À l’aube du début des camps d’entraînement, une menace de grève plane sur la Ligue canadienne de football.

LCF: un marathon de négociations

TORONTO — La Ligue canadienne de football et l’Association des joueurs (AJLCF) sont dans un marathon de négociations.

Selon deux sources, les deux parties ont discuté jusqu’aux petites heures de la nuit, lundi, avant de reprendre les négociations tôt mardi matin. On s’attendait d’ailleurs à ce que ces discussions se poursuivent de nouveau jusque tard dans la nuit.

Cette ronde de négociations s’est amorcée dimanche. La séance de mardi était la dernière à l’horaire avant l’arrivée à échéance du présent contrat de travail, samedi.

Rien n’empêche toutefois la ligue et ses joueurs de mettre d’autres séances à l’agenda. Le fait que les deux parties passent de longues heures à la table de négociations ne peut être perçu que de façon positive.

La semaine dernière, le directeur exécutif de l’AJLCF, Brian Ramsay, avait dépeint de façon plutôt négative l’état des négociations. Après trois jours de discussions, il avait déclaré que les « deux parties ne sont pas là où elles devraient être ».

La ligue et les joueurs négocient cette fois les aspects financiers de l’entente. La semaine dernière, les rapports laissaient entendre que les deux parties étaient très loin sur plusieurs points.

Le circuit Ambrosie pourrait être touché par une grève partielle à l’ouverture des camps d’entraînement, dimanche. Ramsay a indiqué la semaine dernière que sans une nouvelle convention collective, les Lions de la Colombie-Britannique, les Roughriders de la Saskatchewan, les Blue Bombers de Winnipeg et les Alouettes de Montréal ne se rapporteront pas.

Les joueurs de ces quatre équipes se trouveront alors en position légale de déclencher une grève.

Les joueurs des équipes en Alberta et en Ontario pourront le faire à compter du 23 mai. C’est d’ailleurs à compter de cette date que le syndicat sera en position de déclencher une grève généralisée.

Ramsay a par contre maintes fois répété que la priorité de l’AJLCF était d’en venir à un accord juste et équitable avec la LCF.

Les négociations en vue du renouvellement de la convention collective en 2014 avaient également été difficiles. Elles avaient été interrompues plusieurs fois et une menace de grève avait aussi plané au-dessus de la ligue.

Les joueurs s’étaient finalement rapporté au camp et les deux parties avaient convenu d’une entente de cinq ans.

Les joueurs de la Ligue canadienne ont déclenché une grève, en 1974. Le conflit avait toutefois été réglé avant le début de la saison.