été dangereux au début de la première et de la deuxième manches.

«Les choses ont commencé à se replacer, pour nous, quand nous avons pris le temps de nous calmer un peu», estime le libéro canadien, Blair Bann.

Le vétéran de 30 ans, qui évolue dans le programme de l’équipe nationale depuis une bonne dizaine d’années, explique qu’il est difficile de jouer devant ses partisans.

«Nous n’avons pas la chance de jouer au Canada chaque année. Ce n’est pas quelque chose de naturel, pour nous. Plusieurs joueurs de l’équipe vont se produire devant des amis et devant des membres de leur famille, ce week-end. Ils ressentiront forcément une pression supplémentaire de performer. C’est fort différent. Habituellement, quand nous sommes sur la route, nous n’avons pas à nous soucier de ces choses.»

«Quand nous nous sommes calmés, nous avons réussi à stabiliser notre défensive. Nous avons corrigé des petites choses au service.»

L’équipe canadienne a été parfaite, la fin de semaine dernière, lors du programme de la Ligue des nations qui a été présenté en Argentine. Elle a remporté trois victoires en autant de sorties.

Ça lui en fait quatre, maintenant.

Il sera très difficile d’en obtenir une cinquième, samedi. Antiga et son équipe affronteront les étonnants Allemands. Ces derniers n’ont fait qu’une bouchée de l’équipe américaine, vendredi après-midi.

«Dans cette victoire facile, les Allemands ont démontré de bien belles choses. Ils étaient drôlement bien organisés en défensive. Ils étaient vraiment très efficaces dans la réception», note Antiga.

Il demeure quand même confiant. «Quand je vois notre équipe jouer aussi bien qu’en ce moment, je me dis qu’elle peut rivaliser et battre à peu près n’importe qui.»